Josephine Ciza : «Les soins palliatifs, ma passion»

Josephine Ciza : «Les soins palliatifs, ma passion»

Josephine Ciza,présidente et représentante légale de l’ASOPABU ©Akeza.net

Josephine Ciza est infirmière de formation.. C’est après  ses études en soins infirmiers en 2013 qu’elle va en Ouganda pour une formation en soins palliatifs à  l’institut  HOSPICE  AFRICA IN UGANDA. Elle décroche un certificat qui montre ses compétences en soins palliatifs.  Finalement, elle crée une Association pour les Soins Palliatifs au Burundi(ASOPABU). C’était suite à plusieurs cas de malades qu’elle recevait  quand elle travaillait encore au centre de santé comme infirmière soignante, qui nécessitaient des soins palliatifs mais qui, malheureusement ne pouvaient pas se les payer par manque de moyen.

 

Selon l’OMS, Les soins palliatifs cherchent à améliorer la qualité de vie des patients et de leur famille face aux conséquences d’une maladie potentiellement mortelle, par la prévention et le soulagement de la souffrance, identifiée précocement et évaluée avec précision, ainsi que le traitement de la douleur et des autres problèmes physiques, psychologiques et spirituels qui lui sont liés.

Inspirée par cette définition, ainsi que  la réalité du terrain car elle a été infirmière, Josephine Ciza conçoit l’idée de créer une association pour les soins palliatifs  au Burundi  finalement agréée le 15 avril 2016. «Quand je travaillais au centre de santé en tant qu’infirmière-soignante, je voyais comment les gens mouraient dans les douleurs. La manière dont ils finissaient leur vie ne les honorait pas vraiment. Je me posais toujours des question comment  je pouvais les aider en tant qu’infirmière» confie-t-elle.

Chose dite, chose faite

En 2015, Josephine Ciza a la chance de participer dans  la formation  de la 4ème promotion des pays francophones  pour l’initiation des soins palliatifs en Afrique en Ouganda. De retour au pays, elle s’associe avec les trois autres qui ont fait la même formation avant elle et ensemble, elles créent une association pour les soins palliatifs qu’elle représente aujourd’hui. Mme Ciza et son équipe ont dû attendre quelque mois pour que l’association soit agréée.

Mme Ciza indique que jusqu’ aujourd’hui, elle et son  équipe suivent 38 malades et ont déjà enregistré 18 décès.

L’accompagnement se fait souvent à la maison

Selon Josephine Ciza, les malades se sentent beaucoup mieux quand ils sont à la maison. «Nous,  trouvons le malade à son domicile. Nous essayons de soulager sa douleur en lui donnant des anti- douleurs mais aussi un accompagnement psychologique et spirituel» révèle-t-elle.

Les soins palliatifs sauvent souvent les personnes qui n’ont pas de moyen. Comme le précise Mme Ciza, pour te faire les soins palliatifs à l’hôpital, on demande beaucoup d’argent .Mais chez nous, dit-elle ,pour ceux qui n’ont pas de moyen, les soins sont presque gratuits sauf qu’en cas de besoin, le malade se paie la chimiothérapie et Radiothérapie. A côté d’un accompagnement psychologique et spirituel, ajoute-elle, nos médicaments sont moins chers et sont abordables et accessibles à tous les patients. Et d’ajouter qu’avec les soins palliatifs à domicile, le malade ne paie que les médicaments sinon, le transport et la main d’œuvre ne sont pas payants.

 

Signalons que l’ASOPABU est logé dans les enceintes du centre de santé la sagesse, Bwiza, 3ème avenue.

 

Alexandre NDAYISHIMIYE

Comments

comments