EAC : Vers l’intégration de l’initiative de douanes vertes dans les programmes nationaux de formation

EAC : Vers l’intégration de l’initiative de douanes vertes dans les programmes nationaux de formation

La ville de Kigali a récemment accueilli une réunion de douanier de la sous-région pour discuter de l’intégration de l’initiative de douanes vertes dans les programmes des nationaux de formation. Une intégration qui permettrait aux pays de respecter leurs engagements vis-à-vis des accords internationaux sur l’environnement.

Durant 3 jours, des douaniers venus du Rwanda, du Kenya, du Soudan du Sud, de la Tanzanie et de l’Ouganda se sont réunis au cours d’un atelier initié par le PNUE (Programme des Nation Unies pour l’Environnement) dans le but  d’échanger sur les mécanismes à mettre en place pour l’inclusion des initiatives de douanes vertes en tant que programme régional impliquant des douaniers.

Rappelons que l’Initiative des douanes vertes est un partenariat visant à renforcer la capacité des douanes et autres agents de contrôle des frontières à surveiller et à faciliter le commerce légal et à détecter et prévenir le commerce illicite de produits écologiquement sensibles couverts par des conventions commerciales et des accords multilatéraux sur l’environnement.

Colette Ruhamya, Directrice Générale de l’Autorité Rwandaise pour la Gestion de l’Environnement (REMA), les problèmes environnementaux rencontrés aujourd’hui dans le monde ont, pour la plupart, un caractère transfrontalier et un impact mondial. Parmi les crimes environnement à caractère frontalier nous citerons le commerce illégal d’espèces sauvages, la contrebande de substances appauvrissant la couche d’ozone (SACO), le commerce illicite de déchets dangereux, la pêche non réglementée ou encore l’abattage illégal et le commerce de bois volé. Des crimes souvent jugés insuffisant pour figurer sur les listes prioritaires.

La participation des services douaniers est donc impérative pour lutter les crimes environnementaux. Cela passera par la mise en place accords multilatéraux sur l’environnement, dont plusieurs réglementent les mouvements transfrontaliers d’articles, de substances et de produits, principalement sous forme d’importations, d’exportations et réexportations.

Et Patrick Salifu, Coordinateur du Réseau Régional du PNUE, de déclarer que les agents des douanes et de la protection des frontières sont considérés comme le premier maillon de la chaîne de conformité et d’application contre le commerce illégal transfrontalier.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments