Interview avec le cinéaste Eddy Munyaneza

Interview avec le cinéaste Eddy Munyaneza
Interview avec le cinéaste Eddy Munyaneza (www.akeza.net)

Interview avec le cinéaste Eddy Munyaneza (www.akeza.net)

Au lendemain de la 5ème édition du Festicab au Burundi, Akeza.net a approché le lauréat du prix de meilleure image et prix du meilleur montage, Eddy MUNYANEZA. Voici l’interview  qu’il nous accordé.

 

Akeza.net  : Bonjour Eddy

 

Eddy  : Bonjour !

 

Akeza.net : Devenir réalisateur, producteur, auteur de films n’est pas donné à tout le monde surtout dans un pays où la culture cinématographique n’est pas très développée. Quel est votre secret ?

 

Eddy  : (Rires) Tu as raison ! Ce n’est pas facile du tout dans un pays sous-développé comme le nôtre. Mon secret ? Je dirais deux choses : la grâce de Dieu et la passion. J’aime ce que je fais et je donne le meilleur de moi-même. Je crois que si tu es passionné pour quelque chose , cette passion te guide, te pousse, tu te retrouves en train de le faire sans que tu saches comment.

 

Akeza.net : Pourquoi le domaine du cinéma justement ?
Eddy : Parce que le cinéma pour moi est  façon la plus éloquente  de communiquer et de faire passer un message. Qu’est ce qui peut transmettre les émotions et les sentiments plus que les images et le son ? Pour moi c’est le cinéma.

 

 

Akeza.net : Quelle est votre analyse du cinéma au Burundi ?

 

 

 

Eddy : Selon moi , le cinéma au Burundi se développe doucement mais sûrement. Il est vrai que nous n’avons pas tout ce qu’il faut, je veux dire, le matériel adéquat , nous n’avons pas les connaissances qu’il faut pour pouvoir rivaliser avec les autres cultures cinématographiques mais nous avons ce qui est essentiel, la passion, l’amour et la volonté de travailler pour le cinéma. Regardez bien ceux qui font du cinéma aujourd’hui. Ce sont pour la plupart des gens qui aiment ce qu’ils font et travaillent dur pour avoir un bon résultat. Donc dans quelques années à cette allure, nous progresserons.

 

 

Akeza.net : Après “Histoire d’une haine manquée”, quelles sont vos autres réalisations personnelles ?

 

 

Eddy  : Après ” Histoire d’une haine manquée”, j’ai commencé un long métrage sur les tambours sacrés du Burundi qui est en cours. Ça m’a pris beaucoup de temps car il fallait faire beaucoup de recherches et écrire. C’est aussi un projet délicat qui demande de la prudence si je veux que ce soit une réussite. Heureusement que j’ai le soutien de deux producteurs ! Un européen et un africain.

 

 

Akeza.net  : Voudriez-vous nous faire  un peu le compte de tous les prix que vous avez déjà gagnés jusqu’ici ?

 

 

Eddy : Les prix que j’ai gagnés jusqu’ici ? Euh…ils ne sont pas vraiment nombreux. Il y’a eu le prix des Droits Humains au FESPACO en 2011 que je considère comme un prix symbolique, les autres ce sont ceux que j’ai eu au Festicab 2013, de meilleur image et meilleur montage des films de deux de mes amis réalisateurs. Cela dit, le fait de voir mon film participer dans une vingtaine de festivals en Afrique et en Europe, c’est aussi un prix pour moi et donner une interview à www.akeza.net, c’est aussi un prix honorifique !

 

 

Akeza.net : Vous venez de recevoir les prix de meilleur montage et meilleur image dans la dernière édition du Festicab. C’était pour quels films ? Et que pensez-vous justement du Festicab ?

 

 

Eddy : C’est pour le film ” Le sixième commandement” de Francine Munyana et le prix de meilleure image pour le film “Welcome Home” de Joseph Ndayisenga. Mais je n’aurai jamais eu ce prix de meilleure image sans Jean Marie Ndihokubwayo qui était Directeur de la photographie pendant le tournage, car je pense et je crois qu’il n’y a pas de meilleure image sans la conception des éclairages et organisation des prises de vues, voire la définition des mouvements de la caméra, ce dont Jean Marie était chargé. Je lui dédie ce prix avec plaisir, sans oublier ceux qui ont fait la lumière. En ce qui concerne le Festicab, c’est à mon avis une porte d’entrée pour l’expression cinématographique. Le Festicab nous permet de nous exprimer, nous réaliser, nous évaluer et avancer. Depuis sa création, il y’a eu l’apparition de jeunes talents du 7ème art, des réalisateurs, producteurs, monteurs, acteurs, etc. Le Festicab nous donne au moins l’espace de diffusion au lieu de produire pour nos propres armoires.

 

 

Akeza.net  : Si vous fermez les yeux et que vous vous projetez dans 10 ans, comment est le Eddy que vous voyez ?

 

 

Eddy  : Oh !si je ferme les yeux ? Je vois le Eddy qui produit des documentaires et films dignes de compétition internationale, voire Hollywood, Bollywood. En un mot, je veux dire un Eddy qui se compare aux grands manitous du cinéma, un Eddy dont les productions se verraient aux quatre coins du monde comme les produits cinématographiques des grands réalisateurs. Cependant je ne rêve pas trop ! Je sais que ça va demander beaucoup de travail et de moyens pour que ce soit réalisable.

 

 

Akeza : Que souhaitez-vous de meilleur pour le cinéma burundais?

 

Eddy  : Je souhaite que ce soit un cinéma compétitif dans notre région, en Afrique et dans le monde entier, un cinéma qui est reconnu internationalement et qui a sa propre touche de telle manière qu’il soit reconnu aux premières images et sons partout où il est diffusé et je crois que ca peut se faire. Je crois en nos artistes burundais, de surcroit nos jeunes réalisateurs.
Akeza : Si vous deviez choisir un mot, un seul pour qualifier Eddy Munyaneza ce serait lequel ?

Eddy : Le passionné !

 

Akeza.net : Et si vous étiez un animal, une couleur, lesquels seriez vous?

 

Eddy : Si j’étais un animal, je serais une panthère et si j’étais une couleur, la couleur verte un peu foncé !

 

Akeza.net : Quelles est la mauvaise facette de votre personnalité que vous aimeriez changer ?

 

Eddy : Je donne plus de temps à mon travail qu’à ma famille. J’aimerai trouver du temps pour le travail, pour moi, et pour ma famille.

 

Akeza.net  : Eddy, quel est votre pire défaut ?

 

Eddy : Il faut poser cette question à mes proches!

Interview avec le cinéaste Eddy Munyaneza (www.akeza.net)

Interview avec le cinéaste Eddy Munyaneza (www.akeza.net)

 

Par Elodie MUCO

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.