Intore z’ejo », une association de jeunes burundais vivant au Canada

Intore z’ejo », une association de jeunes burundais vivant au Canada
Intore z'ejo , une association de burundais résidant au Canada (www.akeza.net)

Intore z’ejo , une association de burundais résidant au Canada (www.akeza.net)

Intore z’ejo est une association de jeunes burundais vivant au Canada créée en 2012. Elle a pour ambition de faire rayonner le Burundi et de favoriser des liens d’amitié et de solidarité entre les habitants du pays. Leurs actions, imbriquées dans le quotidien et sans discriminations viennent pour poser les pierres de la vitalité de la société civile du Burundi d’aujourd’hui. Leur mobilisation sur le dossier de l’éducation à la citoyenneté et au développement favorise l’ouverture toujours croissante d’une société décompressée d’autoritarisme. L’articulation de cette association sur de projets locaux, animée par une interprétation de la culture ancrée dans les problématiques actuelles avec une vision universelle de l’humain fait toute la force de cette démarche solidaire. Dans cet entretien, Johanna Harerimana, chargée de la communication de ‘’Intore z’ejo’’ explique les motivations qui ont conduit à la création de cette association.

 

Akeza.net : Bonjour Johanna, avant la présentation de votre association, pouvez-vous nous dire qui vous êtes ?
Johanna H : Bonjour ! Je suis une Burundaise de 19 ans. Etudiante en première année en sciences politiques à l’Université d’Ottawa.

 

Akeza.net : Comment est née votre association ?

 

Johanna H : Notre association porte le nom de « Intore z’ejo » qui signifie « Les élites de demain ». C’est une association à but non lucratif, composée de jeunes Burundais vivants dans la ville d’Ottawa, au Canada. Elle a pris naissance principalement pour deux raisons : d’abord parce que nous étions à la recherche d’un moyen pour aider des jeunes Burundais comme nous, mais aussi parce que nous voulions pouvoir leur offrir ce qui représente pour nous des besoins essentiels, l’accès à l’éducation mais aussi à la nourriture. C’est essentiellement sur cette base que notre association a vu le jour.

 

Akeza.net : Comment est-elle organisée ?

 

Johanna H : Tous les membres de notre association résident dans la même ville, et nous sommes pour la majorité étudiants et /ou employés. Nos responsabilités sont donc partagées, ce qui nécessite une grande organisation et une planification précise pour chacun de nos évènements.

 

Akeza.net : Quelles sont vos activités en tant que Intore z’ejo ?

 

Johanna H : Afin d’amasser des fonds, nous avons organisé une vente de t-shirts avec notre logo, un défilé de mode qui a eu lieu le 22 Mars ainsi qu’une soirée dans une boite de nuit qui a eu lieu le samedi 4 Mai. Enfin, nous prévoyons aussi organiser une soirée de levée de fond au Burundi, vers le début du mois d’Aout. Jusqu’aujourd’hui nous avons réussi à amasser autour de 4000$ dollars.

 

Akeza.net : Quel est votre chantier en cours ?

 

Johanna H : Actuellement, nous travaillons dur pour venir en aide à la localité de Gatumba. Pour notre première année, nous avons choisi cette commune, comme vous le savez, qui a connu et connait beaucoup d’instabilité en ce moment. Notre but est d’amasser de l’argent afin de pouvoir acheter des matériaux scolaires ainsi que de la nourriture pour les habitants de cette localité que nous allons rencontrer au début du mois de Juin. Certains membres de notre organisation seront au Burundi à ce moment-là.

 

Akeza.net : Avez-vous dans votre viseur d’autres coins du Burundi à part Gatumba ?

 

Johanna H : Nous avons bien entendu des projets futurs, mais ils restent en cours d’élaboration.

Akeza.net : Quels projets pour le futur ?

 

Johanna H : Nous voudrions, dans le futur, être capables d’offrir bien plus qu’une aide temporaire, c’est-à-dire offrir une aide durable aux populations dans le besoin afin qu’elles ne soient plus dépendantes d’une aide mais puissent plutôt se prendre en charge elles-mêmes et à long terme.

 

Akeza.net : Des conseils pour les jeunes Burundais en particulier et Africains en général qui vous lisent ?

 

Johanna H : La création de notre association nous a appris une chose : même avec un peu de moyens, un changement est possible. Notre message est donc, à tous les africains désirant apporter un changement quelconque, de ne pas s’arrêter aux obstacles et de réaliser leurs projets.

 

Akeza.net : L’expérience a montré que les associations des Burundais à l’étranger ne tiennent pas longtemps, pour des raisons d’intérêts personnels et d’autres plus obscurs. De tels réflexes ne menacent-ils pas Intore z’ejo ?

 

Johanna H : Nous en sommes conscients mais nous restons focalisés sur notre objectif: aider notre pays. Voilà pourquoi nous avons monté un groupe de personnes restreintes avec un respect déjà installé et surtout le même objectif qui donne la chance à la jeunesse démunie de notre patrie d’avoir accès aux besoins premiers et à l’éducation.

 

Akeza.net : Un dernier mot aux Akezanautes ?

 

Johanna H : Un très grand merci aux Akezanautes d’avoir pris le temps de nous lire. Encore nous tenons à remercier la jeunesse de la diaspora burundaise du Canada pour le soutien qu’elle n’a pas cessé de nous apporter depuis la création de notre association.

 

Akeza.net : Merci pour l’entretien !

 

Johanna H : Merci à vous !

 

Propos recueillis par Leis Bruel Bryga

Comments

comments