Emma INEZA, ce nouveau visage qui pourrait percer dans le monde du mannequinat

Emma INEZA, ce nouveau visage qui pourrait percer dans le monde du mannequinat

Collage de photos d’Emma INEZA ©DR

Toute fraiche dans le monde du mannequinat, Emma INEZA gravit les échelons un à un.  A 19 ans, elle espère se faire une place dans cette grande et complexe industrie qu’est la mode. Toute jeune et pleine d’ambitions, Emma poursuit déjà des études de droit sans toutefois oublier sa passion. Les obstacles, les challenges, elle nous parle de tout dans cet entretien.

Akeza.net : Pourrais-tu te présenter à nos lecteurs ?

Emma : Je m’appelle Emma INEZA, j’ai 19 ans, j’ai quitté le Burundi à l’âge de 8 ans pour déménager en Italie. Maintenant j’habite en Belgique depuis 8 ans. Je fais des études de Droit à l’université Saint-Louis de Bruxelles et espère devenir huissier de justice plus tard ou me spécialiser dans le droit des entreprises.

Lire aussi : Nos mannequins à l’étranger : Ange Nicole Mahoro, en Ouganda

Akeza.net : Quand as-tu commencé le mannequinat ?

Emma : Je ne suis pas vraiment mannequin, je n’ai pas à proprement dit signer un contrat dans une agence, ce qui est mon plus grand rêve d’ailleurs ce serait de signer chez International Model Management (IMM) à Bruxelles pour commencer et pourquoi pas plus tard entrer chez International Model Group (IMG) car c’est une agence qui représente les plus grands espoirs dans le milieu. Mais tout a commencé par un concours auquel je me suis inscrite qui s’appelle Best Model for Belgium, j’ai eu l’occasion de rencontrer des personnes formidables dans le milieu. Je n’ai pas été sélectionnée dans les catégories du concours mais à la fin de cette semaine je vais savoir si je peux représenter le Burundi à Paris pour la finale au niveau mondiale qui s’appelle Best Model of the World. Donc on verra comment la suite se déroule.

 Akeza.net : Quel objectif avais-tu en tête lorsque tu t’es lancé dans ce domaine ?

Emma : Mon objectif était et reste toujours celui d’un jour avoir la chance inespérée de défiler pour la grande marque Victoria’s Secret. C’est un grand objectif pour une débutante comme moi mais il faut bien commencer  quelque part et comme on dit, qui ne tente rien n’a rien.

Lire aussi : Nos mannequins à l’étranger : Michael Thayer NKINDI, en Chine

Akeza.net : Quels sont les problèmes que tu encoures dans le mannequinat ?

Emma : Pour le moment je ne pense pas avoir rencontré de réels problèmes vus que je ne suis pas vraiment mannequin mais je dirai que ma taille est parfois un obstacle aux castings parce que certaines agences ont de grandes exigences et avec 1m74 cela peut ne pas être suffisant car je me rappelle qu’à un casting j’ai rencontré une fille de 15 qui faisait déjà 1m80 donc elle avait d’avance plus de chance que moi.

Lire aussi: Sarah Nynthia Nshimirimana :«Avec 1m59 pour 43 Kg, qui aurait cru que je deviendrais mannequin?»

Akeza.net: Quels est ton mannequin préféré ?

Emma : Le parcours de Naomi Campbell est impressionnant et si je pouvais avoir l’opportunité de faire autant de chose qu’elles j’en serai ravie je l’avoue mais c’est une icône dans la mode donc c’est un peu exagéré comme but mais j’aimerais suivre les pas de Leila Nda (une jeune et sublime mannequin de 25 ans d’origine burundaise et qui habite en Belgique également). Elle défile cette année pour la grande marque Victoria’s Secret d’ailleurs et ce pour la deuxième fois donc si j’en ai un jour l’occasion, je serais honorée de suivre ses pas. D’autre part, j’ai toujours admiré le professionnalisme et l’esprit ouvert et déjanté de Cara Delevingne. (Rires)

 Lire aussi : Nos mannequins à l’étranger : Ideline AKIMANA, en Afrique du Sud

 Akeza.net: Si tu n’étais mannequin, tu serais… ?

Emma : J’aime beaucoup l’équité, faire régner la loi et c’est pour ça que je fais des études de Droit et j’aime aider mon prochain donc si tout se passe bien, j’aimerais récolter assez d’argent afin d’ouvrir des refuges pour les personnes dans le besoin ou faire de l’humanitaire.

Akeza.net : Voudrais-tu en faire une carrière ?

Emma : Faire de l’humanitaire ? Bien sûr, mais si je peux combiner cela avec le droit et éventuellement, si Dieu le veut avec une possible carrière de mannequin, ce serait le top du top oui.

Lire aussi : Monia Inashaka : Le mannequinat vu par ancien mannequin

Akeza.net : Etes-vous à l’aise avec l’image glamour que vous projetez sur vos photos ?

Emma : Je dois avouer que l’image qu’on donne maintenant de tout ce qui nous entoure est souvent « retouchée » donc on ne peut pas toujours s’y fier mais l’image que je veux faire passer de moi n’est jamais surfaite, j’essaie tant bien que mal d’être moi et espère plaire telle que je suis et rendre fière mon entourage, tout en inspirant certaines personnes.

 

Akeza.net : Les mannequins sont souvent amenés à se dénuder pour une séance photo pour que leur carrière décolle, quel est ton avis par rapport à ça ?

Emma : Je dois admettre que c’est de plus en plus récurrent, et même à un jeune âge mais je ne pense pas que ce soit le seul ou même le meilleur moyen de réussir dans le milieu. Je ne porte absolument aucun jugement à ceux ou celles qui sont passés par cette case mais si je peux moi-même l’éviter, je me sentirais mieux à l’aise parce que je me dirai que d’un côté, je n’ai pas réussi par une voie « facile ».

Lire aussi : La nouvelle génération dans le Mannequinat : Fiona (Gibb) Fides NACIZA, les yeux rivés à l’international

 Akeza.net : Quel conseil donnerais-tu aux jeunes burundais qui ont la même passion que toi ?

Emma : Ne vous arrêtez pas à un non, ou même plusieurs. Dans la vie, la pire chose qui peut arriver qu’un refus est de vivre avec des regrets. Donc croyez en vous, travaillez de façon régulière et acharnée le plus possible que vous pouvez et ce pas parce que vous le pouvez mais parce que c’est ce que vous êtes. Le travail et la patience payent à un moment ou un autre donc soyez humbles, soyez reconnaissants et persévérez, le destin fera son travail.

Lire aussi :  Nos mannequins à l’étranger : Liesse Kezimana, en Australie

Propos recueillis par Miranda AKIM’

Comments

comments