Freddy SABIMBONA sera au Festival Crossing Boundaries en Ethiopie

Freddy SABIMBONA sera au Festival Crossing Boundaries en Ethiopie

Freddy Sabimbona , acteur et metteur en scène burundais sur scène ©H Photography

Du 24 au 27 septembre, l’acteur et metteur en scène Freddy SABIMBONA se déplace pour le Crossing Boundaries, un festival de théâtre international qui se passe en Ethiopie. Des artistes de dix pays différents vont participer. 

 

«Nous avions l’habitude d’attendre que les Occidentaux viennent organiser de tels événements et quand ils s’en allaient, nous n’arrivions pas à poursuivre sur leur lancée mais aujourd’hui, nous croyons que nous pouvons le faire de façon indépendante et responsable». Azeb Worku, directeur artistique du Festival

.

«Il ne s’agira pas seulement de divertissement, les performances seront une occasion de penser et explorer les idées du panafricanisme». Surafel Wondimu, chargé des relations internationales pour l’événement.

 

Entretien avec Freddy Sambibona qui représente le Burundi à ce festival.

 

Akeza.net : L’Ethiopie, c’est plutôt un pays anglophone. Y a-t-il donc un public qui parle français ?

 

Freddy S. : Non, je présenterai une pièce en français mais elle sera sous-titrée en anglais. Je l’avais déjà fait à Kampala et à Kigali et apparemment ça ne pose pas de problème.

 

Akeza.net : Comment est-ce de jouer sur une scène étrangère ? À l’étranger ?

 

Freddy S. : C’est intéressant de jouer avec différents publics car justement les réactions sont diverses et du coup le débat devient intéressant. Vous en apprenez autant sur la pièce en soi que sur vous-même. Comme le public en fait.

 

Akeza.net : Aujourd’hui, quelles sont vos ambitions  ?

 

Freddy S. : Agrandir de plus en plus les réseaux que nous avons créé non seulement avec l’est de l’Afrique mais aussi avec l’ouest car il n ‘y a pas beaucoup d’interactions entre les deux même si cela commence maintenant.

Mais aussi, nous sommes en train de préparer  la seconde édition du festival de théâtre «Buja sans tabou» pour février 2016 et nous souhaitons qu’elle soit un aussi beau succès que la première.

Freddy Sabimbona , répond aux média durant ''Buja Sans Tabou''©H Photography

Freddy Sabimbona , répond aux média durant  »Buja Sans Tabou »©H Photography

 

Akeza.net : Qu’en est-il de ta carrière au cinéma ?

 

Freddy S.: Le cinéma, c’est en standby pour le moment. Je n’y renonce pas mais je reçois beaucoup plus de propositions de théâtre que de cinéma à vrai dire…

 

Akeza.net : En fait tu te sens mieux face au public ou à l’écran ?

 

Freddy : C’est différent. L’énergie dégagée n’est pas la même selon que l’on joue devant 500 personnes ou juste devant l’objectif d’une caméra. Mais les deux sont de formidables outils d’expression pour quiconque cherche à s’exprimer.

 

Akeza.net : Comment vois-tu la troupe Lampyre aujourd’hui ?

 

Freddy : Bien. Vraiment bien. Depuis la première édition du festival «Buja sans tabou»  on a pu mettre en place quatre formations en moins d’un an. On a fait des formations sur la mise en scène, le jeu d’acteur, et l’écriture, afin de pouvoir développer des pièces et un jeu de qualité, que l’on soit professionnel dans notre démarche de voir et de faire du théâtre. Nous sommes en bonne voie. Une nouvelle formation est prévue en amont du festival «Buja sans tabou»  durant 10 jours.

La formation fait partie intégrante de notre programme durant l’année aussi bien que la production.

 

Akeza.net : As-tu l’impression que le théâtre a progressé sur les 5 dernières années ?

 

Freddy : Oui il a progressé. De nouvelles troupes ont vu le jour comme la troupe Umushwarara ou Les Enfoirés de Sanoladante qui ont d’ailleurs une pièce écrite par Marshall qui s’intitule  » Kivu« . La pièce sera jouée début octobre. Nous allons jouer « en pleine mer » mi-octobre une pièce qui résulte d’une collaboration de trois compagnies: Umushwarara, Lampyre et la compagnie Marbayassa du Burkina Faso.

Nous préparons la seconde édition du festival  » Buja sans Tabou » pour février où pas moins de trois créations burundaises seront à l’affiche. Alors oui le théâtre a beaucoup progressé en cinq ans.

 

Akeza.net : Tu as fait beaucoup de voyages et de rencontres. Lequel t’a marqué le plus ?

 

Freddy S : Toutes m’ont marqué d’une façon ou d’une autre car au-delà du théâtre ou de l’art, ces rencontres sont humaines avant tout. Il y a une belle phrase de van Gogh qui disait:  » il n’y a rien de plus réellement artistique que d’aimer les gens. »

 

Ce festival est organisé par l’Association des Professionnels du Théâtre Ethiopienne (ETPA) avec la collaboration de l’AAU college of Performing Arts, le Théâtre National Ethiopien, et le Sundance Institute.

 

Propos recueillis par Landry Mugisha

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.