EAC : Faire du Swahili une Lingua Franca

EAC : Faire du Swahili une Lingua Franca

Mme Samila Suluhu Hassan, Vice-président de la Tanzanie coupant le ruban à l’ouverture de la 1ère Conférence internationale de la Commission Kiswahili de l’Afrique de l’Est ©DR

L’une des langues les plus parlées dans la sous-région, le Swahili, pourrait être un outil de développement et d’intégration régionale. C’est du moins ce que pensent les participants à la 1ère Conférence internationale de la Commission Kiswahili de l’Afrique de l’Est qui s’est tenue du 6 au 8 Septembre à Zanzibar (Tanzanie).

Au cours de cette rencontre de 3 jours, il était question de discuter sur la façon dont le développement et l’usage de la langue Swahili peuvent être utilisés de manière créative dans l’approfondissement et l’élargissement de l’intégration EAC et contribuer à la réalisation du développement durable dans la région.

C’est dans ce sens que le désir a été émis de faire du Swahili un « Lingua Franca » dans la Communauté de l’Afrique de l’Est. Une «  lingua franca » est une langue ou un dialecte servant systématiquement de moyen de communication entre des populations de langues ou dialectes maternels différents.

Selon Mme Samila Suluhu Hassan, vice-président de la République-Unie de Tanzanie, le Swahili avait un immense potentiel pour unir les populations de l’Afrique de l’Est et devrait donc être embrassé par tous les Africains de l’Est comme la lingua franca de la région.

Une idée partagée par le secrétaire général de l’EAC, Libérat Mfumukeko qui souhaite que la coopération existante entre la Commission, le Secrétariat de l’EAC et d’autres organes et institutions EAC soit intensifiée dans tous les domaines afin d’utiliser Kiswahili pour assurer une participation citoyenne active dans le programme de développement de la Communauté.

Un travail déjà entamé par la Commission Kiswahili de l’Afrique de l’Est (EAKC) à travers les associations régionales kiswahili sur l’harmonisation des activités de ses associations a affirmé Kenneth Simala, secrétaire exécutif de l’EAKC. Et d’ajouter que plusieurs travaux sont en cours sur la mise en œuvre du kiswahili en tant que langue officielle de l’EAC.

Le Swahili pourrait donc devenir dans les années à venir la « lingua franca » de l’EAC et enfin devenir cet outil d’intégration régionale et de développement.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments