Jeux Olympiques de Tokyo 2021 : retour sur un rendez-vous manqué pour le Burundi

Jeux Olympiques de Tokyo 2021 : retour sur  un rendez-vous manqué  pour le Burundi

Après avoir décroché sa deuxième médaille olympique de son histoire à Rio en 2016, le Burundi avait espéré rééditer l’exploit à Tokyo. Ces espoirs se sont réduits comme peau de chagrin.

 

Vent d’optimisme avec Francine NIYONSABA

Médaillée d’argent aux Jeux Olympiques de Rio en 2016 sur le 800 m, Francine NIYONSABA ne pouvait plus s’aligner sur cette distance à Tokyo. Privé du 800m par la fédération internationale d’athlétisme, elle se reconvertie aux courses de fond. La gazelle de Ruyigi rêvait d’offrir au Burundi sa première médaille sur le 5000 ou le 10 000 m. 30 juillet 2021, premier essai sur le 5000m. Alors qu’elle est classée quatrième dans sa série, elle ne se qualifiera pas pour la phase finale. Ce bel exploit tourna à la déception : elle est disqualifiée pour avoir commis une erreur de non-respect des voies de la piste. La jeune athlète tient les officiels responsables de son sort. « My dreams of making to the finals were crushed (Mes rêves d’aller en finale ont été anéantis, ndlr) » a-t-elle lâché dans la foulée, accusant ainsi le chef de la délégation de n’avoir pas plaidé en sa faveur. Salvator BIGIRIMANA, également secrétaire général du Comité National Olympique n’avait pas assisté à la compétition de son seul athlète qui avait plus de chance de remporter une médaille.

Il aura fallu un communiqué du CNO du 31 juillet pour calmer le jeu. « Après avoir visionné les images de la course, le CNO trouve que la disqualification de Francine NIYONSABA est irrévocable », précisait le communiqué. L’instance sportive nationale exhortera plutôt l’athlète à se préparer pour l’épreuve de 10000 m dans la sérénité. Ce qui fut fait. Francine décida à son tour d’observer une trêve avec la presse jusqu’au 7 août, date prévue pour l’épreuve des 10000 m.

 

Entre fierté et déception

Francine et ses amis représentants du Burundi ont toujours avancé sans complexe durant les épreuves respectives. Malgré sa cinquième place aux 10 000m avec un chrono de 30’41″93, l’unique burundaise championne olympique ne cache pas sa satisfaction. « Ce que j’ai accompli est plus grand qu’une médaille. J’ai surmonté tellement d’obstacles pour être ici. Surmonter l’adversité pour faire de son mieux, c’est le véritable esprit des Jeux Olympiques. Je serai de retour à Paris » a-t-elle lâché, visiblement émue à l’issue de la course.

A demi-mot, la boxeuse Ornella HAVYARIMANA dira la même chose à l’issue d’un combat héroïque qu’elle finira par perdre devant la serbe Nina RADOVANOVIC. « Je suis fière d’être l’unique représentante de la boxe burundaise », avait-elle déclaré sur les ondes de la RFI.

 

Une gestion plus professionnelle du sport est nécessaire

Si Francine NIYONSABA a réclamé la présence d’un médecin et d’un journaliste parmi les membres de la délégation qui devaient se rendre à Tokyo dans son tweet du 8 juillet 2021, il n’y avait aucune exagération. L’équipe de Tokyo est partie dans une ambiance étouffante, pesante et très négative pour affronter sereinement une vraie compétition sportive. Le jour où Francine a crié fort, dénonçant ainsi l’absence du chef de délégation qui devrait introduire une réclamation contre sa disqualification, le problème dont souffre le sport burundais était déjà posé.

A ce titre, il y a lieu de s’interroger sur l’organisation du sport, notamment en ce qui concerne la planification, que ce soit au niveau du ministère en charge du sport, du CNO ou au niveau des différentes fédérations.

Les infrastructures actuelles sont-elles proches des standards internationaux ? Le staff technique en charge du sport d’élite est-il vraiment qualifié pour encadrer et entraîner ? Autant de questions qui entourent le sport, devenu décidément un sujet de discorde.

Rappelons que le Burundi avait été représenté en athlétisme par Francine NIYONSABA sur le 5000 et 10000m, Olivier IRABARUTA sur le marathon et Eric NZIKWINKUNDA sur le 800m. Odrina KAZE et Belly-Crésus GANIRA ont pris part à la compétition en natation tandis qu’Ornella HAVYARIMANA avait été alignée pour la boxe.

 

Albéric NDAYIRUKIYE

Comments

comments