Insolites de la 20ème journée de la Primus League 2019-2020

Insolites de la 20ème journée de la Primus League 2019-2020

Si la 20ème journée a été rythmée par un nombre conséquent de matches, d’autres faits ont aussi marqué cette journée. Les insolites.

Pour commencer, après la rencontre Vital’O Vs Musongati Fc, un supporteur s’approche de Saido et lui offre 500 000FBu. Mais ce sera de l’argent offert au club grâce à sa belle victoire. L’ambiance d’après le choc Vital’O vs Musongati est vraiment nette. On voit un groupe de quelques supporteurs qui se précipitent pour embrasser et soulever Saido, faire un selfie ou encore s’agenouiller pour essuyer ses chaussures. Saido était vraiment comme un petit dieu. D’autres n’avaient de cesser de clamer à voix haute son retour dans la sélection nationale.

Un des supporteurs inconditionnels de Vital’O, en particulier de Ntibazonkiza se produit au stade avec un accoutrement comique et osé. Il avait mis un soutien-gorge sur un torse nu et un pantalon jean au-dessus duquel il portait un sous-vêtement féminin. Cette combinaison intime soutien-gorge et sous-vêtement féminin a épaté le public. Comme si de rien n’était, il ne cessait de défiler dans tout le stade avec une pancarte sur laquelle on pouvait lire ” Saido Ntibazonkiza” .

Des supporteurs de Musongati qui viennent en surnombre, plus d’une dizaine de personnes dans un seul probox. Au moment où l’assurance autorise 4 personnes seulement. Voici à quoi ressemble ce phénomène : au siège de devant, il y a 3 personnes (y compris le chauffeur), le siège de derrière un max de 5 personnes. Tandis qu’à l’arrière, on pouvait trouver autour de 8 passagers. Cela devient une pratique courante mais très dangereuse et qui pourrait être d’un moment à l’autre fatale.

Un autre fait se déroule lors du match Rukinzo Vs Bumamuru. De retour des vestiaires, les joueurs de Rukinzo trouvent un petit reptile sur leur banc de touche. C’est la pagaille totale. Un des joueurs finit par le neutraliser. Ce fait crée la polémique jusqu’à pouser certains à parler de « social » (terme utilisé dans le football burundais pour évoquer la sorcellerie). Pour faire plus simple, peut-être faudrait-il juste songer à couper l’herbe au stade.

La dernière insolite est celle de Jospin Nshimirimana (Aigle Noir) qui crucifie l’équipe de son père et mentor dans le football (Thierry Nimubona, entraineur de Olympic star) par un triplé. Ce face à face entre père et fils a bien amusé les supporteurs.

Fleurette HABONIMANA

Comments

comments