« Hitamwo», la lettre ouverte de B Face aux rappeurs gospel de Bujumbura !

« Hitamwo», la lettre ouverte de B Face aux rappeurs gospel de Bujumbura !

Photo de couverture de la chanson «Hitamwo» de B Face

Mon Dieu, B Face ! Il y a presque deux ans, il larguait une bombe sur les rappeurs rwandais, maintenant il s’occupe de ses compatriotes. Apparemment chacun aura son tour avec B Face. C’est du moins le constat qu’on pourrait tirer après avoir écouté «Hitamwo», une nouvelle livraison du rappeur B Face où il envoie une lettre ouverte aux rappeurs du gospel dont Big Zoé, Prince Yell, et GN. La chanson vient d’être dévoilée et ça pourrait saigner.

A la surprise générale, B Face vient de sortir une chanson totalement différente de «Ingoma z’iwacu» qui a conquis plusieurs. B Face revient sur le «life style» de ses compères du  « rap gospel ». Il les invite même à changer pour adopter carrément la musique profane vu qu’ils ne se différencient pas vraiment des artistes « profanes » qui ne se soucient pas trop de glorifier le nom de Jésus dans leurs œuvres.

Ecoutez la chanson de B Face :

Dans sa chanson, B Face n’y va pas par quatre chemins. Il pointe du doigt, évoque des noms d’artistes. Un fait inhabituel, car dans tous les clashes auxquels on a déjà assisté, tout le monde vous laisse deviner le destinataire du message. Mais lui, il les balance sans trop se gêner.

Dans « Hitamwo» (fais ton choix, ndlr), B Face invite ces rappeurs du gospel urbain à prendre l’exemple d’Appolinaire Habonimana, Fortran ou Dudu. Il les supplie de faire minutieusement le choix de leurs textes exemple à l’appui. «Yesu ni umu super star», «n’ibisazi…» «kapa», de termes que B Face trouve «bizarres» pour des chansons de louange.

B Face va loin jusqu’à se poser des questions sur l’accoutrement de ces artistes du gospel. B Face n’épargne pas les églises. Il trouve que ce qui s’y passe est à questionner aussi. En attendant de savoir ce que les concernés en pensent, découvrez la chanson par vous-même, et dites-nous ce que vous en pensez.

A suivre…

Armand NISABWE

Comments

comments