Gloire Edwards : Chroniques d’un jeune pasteur kinois en visite à Bujumbura

Gloire Edwards : Chroniques d’un jeune pasteur kinois en visite à Bujumbura

Gloire Edwards : Chroniques d’un jeune pasteur kinois en visite à Bujumbura ©Akeza.net

Gloire Edwards est chic, charismatique et bien dans son époque. A l’université, il a étudié le multimédia dont il maitrise les codes, l’usage et le rôle. Mais le Seigneur avait d’autres plans pour lui. Ainsi, Gloire s’est retrouvé pasteur et enseigne la bonne nouvelle du Seigneur à temps plein. Ce qui n’enlève rien à sa jeunesse, à son goût de l’aventure, de découvrir le monde et d’aller à la rencontre d’autres cultures. Profitant d’un séjour à Goma où il était invité à prêcher dans une église locale, il a tout bonnement étendu son voyage sur Bujumbura.

De son passage au Burundi, Gloire n’a pas retenu qu’un tout petit pays enclavé mais la grandeur des cœurs des habitants de Bujumbura, leur rire sincère et une plage magnifique. ’’Quelle est belle votre plage’’ a-t-il dit. Après sa première visite à Bujumbura, il a rejoint Kinshasa, d’où il nous donne ses impressions.

Lire aussi : Bay Baldwin, l’ancien chanteur du groupe Indimu reconverti en musulman pratiquant parle de sa nouvelle vie

Dès son arrivée, il a remarqué un Burundi plutôt calme, les burundais donnent toujours bonne impression dès le premier regard « A mon arrivée, j’ai senti le calme, un bon calme. J’ai vu un peuple bien, des gens bien, le sourire aux lèvres et la joie dans le cœur. J’ai vu des gens qui aiment leur nation et qui croient encore en elle. »

Au Burundi, le sens de l’hospitalité, la culture et les burundais forment une mosaïque enchanteresse qui couvre l’absence de grands sites emblématiques. « Je me suis senti ami et frère en même temps ; le genre d’accueil qui vaut plus que des présents. Les amoureux du soir, les religieux des diverses confessions, les travailleurs, les entrepreneurs et les bons penseurs. C’est ça le Burundi que j’ai rencontré et j’aimerais que cette flamme brûle sans jamais s’éteindre. Et parce que nos cultures se croisent je dis : Ndagukunda Bujumbura »

Le ciel est bleu, le Mukeke est excellent. Et les femmes ? « J’ai aimé le climat ; le ciel bleu, le soleil et la fraîcheur du soir. J’ai aimé la plage, le lac et ses vagues. Le Mukeke, exquis ! Certes petit mais exquis !!! Les femmes sont belles et naturelles, toujours souriantes ».

Après son premier passage à Bujumbura, Gloire Edwards garde de bons souvenirs.

Nous lui souhaitons pleins succès, en attendant qu’il ne revienne sûrement avec grand monde.

 

Miranda Akim’

Comments

comments