En images : le second jour du festival Buja Sans Tabou

En images : le second jour du festival Buja Sans Tabou

Si la veille du 13 avril 2018, la scène du festival Buja Sans Tabou  avait accueilli des acteurs burkinabès et burundais, les spectateurs du second jour du festival ont tour à tour été témoins  de trois pièces.

« Tais-toi et creuse » de Hala Mouganie. L’histoire réunit une famille : le père, la mère et le fils autour d’un trou dans une décharge. Ils creusent, ils fouillent, pour essayer d’en sortir des ruines, des matériaux à revendre, des souvenirs,… Ils sont rejoints par deux représentants de l’ordre qui perturbe un équilibre familial problématique. Alors, se livre, autour du trou, une lutte pour le pouvoir et le désir,…, une lutte qui renforce les quêtes de chacun, leurs angoisses et réalités. Le trou renvoie à un vide, c’est une question de mémoire et les personnages ont des manques à remplir.

Lire aussi : En images : le premier jour du festival Buja Sans Tabou

« Sage comme sauvage » mise en scène par Wesley Ruzibiza. C’est une pièce créée et interprétée par Fire danse qui fait partie du collectif réunissant Amizero Kompagnie du Rwanda et L-danse de la RDC. Mise en scène par Wesley Ruzibiza, elle interpelle les fourbes, les imposteurs, les sournois.

Au CELAB comme à l’Institut Français du Burundi, les trois pièces ont été saluées par le public.

Retrouvez le tout, en images telles que captées par AKEZA Creative Studio

{"autoplay":"true","autoplay_speed":"3000","speed":"300","arrows":"true","dots":"true"}

Comments

comments