ISHAKA 2250 : Quand la jeunesse veut jouer son rôle dans le développement

ISHAKA 2250 : Quand la jeunesse veut jouer son rôle dans le développement

ISHAKA 2250 : Quand la jeunesse veut jouer son rôle dans le développement ©Akeza.net

Dans le développement d’une société et la promotion de la paix, la jeunesse devrait jouer un rôle important. Et bien qu’une résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur le sujet existe, de nombreux jeunes ignorent ou négligent ce rôle. C’est donc dans le but de vulgariser et promouvoir ce dernier qu’est né l’association « ISHAKA 2250 ». Un groupement de jeunes qui veulent que les jeunes jouent pleinement leur rôle d’acteurs du développement et de la paix sociale.

 

« La résolution 2250 », de quoi parle-t-on ?

Adoptée en 2015 par le Conseil de Sécurité des Nations Unies, la résolution 2250 définit le rôle que doit jouer les jeunes et les femmes dans la promotion de la paix durable, la sécurité et la lutte contre les extrémismes. Une première pour les Nations Unies. En substance, cette résolution met l’accent sur la place que doit occuper la jeunesse dans les efforts de paix, notamment dans les zones à conflit et post conflit. « Cette résolution reconnaît qu’il est impératif d’investir dans les jeunes pour qu’ils puissent réaliser leur plein potentiel et contribuer ainsi à la réalisation de la paix et de la sécurité », déclarait ainsi le Dr Babatunde Osotimehin, Directeur exécutif du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), au lendemain de l’adoption de la résolution 2250.

Cette résolution sert ainsi de support pour l’action des jeunes dans la consolidation de la paix sociale. Ce qui, par ricochet, fait de ces derniers des acteurs du développement de leur communauté.

 

L’initiative ISHAKA 2250

Conscient du rôle important qui incombe à la jeunesse, un groupe jeune s’est donné la mission de porter au-devant de leurs contemporains les acquis d’une résolution aussi majeure. L’idée nait dans l’esprit de Audry RUSANGWA en juin 2019, l’objectif étant de promouvoir auprès des jeunes les avantages de la résolution 2250. La seule résolution des Nations Unies spécifiquement orienté sur la jeunesse. Mais ISHAKA 2250 vise plus loin. En effet, si les objectifs de la résolution 2250 visent en particulier les jeunes, elles épousent aussi les objectifs de l’Agenda 2030 des Nations Unies orienté sur les Objectifs de Développement Durable (ODD). Un ensemble d’idéaux devant garantir le développement des populations du monde. Ces ODD, souvent méconnus du grand public, semblent pourtant être des gages de progrès et des garantis d’un avenir plus reluisant pour les populations les plus défavorisées. Les faire connaitre est donc plus qu’important pour ISHAKA 2250.

« Nous ne pouvons pas avancer sans vision. Il est important de sensibiliser la jeunesse et de la responsabiliser face à leur avenir. Les jeunes doivent être conscients de leur rôle. Connaître leurs droits, leurs obligations et surtout les défis auxquels ils peuvent être confrontés et comment les éviter. C’est pour cela que nous mettons un accent sur cette résolution qui pose les jalons du rôle des jeunes dans le développement du pays. »

Audry RUSANGWA, Président de l’association ISHAKA 2250

L’association est essentiellement composée de jeunes volontaires entre 16 et 35 ans qui travaillent bénévolement. ISHAKA 2250 met un point d’honneur à inspirer des leaders sociaux capables d’être des acteurs du développement et d’avoir un réel impact dans leur communauté.

 

Eduquer les masses

Dans son action, ISHAKA 2250 met l’accent sur un certain nombre d’ODD à promouvoir en milieu scolaire et dans les communes.

A ce jours 7 écoles font partie du réseau de formation et de sensibilisation de l’association et ce, principalement dans 3 provinces (Bujumbura, Ngozi et Gitega). En milieu scolaire, ISHAKA 2250 met en avant les ODD 4, 5 et 10 qui représentent respectivement l’éducation de qualité, l’égalité des genres et la réduction des inégalités. Dans les communes, l’accent est mis sur les ODD 13 (lutte contre les changement climatiques), 14 (protection de la vie maritime), 15 (protection de la vie terrestre) et 16 (paix, justice et consolidation de la paix), en plus des 3 autres enseignés dans les écoles.

 

Contrairement aux autres ODD qui font partie d’un programme commun, l’ODD 16 bénéficie d’un programme à part et bien spécifique. A travers des campagnes de sensibilisation en usant d’outils comme le théâtre et la musique, l’organisation de forum de discussion dans les communes, l’association travaille à la consolidation de la paix et de la cohésion sociale. Notons par ailleurs que les ODD 13, 14, 15, qui sont orientés sur le climat, bénéficient d’un programme spécifique.

Mais si les ODD cités plus haut sont au centre de l’action d’ISHAKA 2250, l’objectif premier reste la réduction de la pauvreté qui figure en tête des 17 ODD de l’Agenda 2030. En effet, la pauvreté est le premier vecteur dans la déstabilisation du développement des communautés. « Les ODD sont multiples mais nous nous rendons compte que plusieurs sont liés à la lutte contre la pauvreté. Une personne qui réussit à sortir de la pauvreté sera capable de mettre fin à la faim (ODD 2), d’avoir accès à des soins de santé de qualité (ODD 3) ou encore d’avoir accès à une éducation de qualité (ODD 4). C’est pour cela que nous encourageons l’entreprenariat des jeunes et l’autonomisation de la femme pour lutter contre la pauvreté », nous dit Audry RUSANGWA, Président d’ISHAKA 2250.

 

Des premiers pas prometteurs

Depuis sa création en 2019, ISHAKA 2250 a initié une série d’actions dans le cadre de son programme. Des programmes qui ont permis de former plus de 1200 élèves dans les écoles. Plus de 2000 jeunes ont été formés aux ODD dans les différentes provinces. A cela s’ajoute plus de 1300 femmes formées, entre juin et septembre 2020 dans les provinces de Bujumbura, Ngozi et Gitega, dans le cadre de la campagne « Siko Zubakwa » soutenue par l’ambassade de l’Allemagne.

ISHAKA 2250 a également réussi à implanter des clubs ODD dans 2 écoles de Bujumbura (Lycée du Lac Tanganyika et Lycée Reine de la Paix) dans l’espoir d’étendre la création de ce type de clubs dans plusieurs autres écoles.

Des premiers pas plutôt prometteurs, quoi qu’il reste encore prématuré de poser un bilan concret à l’heure actuelle. « Il nous serait difficile de réellement chiffrer l’impact de notre action. Cependant nous pensons qu’avec l’implication des jeunes dans nos différents programmes, nous serons capables d’avoir un réel impact. Les jeunes ont une capacité de communication incroyable qui peut réellement avoir une influence sur la société », nous explique Audry RUSANGWA, président de l’association.

N’étant que dans les prémices de son action, ISHAKA 2250 compte bien élargir sa zone d’action dans différents domaines, notamment celui de la protection de l’environnement en intégrant, à titre d’exemple, le programme « Ewe Burundi Urambaye » initié par le Gouvernement du Burundi. Par ailleurs, la grande vision de l’association est celle de transformer son action en un vaste mouvement social capable d’intégrer le réseau international des acteurs du développement.

Pour cela, ISHAKA 2250 travaille en collaboration avec le ministère de l’intérieur. Il est en phase de partenariat avec le ministère des affaires de la communauté est-africaine, de la jeunesse, des sports et de la culture, mais également le ministère en charge du genre.

En attendant d’étendre son action à l’intégralité du territoire national, ISHAKA 2250 continue à travailler à la sensibilisation et à la formation des jeunes dans les communes où l’association est déjà implantée.

ISHAKA 2250 affiche comme priorité en 2021 d’aider à la création d’emplois pour les jeunes, de renforcer les capacités des Adolescents et d’œuvrer à l’Innovation, à l’autonomisation des femmes et à la protection de l’environnement (biodiversité et action pour le climat) ainsi que la résilience de la communauté.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments