Entrepreneuriat : Ir Aristide Ihorimbere ou l’éleveur des abeilles pour faire des billets !

Entrepreneuriat : Ir Aristide Ihorimbere ou l’éleveur des abeilles pour faire des billets !

L’apiculture n’attire pas nécessairement les entrepreneurs burundais. C’est dommage car ceux qui voient les choses à travers les lentilles de l’agribusiness flairent une opportunité pour se constituer un vrai pactole.  L’opportunité ne porte pas toujours une robe sexy. Ihorimbere, ingénieur-agronome de formation, a tout compris. S’appuyant sur ses compétences, il a démarré l’élevage des abeilles, ce qui le mena à créer sa propre entreprise apicole. Aujourd’hui, sa vie a changé !

Né et grandi dans une famille d’agriculteurs, Ir Aristide Ihorimbere préférait être éleveur. « Depuis mon jeune âge, je voulais faire l’élevage. C’est pourquoi depuis 2007, j’élevais des poules», affirme-t-il. Il aura fallu trois années pour qu’il démarre l’élevage des abeilles avant de créer sa propre entreprise Safety Health Product Company (SHEPCOM) en 2015.

 

Des débuts difficiles mais prometteurs!

Nous sommes en 2010. A la fin de ses études d’humanités générales, Ir Aristide Ihorimbere veut faire l’élevage des abeilles et développer le business du miel pour aider sa famille. « J’ai commencé l’élevage des abeilles avec deux ruches traditonnelles. Puis, j’ai demandé à une personne deux bidons de miel pour commencer le business du miel tout en épargnant le bénéfice afin d’aider mes frères et sœurs parce que mon père était atteint d’un handicap physique», raconte-t-il

Et de continuer: « J’ai continué cet élevage des abeilles et ce business du miel. En 2012, j’ai voulu investir le peu que j’avais eu dans la fabrication des briques en terre cuite afin d’augmenter mon capital. Malheureusement, j’ai eu une grande perte en 2013, mais je ne me suis pas découragé. Avec 2014, j’ai pu encaisser 4 millions de francs burundais de bénéfice. Comme j’avais déjà commencé l’élevage des abeilles, grâce à ce profit tiré de la fabrication de briques, j’ai acheté 10 ruches modernes pour étendre mon élevage des abeilles».

Ir Aristide remporte haut la main un concours de la BBIN (Burundi Business Incubator) en 2015 et obtient 3 millions de francs burundais. Visionnaire, il dédie cet argent à l’achat d’autres ruches modernes. Dès lors, il prend du poil de la bête et songe sérieusement à la création de sa propre entreprise apicole.

 

SHEPCOM, pour la promotion de l’apiculture !

Créé en 2015,  SHEPCOM vise la modernisation de l’apiculture et l’accroissement de son rendement au Burundi afin de mieux inonder le marché international. SHEPCOM a établi son point de vente principal à Ngozi.

 

Selon Ir Aristide, la production était médiocre avant qu’il ait des ruches modernes. « Une ruche moderne ayant une forte colonie d’abeilles, placée dans un endroit favorable donne entre 30 et 60 kg de miel par an. Par contre, une ruche traditionnelle produit entre 10 et 20 kg par an», explique-t-il.

 

Il ajoute: « Quand j’ai totalisé 50 ruches modernes, la production est partie de 300kg à 1500kg par an. En 2015 et 2016, après avoir créé SHEPCOM, la production du miel était de 4tonnes de miel par mois», se réjouit-il.

Aujourd’hui, avec les productions de son entreprise et des coopératives apicoles qu’il a créées, il parvient à mettre sur le marché plus de 10 tonnes de miel par mois. Avec 2020, il confie que son entreprise va ouvrir un autre point de vente à Bujumbura précisément à Gatunguru.

Signalons que, comme l’annonce Ir Aristide Ihorimbere, SHEPCOM va bientôt changer son nom pour devenir Ubwigenge-Safety Health Product Company (U-SHEPCOM).

 

Melchisédeck BOSHIRWA

Comments

comments