Entrepreneuriat : « Eagle Group », ou le courage de faire de grandes choses

Entrepreneuriat : « Eagle Group », ou le courage de faire de grandes choses

Plus qu’une simple mode, l’entrepreneuriat des jeunes devient de plus en plus une mentalité chez les jeunes burundais. Une sorte de prise de conscience de leur capacité à apporter leur pierre à l’édifice du développement du pays. Dans un continent où le chômage frappe particulièrement la jeunesse, entreprendre semble être la seule solution. Et c’est dans l’idée d’offrir à d’autres jeunes des opportunités de prouver leur compétence qu’est née « Eagle Group ». L’entreprise créée et portée par des jeunes se veut être une plateforme permettant l’éclosion de talent et l’épanouissement d’une jeunesse que les codes de la société relèguent au second plan.

 

Tout part d’une idée

En discutant avec Déogracias IRAKOZE, Directeur d’Eagle Group, on peut ressentir le besoin qui l’anime de prouver que la jeunesse burundaise est capable d’apporte une plus-value au développement du burundais. « Depuis mes début à l’université, je me suis rendu compte qu’en tant que jeune nous avons une valeur ajoutée. Seulement nous sommes souvent sous-estimés. Personnellement, j’ai toujours voulu apporter des solutions à des problèmes du quotidien. Et ma plus grande motivation a toujours été de prouver que nous les jeunes pouvions le faire », nous explique Déogracias.

Le jeune homme passionné de numérique s’est inspiré d’entreprises telles que Google pour lancer en février 2018 sa propre plateforme  de recherche qu’il a appelé « Eagle ». Une démarche ambitieuse qui sonne le début de l’aventure pour Déoagracias IRAKOZE. « Depuis l’âge de 13 ans, je travaillais avec des étudiants finalistes dans un secrétariat public. Et je me suis rendu compte qu’ils avaient du mal à accéder aux informations quand ils rédigeaient leurs travaux. J’ai donc eu l’idée de créer un moteur de recherche qui puisse concentrer la plupart des informations provenant de différentes universités du pays et de la sous-région. Et c’est par là que tout a commencé ».

Son moteur de recherche en mains, Déogracias entre en contact avec le BBIN pour l’aider à développer son projet. Celui-ci nécessitant de mobiliser beaucoup de ressources, il doit générer des revenus pour financer ce grand projet. C’est ainsi que naitra Eagle Group qui réunit une panoplie de services. On y trouve notamment la branche Eagle Market qui permet la création d’applications mobiles et sites de vente en ligne, Eagle House qui est une plateforme de prestataires de services (électriciens, plombiers, mécaniciens, informaticiens etc. et également Eagle Song qui a pour vocation d’offrir aux artistes et producteurs de musique une plateforme de vente de musique.

Par ailleurs, en s’inscrivant dans une logique de promotion des talents burundais dans tous les domaines, Eagle Group a récemment décidé d’éditer le premier livre du jeune comédien Divin Spencer ISHIMWE. Intitulé « KAMANZI », l’ouvrage sera disponible en version physique et électronique.

Pour mener à bien son entreprise, Déogracias IRAKOZE s’est entouré de jeunes passionnés avec qui il travaille depuis septembre 2019. 4 mois après son lancement, Eagle Group se veut optimiste pour l’avenir.

 

L’essentiel c’est d’oser

Lancer son entreprise est, pour Déogracias IRAKOZE, le fruit du courage et de la volonté d’accomplir une œuvre louable et inspirante pour la jeunesse burundaise. Le jeune développeur déplore aujourd’hui la tendance qu’ont certains jeunes à se sous-estimer et à garder la main tendue alors qu’elle possède le potentiel de prendre les devants et de créer.

« Avec l’expérience que nous avons déjà et les défis auxquels nous faisons face, j’ai compris qu’il y a de la place pour tout le monde. C’est vrai que, très souvent, nous nous apitoyons sur notre sort en tant que jeune. Nous nous plaignons du chômage et de tout ce qui va avec. La vérité c’est que nous avons tous été appelé, chacun selon le don que lui a accordé, à apporter une valeur dans ce monde. L’important est de savoir ce à quoi on est appelé, le don que l’on a reçu, y croire et essayer de voir, dans la mesure du possible, comment est-ce que cela peut bénéficier au plus grand nombre », nous confie encore Déogracias IRAKOZE.

Et bien qu’il ne néglige pas l’importance d’être accompagné, il estime néanmoins que le manque d’accompagnement ne devrait pas être synonyme d’abandon. « C’est vrai qu’il est important d’être accompagné mais lorsqu’on ne peut pas se le permettre, cela n’est pas une raison pour croiser les bras. Il y toujours des problèmes dans différents domaines dans la vie et lorsque l’on sait apporter une solution, on a vraiment le potentiel de lancer une affaire qui non seulement pourra bénéficier à soi-même mais également à toute la société   », dit-il.

Pour Déogracias, l’important c’est de se lancer. D’oser et de fournir des efforts pour faire la différence. Comme il le dit lui-même « nous sommes capables de beaucoup, alors Osons Oser »

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments