Entretien avec Achille Bazahica de l’association Eternal Hope

Entretien avec Achille Bazahica de l’association Eternal Hope
Entretien avec Achille Bazahica de l’association Eternal Hope (www.akeza.net)

Entretien avec Achille Bazahica de l’association Eternal Hope (www.akeza.net)

Eternal Hope est une association créée au Canada depuis sept ans. Composée de burundais, le but fondamental de l’association est l’action sociale et l’entraide entre ses membres. Cette association n’est pas restée sourde aux cris de souffrances des démunis du Burundi. Elle a décidé de faire de l’humanitaire, afin de répondre aux besoins de toutes ces personnes victimes. A cette fin, l’association organise souvent des soirées de bienfaisance pour trouver les moyens financiers. Akeza.net est allé à la rencontre de l’un de ses membres, Mr Achille Bazahica.

 

Akeza.net : Pour commencer, qui est Achille BAZAHICA ?

 

Achille B : Je suis un Burundais qui est installé au Canada depuis plus d’une dizaine d’année, étudiant en administration avec majeur en entreprenariat. Je me suis toujours intéressé à ce qui se passe dans mon pays d’origine que j’ai quitté à l’âge de 11 ans. C’est pour cela que je me suis joint à d’autres jeunes qui avaient  l’envie de faire la différence chez les plus démunis.

 

Akeza.net : Pouvez-vous nous parler de la naissance de Eternal Hope et de ses objectifs initiaux ?

 

Achille B : Notre association a été créée en 2006 dans le but de montrer à nos frères et sœurs burundais que malgré la distance qui nous sépare, nous, membres de la diaspora, sommes conscient de leur dure réalité et sommes capable de leur offrir un coup de main. Nous voulions poser des gestes qui sont porteurs d’espoir, d’où le nom, Eternal Hope. Au tout début, on planifiait de venir en aide aux « prisonniers dans les hôpitaux ». À ce moment-là, il y avait eu une décision de garder dans les hôpitaux ceux qui ne peuvent pas payer leurs factures. Arrivé sur le terrain, nous nous sommes vite rendu compte que la situation était pire que ce à quoi nous nous attendions en termes de nombre de personnes dans le besoin. On s’est donc orienté plus vers les patients qui passaient de longs séjours et qui était délaissés. EHope a donc subvenu à leurs besoins en offrant  par exemple des médicaments, vêtements, produits hygiéniques, paiement de certains frais médicaux, et ce à deux hôpitaux : Roi Khaled et Prince Régent Charles.

 

Akeza.net : Quelles sont les actions que vous avez à votre actif, de votre date de création à aujourd’hui ?

 

Achille B : 1. En 2006, nous avons visité des patients de deux hôpitaux: Roi Khaled et Prince Régent Charles où nous avons distribué de la nourriture, des besoins de première nécessité, médicaments et acquitté certains frais pour des soins urgents. 2. En 2007, eHope a aidé à deux différents endroits, un centre de santé qui vient en aide aux enfants avec des problèmes de nutrition à Gihanga où nous avons distribué des vivres, des habits et matériaux scolaires à une centaine d’enfants et une cinquante de personnes âgées. Après, on a fait des distributions de matériaux scolaires pour toute une année à une soixantaine d’enfants qui se trouvaient dans un camp de réfugiés à Sororezo. 3. L’année suivante, les membres d’eHope et d’autres jeunes ont participé à une journée de distribution de vivre aux réfugiés  » Banyamulenge » qui se trouvaient sur le terrain tempête avant qu’ils soient relocalisés à l’intérieur du pays. 4. Durant l’été 2009, on a eu la chance de rencontrer les jeunes de New Génération à qui nous avons distribués des matériaux scolaires pour l’année scolaire.

À partir de 2010, nous avons voulu changer de direction en nous concentrant plus sur l’éducation des orphelins. On voulait venir en aide à des jeunes en leur offrant la possibilité de pouvoir continuer leur éducation tout en les suivant tout au long de leur parcours. Pour ce faire, le mieux pour nous était de travailler avec un orphelinat qui existe déjà et leur proposer de prendre en charge l’éducation des jeunes. C’est à ce moment-là que nous avons été introduits à Koriciza, un orphelinat qui se trouve à Kirundo, une région qui a été touché par des problèmes de famine dans le passé. Depuis 2011, on supporte financièrement et matériellement l’éducation de 30 à 40 jeunes orphelins chaque année.

 

Akeza.net : Quel est l’impact social de vos activités ?

 

Achille B : Nos activités visent à encourager l’éducation des jeunes pour contribuer au développement du Burundi. L’éducation est le meilleur investissement pour assurer le futur d’une nation. Nous aidons une trentaine d’orphelins et ce sont ces mêmes jeunes qui vont travailler pour leur communauté et partager leurs connaissances en faisant la différence dans leur milieu.

 

Akeza.net : Par quels moyens les mettez-vous en œuvre ?

 

Achille B : Nous comptons en grande partie sur les contributions des membres, qui tous considèrent que la diaspora doit s’impliquer dans leur pays d’origine; en plus de cela, on fait une activité au moins par année comme des BBQ ou d’autres types d’événements où on recueille des fonds et on vend des articles comme des t-shirts et autres articles à notre effigies. Il y a la communauté qui ne cesse de manifester son appui depuis notre début.

Akeza.net : Et si vous nous parliez de ce barbecue que vous avez organisé dernièrement ?

 

Achille B : Le BBQ qui a eu lieu en Juillet était organisé pour réunir les personnes de différents milieux qui nous ont soutenus depuis le début afin de partager avec eux les activités que nous avons accomplies au cours de l’année qui venait de s’écouler. Lors de cet événement, on a pu récolter assez de fonds pour payer les frais de scolarité d’une année complète en plus de passer de bons moments.

 

Akeza.net : Des projets en construction ?

 

Achille B : Premièrement, on vise à ce que ces jeunes continuent à aller à l’école, par contre, ils ont des besoins dans leur vie de tous les jours. On vise à répondre à certaines de leurs demandes. À long-terme, on prévoit monter un projet à long-terme dont  les jeunes de Koriciza et d’autres de la région pourraient bénéficier. Le but est de leur proposer un moyen d’autofinancement pour pourvoir à certaines charges de l’orphelinat à même les profits tirés des leurs activités.

 

Akeza.net : On vous remercie pour l’entretien !

 

Achille B : C’est moi qui vous remercie.

 

Propos recueillis par Leis-Bruel Bryga

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.