HIP HOP DAY : Et si le rap avait son indépendance ?

HIP HOP DAY : Et si le rap avait son indépendance ?

Marginalisé dans le monde des musiques urbaines, le rap burundais souffre. Relégué au second plan (et même plus bas), les rappeurs burundais ont beaucoup de mal à véritablement se faire un nom, à s’imposer sur la scène. Quoi que des noms comme B-Face, Fabelove ou encore Magic Soldier Kingorongoro sont quelques fois cités, l’aura de ces artistes reste encore très limité. Cela devient encore plus difficile pour les rappeurs lorsqu’ils se retrouvent écartés de grande tribune tels que la Primusic.

Une situation révoltante qui a réveillé dans certains un esprit de révolte. « S’en est assez !  Il est temps que les rappeurs aient une vraie place dans la musique burundaise », disent-ils. C’est comme cela qu’est né le « HIP HOP DAY ». Une journée dédiée spécialement au rap et à la culture HIP-HOP. Un événement fédérateur, né dans le label Rockstone Kingdom. L’heure de l’indépendance a-t-elle sonnée ?

 

« Nous sommes capables »

Certes, la culture HIP HOP est représentée dans la musique au Burundi, mais de l’avis de plusieurs acteurs de cette discipline, cette représentation est faible ou du moins pas considérée à sa juste valeur. Pour preuve, lors de la compétition Primusic, les rappeurs ont été assez implicitement écartés avec le prétexte qu’ils ne sont pas des musiciens à part entière.

Ce qui a suscité la colère du monde du rap qui l’a pris comme un affront. Mais les plaintes ne servent à rien, s’il on ne change pas les choses dira-t-on. Et pour allier la parole à l’acte,  Sage Wise, rappeurs burundais vivant en Belgique, a mobilisé les rappeurs burundais autour de son label « Rockstone Kingdom » et a décidé de lancer la première grande fête du rap burundais. Dénommé « HIP-HOP DAY », cet événement a vocation de devenir le rendez-vous annuel de la scène HIP HOP burundaise.

« Au Burundi, nous avons des shows mais il n’y a jamais rien qui met en valeur les talents HIP HOP. C’est vrai qu’il y a des rappeurs qui sont invités mais ce n’est jamais aussi fort que pour les autres acteurs de la musique urbaine. Et cela est dû au fait qu’au Burundi, le HIP HOP a un rôle de figurant. Et les rappeurs ont cette image de voyou. Ce qui est le cas de certains d’entre nous. Cependant nous voulons prouver que les rappeurs sont des personnes sérieuses avec un message à transmettre et qui peuvent contribuer au quotidien de tous comme d’autres chanteurs. C’est pour cela que nous faisons ce HIP HOP DAY pour prouver que nous sommes capables de faire de belles choses », nous explique Sage Wise, patron du label Rockstone Kingdom.

Mais plus qu’une simple revendication, le HIP HOP DAY vient comme un vent de révolution du mouvement hip hop au Burundi. Cela se ressent dans son thème principal. Nommé « Genesis », l’événement annonce la naissance d’une nouvelle ère pour les rappeurs burundais, à en croire Sage Wise. Une ère d’affirmation en tant que genre musical à part entière.

« Cet événement est comme un jour d’indépendance pour nous. Où nous pouvons dire au Burundi et au monde entier que nous avons énormément de rappeurs dans notre pays. C’est un jour que nous célébrerons chaque année. Comme une fête nationale pour tous les rappeurs burundais. L’objectif étant de faire du hip hop une musique reconnue au Burundi ».

Et pour que la fête soit grande, le HIP HOP DAY a ouvert ses portes à tous les rappeurs burundais des 4 coins du pays. De Bujumbura à Bururi en passant Ngozi et Gitega. « Nous aurons des rappeurs de partout avec des grands noms du rap comme B-Face, Fabelove, Magic Soldier Kingorongoro. Nous espérons avoir Big Fizzo et beaucoup d’autres rappeurs. Nous ouvrons la porte à tous et ceux qui ne seront pas là, ils ne l’auront pas voulu », nous dit le patron de Rockstone King dom.

Le HIP HOP DAY devrait donc être « La fête » du Hip Hop burundais. Un événement qui, de l’avis de ses organisateurs, devraient changer l’image du rap au Burundi et enfin l’installer convenablement dans le paysage musical. On va donc croiser les doigts et se doner rendez-vous le 30 août à la Croix-Rouge de Ngagara. Une chose est sûr le hip-hop sera à l’honneur.

 

Moïse MAZYAMBO

 

Comments

comments