Jospin Migisha : « Des terrains de foot aux passerelles des défilés de mode »

Jospin Migisha : « Des terrains de foot aux passerelles des défilés de mode »

Les 7 et 8 décembre 2019 se tiendra au Nigéria le concours « Mister Africa International ». Le concours qui en est à sa 8e édition, verra la participation du Burundi pour la toute première fois. 2 jeunes mannequins burundais prendront part à cette compétition, parmi lesquels le jeune Jospin Migisha. Passé par le football avant de troquer son maillot contre des vêtements de styliste, il nourrit beaucoup d’ambition pour sa carrière dans la mode et particulièrement pour le titre de « Mister Africa ».

 

Lorsqu’on le rencontre, on devine très vite que le jeune homme est un habitué des passerelles. Epaule droite, démarche assurée, tenu très soigné, à 22 ans, Jospin Migisha affiche une confiance en ses capacités. Mannequin de l’agence Umuderi, défiler sur les passerelles de Bujumbura à Kigali n’a pas toujours été son rêve. Ce qu’il voulait, c’était devenir champion de football. Il faut dire que la carrière de son père, ancien gardien de Muzinga et Vitalo Fc, aura été pour beaucoup. Le fils de Gilbert Sibomana dit « Zoof », commencera très jeune au Don Divin Fc (cadet) avant de se retrouver en 3e division où il jouera pour Anaconda FC et Flamengo. Il jouera plus tard en 2e division pour l’équipe Prince Louis. L’objectif du jeune footballeur qu’il est à cette époque est de jouer à l’étranger. Un rêve qu’il ne verra pas.

Alors qu’il tente de se frayer un chemin vers l’extérieur, son physique imposant va intéresser une amie qui va lui proposer de passer un casting pour une agence de mannequinat. Nous sommes en 2016 et le jeune homme hésite très longtemps avant de se lancer. Ce n’est qu’un an plus tard, en octobre 2017, qu’il décide se lancer et sera accepté par l’agence Umuderi. « Après avoir raté le casting en 2016, j’avais l’impression d’être passé à côté de quelque chose. J’ai alors commencé à m’intéresser à l’univers du mannequinat au Burundi. Cela m’attirait tellement que j’ai contacté une amie pour pouvoir participer au casting d’Umuderi Agency. J’ai envoyé quelques photos qui ont intéressés le coach et j’étais pris », nous confie Jospin. De là va commencer son aventure dans le mannequinat.

Il va passer des mois à apprendre le métier, à s’entrainer, à préparer son physique. Une période pendant laquelle il ne connaitra pas les passerelles. « Des fois ça faisait mal de ne pas participer aux évènements mais c’était une bonne chose puisque l’on apprenait », dit-il.

Cependant, il va faire ses premiers pas sur une passerelle, en participant au concours Mister IUE (International University of Equator), l’université qu’il fréquente. Il finira par remporter la compétition, ce qui selon lui va avoir un impact sur sa confiance et son estime personnelle. Il participera ensuite à la première édition du « Umuderi Fashion Show » qui, à son sens, aura été une réussite.

Fort de ces 2 nouvelles expériences, il va se fixer l’objectif d’élever son niveau et de tenter sa chance dans des évènements en dehors du Burundi. Il commence à s’intéresser à la « Kigali Fashion Show ». Il participera à l’évènement en juillet 2019. Ce qui sera pour lui une avancée de taille pour sa carrière. « C’était l’un de mes objectifs en 2019 et Dieu merci je l’ai atteint. Cela m’a permis d’apprendre plus sur mon métier et de faire la connaissance de nombreuses personnes dans le domaine. Aussi bien des promoteurs, des stylistes ou des mannequins ». Mais Jospin veut aller loin. Il s’intéresse au concours « Mister Africa International ». « Je me suis beaucoup intéressé à cette compétition. Je me suis renseigné sur tout ce qui la concerne. Le processus d’inscription, le déroulé, la carrure de ceux qui y participent, ceux qui l’ont gagné et même comment ils ont fait pour le gagner. Et je me suis dit que s’ils peuvent le faire, alors j’en suis capable aussi », dit-il. Il va donc se lancer. Et après avoir franchis toutes les étapes, il va se retrouver dans la liste des finalistes.

Alors qu’il se prépare pour prendre part à cette finale en décembre prochain, Jospin ira avec un objectif principal. Celui de représenter le Burundi valablement lors de cette compétition. « Ça sera la première fois que des burundais prennent part à cette compétition. Il y en a plusieurs qui ont tenté sans que cela ne marche. C’est donc une occasion pour le Burundi. Cela me met personnellement dans une position de pionnier. Je ferai partie des premiers à l’avoir fait et c’est déjà une fierté pour moi. Et la victoire ne sera pas le plus important, mais l’expérience que j’aurai acquis grâce à cela. Apprendre plus et pouvoir aider les autres à y aller les fois prochaines fois », confie-t-il.

La participation de Jospin Migisha à cette compétition est donc le fruit d’un travail acharné et d’une volonté de toujours repousser ses limites, jusqu’à atteindre ses objectifs. Comme il le dit lui-même : « Il faut croire en ses rêves et travailler pour les réaliser ». Confiant sur sa capacité à faire la différence, il compte également sur le soutien des burundais pour le porter haut. On ne peut que lui souhaiter bonne chance.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments