Fabiola Nizigiyimana reçue à la maison blanche grâce à la culture du « lenga lenga »

Fabiola Nizigiyimana   dans son champ de lenga lenga. Credit photo : WBUR

Fabiola Nizigiyimana dans son champ de lenga lenga. Credit photo : WBUR

Il n ‘ y a pas de sot métier, comme dit la sagesse. Partout où vous allez, restez vous-même, et faites ce que vous aimez. Peut-être c’est votre voie de sortie. Echangez votre culture avec les autres. S’il y en a  une qui l’a bien compris, c’est bel et bien Fabiola Nizigiyimana , accueillie à la Maison blanche grâce à la culture des plantes amarantes (communément  appelé lenga lenga au Burundi ). Elle a été honorée hier mardi, lors d’une  cérémonie  à la maison blanche, effectuée à l’ intention de 15 meilleurs cultivateurs des Etats Unis d’Amérique, qui représentent  la prochaine génération d’agriculteurs et d’éleveurs.

 

Fabiola Nizigiyimana a foulé le sol américain en 2007. Elle venait de la Tanzanie, pays qui les avait offerts le refuge. Cette dame de 40 ans a toujours  cultivé du lenga lenga naturellement comme tout citoyen ordinaire de la région  grands lacs d’Afrique. Arrivée dans le pays de l’oncle Sam, elle a continué à exercer sa passion. Elle partage 45 hectares, avec  235 autres cultivateurs. L’an dernier, elle a aidé à fonder une coopérative, qui aident à enseigner aux agriculteurs ( dont beaucoup ne savent ni lire ou écrire en anglais et en leur langue nationale) ; comment  vivre de leur culture . Ils ont bénéficié de l’aide de certains magasins, et restaurants ; et certains de ces cultivateurs ont pu avoir un budget pour la toute première fois, si on en croit le magazine WBUR.

 

 

Fabiola Nizigiyimana   dans son champ de lenga lenga.

Fabiola Nizigiyimana dans son champ de lenga lenga.

Elle se sent fière d’elle même

 

Notre compatriote Fabiola Nizigiyimana dit être fier  de donner quelque chose, au pays qui lui a reçu en tant que refugié. Cultiver n’est pas son travail quotidien, tout comme  52 % de cultivateurs américains ont un autre travail. Elle cultive, vend sa récolte pour  tenter d’offrir le bien être  à ses enfants. « Cette culture m’aide à prendre soin de mes enfants. »
Fabiola aimerait ouvrir  une légumière, pour vivre de sa passion. « Je vais travailler dur, et j’espère que je réaliserais mon rêve » Martelait-elle

 

Fabiola Nizigiyimana, est une burundaise. Sa famille a fuit  la barbarie burundaise vers le Rwanda, avant sa naissance. Ses parents vivaient de l’agriculture et l’élevage jusqu’ au début des années  1990. Ne pouvant pas supporté la crise, ils se sont dirigés vers la Tanzanie dans un camp de refugié , où elle a passé 10 ans.

 
Armand NISABWE

Comments

comments




One thought on “Fabiola Nizigiyimana reçue à la maison blanche grâce à la culture du « lenga lenga »

  1. Ingabire

    Merci madam d’honorer notre pays!cela montre que si la politique burundaise donnerait plus d’attention à l’agriculture,notre cher pays se développerait comme tant d’autres puisque le bon Dieu nous a donné un joli pays où l’agriculture nous est prospère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.