Jeux Paralympiques Tokyo 2020: Deux athlètes handisport burundais s’envolent pour chercher les minimas à Dubaï

Jeux Paralympiques Tokyo 2020: Deux athlètes handisport burundais s’envolent pour chercher les minimas à Dubaï

De Gauche à droite le Directeur Technique national du Comité National Paralympique,l’athlète malvoyante Aline Manirakiza(100m,200m,400m) et son guide, Rémy Nikobimeze,athlète sans bras droit(800m et 1500m).©Akeza.net

Rémy Nikobimeze et Aline Manirakiza Venantie sont les 2 athlètes handisport (sport pratiqué par les personnes en situation de handicap) qui vont brandir les couleurs nationales aux championnats du monde de para-athlétisme qui se tiendront du 7 au 15 novembre 2019 à Dubaï. L’objectif de cette participation s’inscrit dans la visée de réaliser les minimas (performances requises) qui leur permettront de prendre part au grand rendez-vous estival de l’année 2020 : les Jeux Paralympiques de Tokyo.

Organisés tous les 4 ans à la suite des jeux olympiques, les jeux paralympiques mettent en lice des athlètes en situation de handicap de tous les pays pour les épreuves handisports. Bien que le monde du handisport connaisse encore des défis d’intégration au Burundi, il regorge de bien des talents. Des athlètes dans différentes disciplines sportives ne cessent d’écrire leur histoire lors de grands rendez-vous mondiaux. L’un d’entre eux est Remy Nikobimeze, un athlète qui a perdu son bras droit pendant la guerre civile qu’a connu le Burundi. Ce sprinteur engagé s’est déjà illustré comme ambassadeur sportif du Burundi dans plusieurs compétitions d’envergure internationale, soit les Paralympiques (Londres 2012, Rio 2016) ou encore les Mondiaux du handisport.

Lancé dans cet univers depuis 2006, ce coureur de 30 ans est connu pour sa rapidité sur les épreuves de 800m, 1500m et son endurance sur 5000m et 10000m(les 2 dernières épreuves ont été supprimées par le Comité International Paralympique). On dira même qu’il peut rivaliser avec ceux qui n’ont pas de handicap quitte à les défier. Car voyons, c’est Remy qui compte à son actif 5 médailles internationales dont 3 en Or et 2 en Argent.
Ce porte flambeau burundais affirme être en forme et s’engage à tout donner afin de faire inscrire le Burundi aux prochaines paralympiques. Avec des chronos répartis comme suit 800m (2min 04’’) et 1500m (4 min 10’’), en ces mots Remy s’exprime : « Nous allons user du courage et de la détermination pour nous assurer que le Burundi décroche une qualification aux J.P Tokyo ».

Le médaillé handisport burundais le plus titré n’y va pas seul. Il sera accompagné d’Aline Manirakiza Venantie. Encore débutante, Aline est une athlète malvoyante qui concourt aux côtés d’un guide (nécessairement un homme sans handicap), reliés avec une simple corde pour l’empêcher de dévier sa trajectoire selon les règles du CIP, pour le handicap visuel. La sprinteuse handisport qui compte une seule sortie au niveau africain, s’essaiera sur les épreuves de 100m, 200m et 400m. Malgré ses belles prouesses, Remy indique qu’il fait face à des défis comme le régime alimentaire et le manque de compétitions nationales et internationales. Pour ce dernier élément, c’est le même son de cloche chez bon nombre de sportifs burundais.

Il est à noter que sans doute les regards seront rivés vers Remy Nikobameze, habitué des mondiaux et des Jeux paralympiques (Londres 2012, Rio 2016). Le voyage vers les Emirats Arabes Unis pour ces deux athlètes handisport ambassadeurs du Burundi est fixé ce lundi 4 Novembre 2019 à partir de 14h. Il va s’en dire que le handisport continue à s’offrir une vitrine petit à petit.

 

Fleurette HABONIMANA

Comments

comments