FESTICAB : Arrivée de la marraine de la 10è édition

FESTICAB : Arrivée de la marraine de la 10è édition

Arrivée à l’Aéroport International de Bujumbura de la marraine de la 10è édition ©DR

C’est aujourd’hui que Nastou Traoré, la marraine de la 10 è édition a atterri sur le sol burundais en provenance  de la Côte d’Ivoire.  Pendant une semaine, l’actrice ivoirienne se dit honorée d’être la marraine du festival et  entend bien collaborer et apprendre des cinéastes et artistes burundais.

Le thème de cette année étant « Jeunesse, Entrepreneuriat, et Leadership», Nastou Traoré attend de cette édition un échange avec  les jeunes cinéastes et artistes du Burundi « Cette année, le thème est sur les jeunes. Je pense que je vais beaucoup échanger avec eux. Je vais leur parler de mon expérience.  J’ai aussi intégré le monde du cinéma quand j’étais jeune, j’avais 17 ans. Ce n’est pas par hasard que j’ai été choisi pour être la marraine ».

Aux côtés de la marraine se trouvaient  un des jurés  de cette 10è édition Gervais HIEN et un jeune réalisateur  venus tout droit du Burkina Faso pour le festival ©DR

« Je viens du Burkina Faso où aussi on organise le Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision d’Ouagadougou (FESPACO). C’est dans le cadre du partenariat du FESPACO et du FESTICAB que je suis là. Mais maintenant je porte une autre casquette à savoir membre du jury long métrage fiction » a fait savoir Gervais HIEN, juré du FESTICAB.

Avant d’ajouter « C’est ma première fois que  au Burundi et je vois un chaleureux « karibu » alors je suis ravi. Je suis venu pour le festival, ce qu’il y a d’intéressant au-delà des films que nous allons voir, c’est qu’il représente l’Afrique en miniature ici. C’est un peu les valeurs que l’on va partager ».

Le jeune réalisateur du film “Femmes de soleil” Seydou Samba Touré, d’origine sénégalo-burkinabé nous a fait savoir que c’est grâce à un message de ses amis qu’il a inscrit son film au FESTICAB et qu’il est au Burundi aujourd’hui «  Ce qui m’a poussé à m’inscrire, je me suis dit qu’il faut que j’arrive à faire voyager mon film, que ce soit au Burundi ou ailleurs. C’est ma culture que je vais partager. J’ai beaucoup entendu parler du FESTICAB par mes amis au Burkina.  Alors je m’attends au succès du festival et je m’attends à remporter des prix »

Le FESTICAB  se tiendra du 04 au 11 mai 2018.

Miranda AKIM’

Comments

comments