En images : Vous ne voyez pas double, ce sont juste des jumeaux … Hussein et Hassan

En images : Vous ne voyez pas double, ce sont juste des jumeaux … Hussein et Hassan

«Vous ne voyez pas double, ce sont juste des jumeaux  »  est un dossier d’articles sur www.akeza.net qui donne lieu aux anecdotes des jumeaux/des jumelles.

Le phénomène de la gémellité a toujours intrigué l’homme. Le grand nombre de jumeaux rencontrés dans la vie courante en est le témoignage. Tour à tour interprétés au cours des siècles et autour du monde comme une bénédiction ou un mauvais augure, les jumeaux ont cependant toujours constitué un objet de curiosité.

Nous avons accueilli Hassan et Hussein, âgés de 30 ans, affichent une complicité qui pourrait en jalouser certains, quand d’autres croient voir une sorte de concurrence entre eux. Ils se sont confiés.

Lire aussi : En images : Vous ne voyez pas double, ce sont juste des jumelles

Akeza.net : Avez-vous les mêmes goûts (vestimentaires, culinaires, etc.)?

Hussein : On n’a pas complètement les mêmes goûts vestimentaires (style). La base est la même. Bon, après, les couleurs et les motifs sur les vêtements peuvent varier. Parfois on échange des habits et on adore les mêmes nourritures.

 

Akeza.net : Faites-vous tout ensemble ?

Hussein : On n’habite pas ensemble pour le moment mais avant on allait faire des shoppings ensemble. On a fait la même école primaire et secondaire (même classe jusqu’en  5ème année primaire). On ne voyage pas ensemble, mais souvent je lui rendais visite quand il habitait à Nairobi.

Hassan : Maintenant qu’on a grandi, non. On a des responsabilités différentes. Il a une femme et moi j’ai un enfant qui d’ailleurs nous appelle tous « papa ». Comme je travaille à l’intérieur du pays et que je me déplace souvent, il joue le rôle du père pour mon fils. D’autant plus qu’on se ressemble, le petit s’adapte plus vite.

 

Akeza.net : Qu’est-ce que ça fait d’être constamment à côté d’une personne qui te ressemble comme deux gouttes d’eau?

Hussein : Ça fait un peu drôle et c’est stressant en même temps. Les gens ne cessent pas de parler de nous, de nous pointer du doigt et de  nous confondre parfois. On ne passe pas inaperçu.

Hassan : Quand on est ensemble, on nous prend pour des bêtes de foire. (Rires…)

 

Akeza.net : Qui est le plus beau de vous deux ?

Hassan : (Rires) C’est moi bien sûr. J’ai le teint plus clair qu’Hussein. Cela se voit même sur les photos.

{"autoplay":"true","autoplay_speed":"3000","speed":"300","arrows":"true","dots":"true"}

Akeza.net : Est-ce que vous profitez régulièrement du fait que vous pouvez facilement passer l’un pour l’autre?

Hussein : Il pourrait être possible d’utiliser son permis de conduire ou ses papiers d’identité. Malheureusement, je ne peux pas le remplacer au boulot pour quelques jours (pour des raisons d’expertise dans les domaines du travail). Mais quand on était encore au secondaire, je travaillais dans un cybercafé, il pouvait me remplacer sans que le patron le sache. Il ne savait pas qu’on était deux.

 

Akeza.net : Quelle est la situation la plus embarrassante que vous ayez jamais vécue en raison du fait que vous êtes des jumeaux?

Hassan : La femme d’Hussein m’a rencontré en premier. On était collègues à Nairobi puis elle est venue travailler au Burundi. Ne sachant pas que j’avais un frère jumeau, elle était confuse en voyant Hussein.

Hussein : Il arrive que les gens me parlent des choses que je ne comprends pas, pensant qu’ils parlent à Hassan. De même que ma femme avant de nous différencier. Ma femme connaissait Hassan avant de me rencontrer et elle était confuse en me voyant. Mais maintenant, même en fermant les yeux, elle peut nous distinguer.

 

Akeza.net : Avez-vous déjà pensé à la vie si l’autre n’était pas là?

Hussein : On a déjà passé 6 ans séparés par  plus de 1000km, on a survécu. Mais c’était toujours bien de sentir qu’il était quelque part.

 

Rendez-vous la semaine prochaine pour la découverte d’une paire de jumelles.

 

Propos recueillis par Miranda Akim’

Comments

comments