Entretien exclusif avec Francine Niyonsaba

Entretien exclusif avec Francine Niyonsaba

Francine Niyonsaba, lors du meeting de Rieti en Italie.©IAAF

La burundaise Francine Niyonsaba est de retour sous les lumières des projecteurs. Elle marque son «comeback», environ après une année sans réelle visibilité sur la scène internationale. Dans cet entretien, elle revient sur ses récentes victoires.

 

Akeza.net : Tu viens de remporter successivement 2 meetings après un long moment d’absence. Quel est ton sentiment ?

 

Francine Niyonsaba : Je suis très ravie. J’ai un sentiment de satisfaction, surtout je suis fière du chrono que j’ai décroché au meeting de Rieti.

 

Akeza.net : Bon nombre de gens se sont réjouis de ta victoire, même la Présidence de la République t’a vivement félicité. Un mot pour ces gens, qui célèbrent chaque fois ta victoire comme la leur ?

 

Francine Niyonsaba : Premièrement, je tiens à remercier mon entraineur Aloys Nizigama pour tout le travail qu’il fait avec moi. Je remercie également tous mes fans, qui ne cessent de me témoigner un soutien indéfectible. Ils sont toujours là pour moi moralement.

 

Quant à la Présidence, j’apprécie qu’ils m’aient félicité. Mais à mon humble avis, ce serait mieux s’ils me soutenaient matériellement, car tout ce que je fais, je le fais en portant les couleurs nationales. Je peux vous dire qu’en ce moment j’assume mes charges à titre individuel.

 

Akeza.net : Tu as carrément fait un peu plus d’une année d’absence sur les pistes. Où étais-tu quand on n’entendait plus parler de toi ?

 

Francine Niyonsaba : Je vous l’ai dit. Je ne reçois aucun sous de la part du gouvernement. J’étais en stage au Kenya, je me préparais, et voilà le résultat. Il faut reculer pour mieux sauter dit-on.

Akeza.net : Au moment où on parle, il était prévu que tu sois aux jeux africains de Brazza….

 

Francine Niyonsaba : En principe, dans les jeux africains, on n’y croise pas beaucoup d’athlètes de haut niveau. J’ai préféré venir dans ces meetings en Europe, afin de croiser le fer avec des athlètes professionnels de haut niveau. Je dois dire que c’était pour marquer et améliorer mon chrono.

 

Akeza.net : Une athlète de ton rang doit avoir un staff derrière elle. Combien en as-tu ? Et ton entraineur ?

 

Francine Niyonsaba : Mon entraineur Aloys Nizigama il reste à Bujumbura. Mais chaque fois avant et après la course on doit échanger. Il fait un suivi à distance. Il me donne des conseils chaque fois.

Akeza.net : La suite?

 

Francine Niyonsaba : La suite ? Je vais prendre mes vacances.

 

Akeza.net : Profites-en bien, et merci pour cet entretien.

 

Francine Niyonsaba : Merci à vous.

 

Propos recueillis par Armand NISABWE

 

 

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.