Ella Chandelle INEZA ou la volonté de laisser des traces

Ella Chandelle INEZA ou la volonté de laisser des traces

Ella Chandelle INEZA ou la volonté de laisser des traces ©Akeza.net

La détermination est souvent l’arme des champions. Se fixer un objectif et faire de son mieux pour l’atteindre est certainement la chose qui caractérise le mieux Ella Chandelle INEZA. A 22 ans, elle a déjà été Miss Kugasaka 2017, représentante provinciale pour la fondation Femi de Jaba, candidate Miss Burundi 2018 et 2021 et par-dessus tout étudiante en médecine. La jeune native de Ngozi ne recule devant rien pour atteindre son but : marquer les esprits et laisser des traces.

 

J’ai toujours voulu marquer la vie des gens

Ella Chandelle INEZA est née en 1998 à Ngozi. Avec une mère infirmière, la jeune fille a toujours été passionnée par le fait de faire du bien et de marquer la vie de ses contemporains. De cette passion est née son envie de faire la médecine. « Ma mère est infirmière et les gens ont l’habitude de l’appeler « Muganga » (médecin en kirundi). Il y avait des gens qu’elle avait soignées et qui lui témoignaient leur gratitude chaque fois qu’ils la croisaient. Des personnes dont elle ne se souvenait pas des fois. Cela m’a toujours fasciné de voir comment on peut laisser des traces dans la vie d’une vie personne. Et je voulais faire la même chose. C’est pour cela que j’ai choisi de faire la médecine », raconte Ella Chandelle.

Pourtant, la jeune femme aurait pu connaitre un cursus bien différent puisqu’avant la médecine, Ella Chandelle a passé une année à la faculté d’informatique de l’Université de Ngozi. Une année qu’elle a beaucoup aimé selon elle. « Lorsque j’ai fini mon secondaire, je me suis inscrite à la faculté d’informatique en attendant de passer le concours pour la faculté de médecine. J’aimais beaucoup cela parce que ce n’était que des maths et j’étais plutôt bonne à ça. Je n’ai jamais été bonne en mémorisation et faire des maths me plaisait vraiment. Je pense que si je ne réussissais pas le concours de médecine, j’aurai continué en informatique », dit-elle en souriant.

Finalement, Ella Chandelle va réussir le concours de la faculté de médecine et va commencer le long chemin pour devenir « Muganga ». Il ne lui reste plus que 3 années avant d’avoir son diplôme.

 

Un goût pour les défis

Ella Chandelle aime les défis. Et c’est ce goût pour les défis qui va la pousser à tenter une première expérience dans l’univers des concours de Miss. Elle s’inscrira en 2017 pour le concours Miss Kugasaka à Ngozi. Mais si la jeune femme s’inscrit, ce n’est pas seulement pour connaitre une expérience nouvelle, elle vise le sommet. « C’était vraiment un défi que je m’étais lancé. Je me suis dit que j’étais capable de participer et de gagner. Il n’y avait aucune raison que je n’ai pas mes chances », dit-elle. Ce défi lancé, elle va prendre à cœur de devenir Miss Kugasaka 2018. D’ailleurs une petite anecdote entoure sa participation à ce concours. Une histoire qu’elle raconte avec le sourire. « Le prix réservé à la gagnante était une enveloppe de 300.000 Fbu. Et pour convaincre ma mère de me laisser participer je lui ai dit que j’avais besoin d’un nouveau téléphone vu que je venais de casser le mien. Et lorsque j’ai gagné le concours, j’ai pris mon enveloppe, sans y enlever le moindre sou pour la moto, et je suis allé acheter mon nouveau téléphone. Je suis rentré à pied mais j’étais heureuse d’avoir un nouveau téléphone acheté avec mon propre argent ».

Vous l’aurez compris, Ella Chandelle a été élu Miss Kugasaka 2017. Une victoire qui lui donnera l’opportunité de mener quelques actions caritatives en faveur des enfants vivant dans les rues de Ngozi, mais également des actions de sensibilisation en santé reproductive dans quelques écoles de sa ville natale.

Ella Chandelle INEZA ©Akeza.net

Promouvoir le leadership de jeunes

Si Ella Chandelle participe à des concours de Miss, ce n’est pas tant pour devenir une reine de beauté. La jeune femme porte un projet beaucoup plus important que celui de porter un diadème. Ce qu’elle veut c’est aider les jeunes à réaliser leur potentiel et à devenir de véritables leaders dans la société. Un objectif capital pour le médecin en devenir qu’elle est. « Mon projet est de promouvoir le leadership, une culture libre et une richesse générationnelle. L’idée est vraiment que les jeunes réalisent leur capacité à faire des choses et à les réussir. Nous voyons aujourd’hui certains jeunes qui tentent de faire des choses sans particulièrement se soucier de ce que les autres peuvent penser et finissent par réussir. Et je pense que si la jeunesse burundaise prend conscience des potentiels et des talents qu’elle renferme, nous serons capables de faire des grandes choses et de rendre notre pays grand », explique Ella Chandelle qui milite pour une jeunesse audacieuse et entreprenante.

Pour atteindre son objectif, la jeune femme compte organiser des ateliers et des conférences où les jeunes seront capables d’apprendre, de partager et d’échanger pour un futur plus beau. Un nouveau défi pour Ella Chandelle qui compte bien laisser sa trace dans les esprits et les cœurs de ses contemporains.

Ella Chandelle est actuellement candidate à Miss Burundi 2021 et représente la province NGOZI.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments