Gloria Nsavyumukiza, 18 ans et fière de pratiquer le kungfu

Gloria Nsavyumukiza, 18 ans et fière de pratiquer le kungfu

Gloria Nsavyumukiza, pratiquante du wushu ©Akeza.net

Le kungfu officiellement nommé wushu battait son plein ce samedi à Bujumbura. A peine introduit au Burundi, voilà que les filles commencent à s’intéresser à cet art chinois. Gloria Nsavyumukiza, 18 ans, pratique et est fière de pratiquer le wushu.

 

Nous sommes au terrain  dit département. Une fille se présente et salue son maitre  en parlant dans un langage que seuls «les initiés» comprennent. Sans tarder, la jeune fille en kimono se met à faire une démonstration main nue (sans arme). Le public retient son souffre, la guette avec un air admiratif. Elle reste concentrée, fait des pas, fait des crie à la manière des moines shaolins. Elle, c’est Gloria Nsavyumukiza du club Wushu de Bujumbura.

 

Gloria Nsavyumukiza a fasciné plus d’un sur  place. Nous avons approché  cette brave jeune fille qui s’est introduite dans un monde dominé par les mâles. A notre surprise, Gloria Nsavyumukiza nous apprend qu’elle a commencé à pratiquer le wushu au mois de décembre dernier (Décembre 2015). «J’aime le wushu, le wushu m’a toujours fasciné seulement je ne savais pas par où passer pour pratiquer cette discipline», nous dit-elle.

 

Gloria Nsavyumukiza est encore toute nouvelle. Courageuse, elle se projette déjà dans l’avenir : « Je voudrais avancer, m’améliorer et voir d’autres filles venir pratiquer cette discipline», confie-t-elle.

 

Voir Gloria Nsavyumukiza pratiquer le wushu, sa famille ne le prend pas mal. Elle précise que très peu de personnes de sa famille connaissent sa passion envers le wushu. Gloria Nsavyumukiza  nous a signifié qu’en général elle ne croise aucun problème en pratiquant le wushu, mais qu’elle fait toujours ses preuves.

 

Gloria Nsavyumukiza invite les autres filles à pratiquer le wushu (kungfu). « C’est très important de savoir se protéger », précise-t-elle.

 

Armand NISABWE

Comments

comments