Elle expose ses photos à ciel ouvert

Une des photos exposée sur une clôture au bord de la rue (www.akeza.net)

Une des photos exposée sur une clôture au bord de la rue (www.akeza.net)

Tout se passe au cœur de la ville de Bujumbura. Sur les murs des clôtures des écoles, au palais des arts et ailleurs, des constructions sont bien enjolivées par les clichés de la photographe belge Rosalie Colfs. Une idée qui lui est venu pour certifier à la ville, l’existence de ceux qui « travaillent sans relâche au confort des plus riches ». 80 personnes en tout, apparaissent sur ces images. Ces «travailleurs de l’ombre qui travaillent au confort des plus riches» ou plutôt qui travaillent pour leur survie, ont inspiré cette photographe, durant les 5 ans qu’elle vient de passer au Burundi.

 

Voilà qu’à 2 mois de son départ définitif, elle arrive à changer les grandes avenues de la ville en véritable lieu d’exposition. Sur ces photos, on y découvre les jardiniers, les vendeuses de fruits, les femmes de ménages. C’est une manière de leur rendre hommage, selon cette photographe. « J’aimerais d’une certaine façon leur donner de la dignité en leur permettant d’être vus et reconnus. Et qu’ils disent au monde : ‘Je suis là et fier, je suis citoyen du Burundi, comme tous les autres », s’est-elle confié au journal Iwacu.

 

Enfin, on aura une sorte de musée pendant quelques jours. C’est quelque chose de plutôt bien   de voir les habitants de Bujumbura s’arrêter face à ces immenses portraits et se laisser porter par l’imagination.

 

Armand NISABWE

Comments

comments




2 thoughts on “Elle expose ses photos à ciel ouvert

  1. Nisabwe

    oohhh!!! c’ est désolant. je m’ en doutais. Si les gens parviennent de déchirer les affiches de concert, harakantu ces gigantesques portraits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.