Ginette Karirekinyana : «Travailler avec les femmes pour l’atténuation et l’adaptation du changement climatique»

Ginette Karirekinyana : «Travailler avec les femmes pour l’atténuation et l’adaptation du changement climatique»

Ginette Karirekinyana,Directrice de l’ Agence Consultative en Ethique de la Coopération Internationale(ACECI)

Ginette Karirekinyana,Directrice de l’ Agence Consultative en Ethique de la Coopération Internationale(ACECI), très connue dans le secteur de lutte contre la malaria avec  des produits naturels et locaux à base de cataire, apporte cette fois –ci  un nouveau projet dénommé « Femme et Climat». C’est toujours dans le cadre de la continuation du projet Cataire de lutte contre la malaria mais aussi pour la promotion du développement durable selon Karirekinyana. Le projet cible les femmes seulement.

Longtemps considérées comme actrices du changement climatique surtout quand elles cherchent les bois de chauffage dans la nature, les femmes sont souvent taxées de cela. Le nouveau projet de l’ACECI dénommé femme et climat vient solutionner tout cela. Avec ce dernier comme l’indique Ginette Karirekinyana, l’initiateur  du projet, on  va impliquer les femmes à la préservation de l’environnement en plantant des plantes  qui seront achetées par ACECI  même dans le cadre de son projet de lutte contre la malaria.

Selon Karirekinyana, à travers ce projet, les femmes seront sensibilisées à planter  les plantes antiérosives, les plantes anti- moustiques et les plantes à autres valeurs nutritives. Les femmes qui vont bénéficier de ce projet comme le précise Karirekinyana vont produire pour elles-mêmes mais aussi pour vendre ces dernières au niveau de l’ACECI. Elles vont livrer leur récolte  à l’ACECI et cette dernière leur donnera de l’argent .Le nouveau projet femme et climat,ajoute-elle,va nous permettre d’élargir notre programme afin  d’accéder les provinces dans lesquelles nous n’étions pas présents comme  Bubanza,kayanza et gitega.

Des innovations … 

Avant ce nouveau projet femme et climat, dans le cadre de la lutte contre la malaria, l’ACECI utilisait des plantes sauvages mais avec le nouveau projet, il y aura des jardins de plantation bien connus. Les femmes bénéficiaires de ce projet vont y investir. Celles qui n’ont pas accès aux terres  pour la plantation de ces nouvelles plantes, le projet prévoit un fonds de crédit qui va leur permettre de louer les terres et rembourser au fur et à mesure.

Signalons que WISE (une microfinance des femmes) a été choisie pour collaborer avec l’ACECI lors de l’exécution de ce projet.

 

Alexandre NDAYISHIMIYE

Comments

comments