Formalisation des entreprisesː Et si on raccourcissait le temps de la certification des produits?

Formalisation des entreprisesː Et si on raccourcissait le temps de la certification des produits?

©Photo d’illustrationː Des bouteilles de jus en cours d’étiquetage dans une entreprise

Démarrer une entreprise totalement formalisée au Burundi demeure une affaire coriace pour les entrepreneurs débutants. Toutefois, il sied de saluer la simplification du processus de création d’une entreprise depuis 2011  avec l’ouverture d’un guichet unique au niveau de l’Agence Burundais de Promotion des Investissements (API). Selon cette agence, l’ouverture de ce guichet a permis d’immatriculer 13 635 sociétés de 2013 à 2019.

 

Bien que la création d’une société selon l’API se fasse dans 4 heures, l’ensemble de la formalisation (la durée de la certification des produits y compris) peut durer longtemps, ce qui mine le développement des activités  des entreprises surtout pour celles qui sont dans la transformation.

Samuel Ndikumwenayo, un entrepreneur œuvrant dans la transformation alimentaire confie: «  Nous avons commencé à formaliser notre entreprise il y a 7 ans. C’était en 2012. Les premières étapes de la formalisation à l’API nous ont pris une journée. La procédure d’accès à tous les documents elle, a pris plus ou moins deux ans. La tâche ne fut pas facile. C’est surtout la recherche de la certification des produits qui s’est trop enlisée », renchérit Ndikumwenayo.

 

La Banque mondiale dans son étude réalisée en 2003, montre que le poids excessif des réglementations à l’entrée sur le marché va de pair avec une baisse du niveau d’investissement privé, une hausse des prix à la consommation, une aggravation de la corruption des fonctionnaires et une extension de l’économie informelle.

Les travaux de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) quant à eux ont montré que la rigueur excessive de la législation en matière de marché du travail ou des produits peut être néfaste à l’entrée des entreprises sur le marché et à la productivité.

 

Diminuer les coûts et le temps de la formalisation des entreprises, surtout pour ce qui est de la certification s’avère une nécessite. Ne faudrait-il pas ajouter à l’actuel guichet unique tous les services dans lesquels l’entrepreneur passe pour formaliser son entreprise ou sa société? Ici, il faut mentionner les services qu’offre le guichet unique actuel (les statuts délivrés à l’API, le numéro d’identification fiscal et le registre de commerce), ainsi que les services comme l’autorisation d’implémentation et  la charte à la protection de l’environnement).

 

Penser à diminuer la durée et les frais de certification des produits des micros entreprises et des PME peut faciliter les activités de ces projets entrepreneuriaux d’autant que la plupart sont encore au stade de lancement au moment de la recherche des certifications.

http://www.oecd.org/fr/cfe/pme/31946162.pdf

Janvier CISHAHAYO

Comments

comments