EAC : Le territoire douanier unique, bientôt sa mise en place intégrale

EAC : Le territoire douanier unique, bientôt sa mise en place intégrale

Le port de Bujumbura ©DR

L’EAC a depuis 2014 mis en place un territoire douanier unique (SCT, Single Customs Territory). Mise en place sur une base pilote depuis son lancement, les autorités régionales se sont mises d’accord pour sa mise en œuvre intégrale d’ici le mois de juillet 2017.

Des progrès considérables

Depuis la mise en œuvre de sa phase pilote, sur les couloirs nord et central où les marchandises sont évaluées et déclarées au premier point d’entrée et se déplacent vers l’état partenaire de destination avec des taxes et des droits payés à l’avance, le SCT fait ses preuves.

En effet, selon Dicksons Kateshumbwa, président du Comité des douanes de l’EAC, le territoire douanier unique a considérablement réduit le coût des affaires dans la sous-région, notamment en réduisant le délai d’exécution qui est passé de 21 jours à 3-5 jours en moyenne entre les points d’entrée à Kampala en Ouganda, à Kigali au Rwanda et à Bujumbura au Burundi. Ce qui améliore la manière de faire les affaires dans l’EAC.

L’intégration du fonctionnement des douanes a été renforcée grâce au déploiement transfrontalier de personnel dans les pays partenaires, ce qui a conduit à une meilleure responsabilisation, à une dissuasion de la contrebande et à une coopération plus étroite entre les autorités douanières a déclaré Mr Kateshubwa.

Une mise en place intégrale d’ici le 31 Juillet

Devant l’efficacité d’un tel système, les autorités de la sous-région se sont mis d’accord pour une mise en place intégrale d’ici au 31 juillet 2017.

Pour ce faire l’automatisation des douanes dans toute la région a été renforcée dans tous les États membres – la Tanzanie, le Kenya, l’Ouganda, le Rwanda, le Burundi et le Sud-Soudan – avec des améliorations des systèmes douaniers et des migrations vers des systèmes plus avancés et plus robustes.

Selon Mr Kateshubwa, un programme d’interconnexion a été lancé pour remédier aux faiblesses actuelles de l’évaluation en douane et du suivi des biens dans toute la région. Ainsi, l’EAC a entrepris un examen complet du Tarif Extérieur Commun de l’EAC (CET) pour s’aligner sur les réalités du commerce.

Il est également à noter que le CET (Common External Tariff) devrait être revu tous les cinq ans. L’exercice devrait être finalisé d’ici la fin de cette année.

 

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments