EAC : Suspension de la création d’une nouvelle institution au sein de la communauté

EAC : Suspension de la création d’une nouvelle institution au sein de la communauté

Des panneau solaires au Kenya ©DR

La mise à niveau du Centre Est-africain pour l’Energie Renouvelable et l’Efficacité Energétique (EACREEE) devait aboutir à la création d’un nouvel organisme à part entière devant gérer les questions énergétique dans la sous-région. Cependant, la création de cette nouvelle institution se voit suspendue suite à de nombreuses contraintes auxquelles fait face l’EAC.

Selon Christophe Bazivamo, secrétaire général adjoint de l’EAC chargé des secteurs productif et social, la création de l’organisme devant traiter les questions énergétiques dans la sous-région butte à des contraintes financières qui poussent à la suspension du projet. « Le plan initial de la Communauté était d’avoir EACREEE en tant qu’institution EAC. Cependant, en raison des contraintes financières, d’autres moyens novateurs ont été conçus » a-t-il déclaré.

En effet, si la création de cette nouvelle institution n’est actuellement plus d’actualité, le Centre Est-africain pour l’Energie Renouvelable et l’Efficacité Energétique sera intégré à  la Faculté d’ingénierie, de design, d’art et de technologie (CEDAT) de l’Université de Makerere en Ouganda. Le centre sera inscrit au sein du CEDAT en tant qu’entité juridique semi-autonome, ceci pour que le centre puisse fonctionner de manière paisible, a ainsi déclaré Prof Henry Alinaitwe, directeur du CEDAT.

L’EACREEE devra servir de centre de ressources pour des problèmes énergétiques durables tout en visant à créer un environnement propice aux énergies renouvelables régionales et aux marchés et investissements éco-énergétiques. Cependant, il devra disposer d’une feuille de route pour que celui-ci soit un corps à part entière au sein de l’EAC.

Notons que malgré le fait qu’il n’existe pas encore d’institution complètement autonome s’occupant de questions énergétiques, les énergies renouvelables continuent d’être parmi les principaux secteurs prioritaires dans l’EAC.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments