«Enabling the Business of Agriculture 2019» : Le Burundi parmi les dix pays meilleurs promoteurs

«Enabling the Business of Agriculture 2019» : Le Burundi parmi les dix pays meilleurs promoteurs

Image d’illustration ©GEORGES GOBET / AFP

Sur un nombre global de 54 réformes mis en œuvre par 47 pays sur 101 évalués de 2016 à 2018, le Burundi enregistre 38 reformes. De surcroit, il est classé parmi les 10 pays meilleurs promoteurs de l’agrobusiness dans le monde. Ceci ressort du rapport de la Banque mondiale « Enabling the Business of Agriculture 2019 » publié le 21 Octobre 2019. Ce rapport analyse le climat des affaires du secteur agricole dans le monde.

L’objet du rapport «Enabling the Business of Agriculture» est de déterminer le rôle des gouvernements dans l’élimination des contraintes qui minent l’exploitation des entreprises agricoles.

Ce document évalue le cadre réglementaire en fonction de huit grands indicateurs. La Fourniture de semences, l’enregistrement des engrais, l’approvisionnement en eau, l’enregistrement des machines, l’alimentation du bétail, la protection phytosanitaire, le commerce de la production alimentaire et l’accès au financement.

 

38 reformes entreprises dans 3 indicateurs

Dans ces lignes, le rapport montre que le Burundi a amélioré l’accès à l’information sur la disponibilité des variétés de semences en introduisant un catalogue officiel répertoriant les variétés enregistrées dans le pays. La fourniture de semences a enregistré 10 réformes avec à la clé un score de (18,52%).

Quinze réformes ont été entreprises dans la protection phytosanitaire par l’introduction d’une nouvelle loi en 2017. Cet indicateur a enregistré un score de (70,00%).

L’accès aux financements en permettant aux institutions financières non bancaires d’émettre la monnaie électronique est le fruit de 13 réformes entreprises dans l’accès au financement. Le score de l’indicateur est de (40%).

Selon la Banque mondiale, toutes ces réformes ont permis au Burundi de figurer parmi les dix pays qui ont amélioré les indicateurs permettant aux entreprises de l’agriculture de se développer. Le Burundi a enregistré par ricochet la 3ème meilleure marge ascendante dans le monde (+9,68) derrière la Sierra Leone (+14.35) et l’Arménie (+13,38).

Cependant, le reste des indicateurs n’affichent pas de réformes récentes. Il s’agit de l’enregistrement des engrais (11,11%), l’approvisionnement en eau (40%), l’enregistrement des machines (55,47%), l’alimentation du bétail (0,00%), et le commerce de production alimentaire (51,01%).

 

Comparativement à la sous-région

Le Burundi (35.76%) et  le Kenya (64.80%) comptent parmi les dix pays ayant le plus progressé globalement. Ils sont les seuls sur la liste dans la sous-région. La Tanzanie affiche un score global de (57.15%) et l’Ouganda est à (52.15%). Le Rwanda et la RDC quant à eux affichent respectivement un score global  de (41.43%) et (29.81%).

La Tanzanie a le score le plus élevé en matière de fourniture de semences (77,47%) et d’accès au financement (90%) parmi les pays à faible revenu. Quant au Kenya et l’Ouganda, ils se classent parmi les 20 premiers pays en termes d’indicateurs de fourniture de semences.

Le rapport précise aussi que la production agricole mondiale devrait augmenter de 20 % au cours des dix prochaines années, à mesure que les techniques agricoles gagneront en efficacité.

https://openknowledge.worldbank.org/bitstream/handle/10986/31804/9781464813870.pdf

 

Janvier CISHAHAYO

Comments

comments