Education : Les Centres de Lecture et d’Animation Culturel, un outil d’apprentissage et de développement des communes

Education : Les Centres de Lecture et d’Animation Culturel, un outil d’apprentissage et de développement des communes

Le Ministre de la Jeunesse, des Sports et de la Culture, Jean-Bosco HITIMANA lors de la visite du CLAC de Gatsinda  en pronvince Ngozi ©Akeza.net

Le 30 Novembre et le 1er Décembre 2017 s’est tenu, dans la province de Ngozi, un atelier sur l’évaluation de l’extension des Centres de Lecture et d’Animation Culturelle (CLAC) dans toutes les provinces du pays ainsi que la vulgarisation de la Politique Nationale de la Jeunesse 2025. Un atelier organisé par le Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Culture et qui avait réuni des cadres du dit ministère, des représentants des ministères et partenaires techniques et financiers, animateurs de CLAC ainsi que des représentants des gouverneurs de province.

Au cours de ses 2 jours de travail, il était question de faire un état des lieux de la situation des CLAC, c’est à dire se rendre compte de l’état d’avancement du processus d’implantation des CLAC dans toutes les communes du pays. Il était également question de vulgariser la Politique National de la Jeunesse 2016-2025.

 

Promouvoir la connaissance auprès des jeunes

Pour ce qui est de l’extension des CLAC dans toutes les communes sur le territoire national, il est fait état aujourd’hui de 22 centres déjà implanté sur les 118 communes que compte le Burundi. Les CLAC étant des centres qui permettent aux jeunes, mais également aux adultes, d’avoir accès à la connaissance, il est important que toutes les communes du Burundi disposent de ces espaces d’échange et de connaissances. « Un vaste programme qui demande la participation active des autorités territoriales administratives, des ministères techniques concernés et des partenaires au développement », s’est ainsi exprimé le secrétaire permanent au ministère de la Jeunesse, des Sport et de la Culture, Mme Godefride HAKIZIMANA.

Notons que les CLAC tirent leur origine du Centre Burundais pour la Lecture et l’Animation Culturel (CEBULAC), créé en 2007 par le ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Culture en partenariat avec l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) répandu à travers le pays.

A cet effet, les administrateurs provinciaux présents lors de cet atelier, se sont engagé à travailler d’arrache-pied, en collaboration avec les administrateurs des communes pour mettre à disposition des espaces qui devront accueillir les CLAC dans les différentes communes d’ici à la fin 2019.

 

Une politique qui vise à favoriser l’emploi des jeunes

Cet atelier était également l’occasion de vulgariser la Politique Nationale de la Jeunesse qui a été mise en place par le ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Culture dont le souhait est que celle-ci soit une voie qui permettra de trouver des solutions à tous les défis auxquels les jeunes sont confrontés, notamment le chômage, qui frappe les jeunes diplômés (secondaire et université). Ce document, qui est le premier en son genre dans l’histoire du Burundi, est le fruit d’une large consultation auprès de tous les intervenants dans le secteur de la jeunesse.

Le ministre Jean-Bosco HITIMANA a exhorté les différents décideurs de l’administration territoriale de faire leur cette politique et de travailler avec la jeunesse, en vue de promouvoir celle-ci.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments