Entretien avec Olivier Iturerere, le producteur de Welcome Home, le film le plus primé du FESTICAB

Entretien avec Olivier Iturerere, le producteur de Welcome Home, le film le plus primé du FESTICAB
Olivier Iturerere, le producteur de Welcome Home, le film le plus primé du FESTICAB (www.akeza.net)

Olivier Iturerere, le producteur de Welcome Home, le film le plus primé du FESTICAB (www.akeza.net)

Le film « Welcome home » produit par la maison de production ITULIVE BROS.PICTURES a remporté 4 prix et une mention spéciale du jury dans la 5ème édition du FESTICAB. D’emblée, Welcome Home devient le film le plus primé du FESTICAB de tous les temps. Akeza.net est allé à la rencontre du Directeur de cette maison de production. A travers cette interview, retrouvez la joie et le courage du jeune producteur Olivier Iturerere. Un jeune qui veut frayer un chemin du cinéma burundais et qui aimerait faire du Burundi la plateforme du cinéma africain.

 

Akeza.net : Bonjour !

 

Olivier I : Bonjour !

 

Akeza.net : Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

 

Olivier I : Je m’appelle Olivier ITURERERE, je suis le Directeur d’une maison de production cinématographique appelée« ITULIVE BROS.PICTURES ». Je suis aussi un producteur-réalisateur.

 

Akeza.net : Comment avez-vous accueilli tous ces 4 prix et cette mention spéciale du jury qu’a obtenu le film « Welcome home » dans la 5e edition FESTICAB ?

 

Olivier I : Bon je dirais que c’est une joie immense pour moi de voir un film que j’ai produit remporter tous ces prix. Aussi je dirais que c’est une réussite pour toute personne qui a travaillé sur ce film.

 

Akeza.net : Comment la collaboration avec Joseph Ndayisenga s’est-elle mise en place ?

 

Olivier I : La collaboration s’est mise en place dès le commencement du projet puisque pour chaque projet de film, le réalisateur doit avoir un producteur.

 

Akeza.net : Quelles difficultés ou, au contraire, de quel soutien avez-vous pu bénéficier ?

 

Olivier I : Toute production rencontre  des problèmes. Le premier problème qu’on a rencontré, c’était de trouver quelqu’un pour apprendre le néerlandais aux acteurs. Ensuite on a eu un problème de temps, on se retrouvait sur le plateau jusqu’à minuit. C’était vraiment un travail dur.

Pour ce qui est du soutien, les fonds pour la production de ce film nous sont venus Canal France International (CFI) à travers le projet HARAKA. C’était un concours panafricain qui visait à aider les jeunes réalisateurs à tourner leurs films. Sur 160 projets provenant de toute l’Afrique, on devait choisir 10projets et sur les 10 projets retenus, il y avait « WELCOME HOME. Ainsi la CFI nous a octroyé une subvention de 10.000 euros.

 

Akeza.net : Pouvez-vous nous parler de votre équipe sur ce film ?

 

 

Olivier I : Pour pouvoir arriver à faire un tel film, il faut rassembler une équipe de professionnels. Pour ce fait, on a opté pour J.Marie NDIHOKUBWAYO, Eddy MUNYANEZA, Pacifique NZITONDA, DJ Bright, Romeo, Floriane KANEZA, Richard et bien d’autres. Bref c’était vraiment une équipe bien structurée. Chacun a bien assuré sur son poste.

 

Akeza.net : Aviez-vous eu des appréhensions avant la proclamation des résultats ?

 

 Olivier I : Oui, oui ! Quand je sortais des salles de projection j’entendais des gens dire que « Welcome home » était cool. Il y avait même des gens qui me disaient« Mr. le producteur, cette année est à vous. Vous allez rafler tous les prix. »

 

 

Akeza.net : C’est votre deuxième participation au FESTICAB. Quelle appréciation faites-vous de l’organisation ?

 

Olivier I : Le FESTICAB est un événement bien organisé. Et il embellit d’une année à l’autre. Je profite de cette occasion d’ailleurs pour féliciter toute l’organisation. Et on espère voir le meilleur l’année prochaine.

 

Akeza.net : Pensez-vous que le cinéma burundais a des beaux jours devant lui ?

 

Olivier I : Oui, très sûrement. D’ici 3ans, on aura déjà vu de bons fruits. Notre pays regorge de jeunes très talentueux. Cela se remarque dans différents films qu’on a vus dernièrement. Alors je suis très optimiste que ce monde va se développer et va aider dans la consolidation de la paix dans notre pays.

 

Akeza.net : As-tu une recette particulière pour faire avancer le cinéma burundais ?

 

Olivier I : En tant que producteur mon rôle est de pouvoir assurer la production. Par exemple de décembre 2012 à avril 2013, on a donné une formation à 25 jeunes cinéphiles en écriture et réalisation des films courts métrage. Et au mois de septembre on commencera la production de 5 courts métrages de certains d’entre eux . Donc ITULIVE BROS PICTURES est là pour soutenir et promouvoir le cinéma burundais. Et c’est ce que j’appellerais tout producteur ou maison de production à faire. En fin de compte, c’est pour le bien de notre pays.

 

Akeza.net : Le FESTICAB va s’ouvrir au FESPACO dès l’année prochaine. Quelle opportunité cela représente-il pour vous ?

 

Olivier I : C’est une opportunité hors du commun. Parce que désormais il y aura une visibilité des œuvres burundais. Cela va d’ailleurs me pousser à travailler sans relâche. On entre en compétition avec l’étranger.

 

Akeza.net : Comptez-vous faire carrière dans le cinéma ?

 

Olivier I : Sans faute ! Le cinéma ; c’est ma passion, c’est mon métier. Je ne compte pas arrêter bientôt.

 

Akeza.net : Un mot en guise de conclusion ?

 

Olivier I : « WELCOME HOME » ! Welcome à tous les jeunes cinéphiles, le cinéma est en marche au Burundi. Le moteur tourne. J’aimerais aussi remercier toutes ces personnes qui nous ont soutenus et encouragés. Et à tous les jeunes burundais, « Venez et développons ensemble notre cinéma.»

 

Akeza.net : Merci pour l’entretien.

 

Olivier I : C’est moi qui vous remercie.

Affiche officiel du film Welcome Home (www.akeza.net)

Affiche officiel du film Welcome Home (www.akeza.net)

 

Propos recueillis par Leis-Bruel Bryga

 

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.