EABC : 4 objectifs pour la fin de l’année 2017

EABC : 4 objectifs pour la fin de l’année 2017

Le conseil économique de l’EAC a, au cours d’une conférence de presse animée par son président Kassim Omar, annoncé ses objectifs pour le reste de l’année 2017. Des solutions qui font suite à la réunion tenue récemment avec le Secrétaire Général de l’EAC.

Au cours de cette réunion il était question de discuter au sujet des domaines stratégiques pour le reste de l’année 2017, mais également  échanger sur la conférence de l’EAC sur l’entreprenariat de  Novembre 2017 et le 20e anniversaire de l’EABC prévu à la fin de l’année. 4 questions ont été au centre de cette rencontre et de celle-ci ressortent les objectifs et recommandations pour le reste de l’année.

La première question concernait la lenteur du processus d’intégration dans l’EAC. Une lenteur qui serait dû à la non mise en œuvre des directives du sommet et conseil des ministres de l’EAC. Pour remédier à cela l’EABC exhorte les états partenaires de rapidement mettre en place les directives en particulier celles qui influent sur la croissance et le développement du secteur privé.

A cette question s’ajoute la finalisation des règlements de transport aérien de l’EAC pour céder la place à la domestication de l’espace aérien de l’EAC et réduire le coût des affaires dans la région. Notons que le sujet a été débattu lors du 14ème Conseil sectoriel de l’EAC sur les transports, la communication et la météorologie en juin dernier. Cela devrait aboutir à un espace aérien ouvert et libéralisé dans la sous-région.
 

Supprimer les frais d’itinérance

Le troisième point soulevé était celui concernant le coût des télécommunications dans la région. Selon l’EABC, ce coût devrait être revu à la baisse pour faciliter les activités dans toute la région. L’EAC a notamment demandé au Burundi et à la Tanzanie de supprimer les frais d’itinérance encore en vigueur dans ces 2 pays et de rejoindre «réseau unique».
 

L’industrialisation des secteurs prioritaires

Le dernier point soulevé concerne l’industrialisation de l’EAC. En effet, selon l’EABC, l’industrialisation des secteurs prioritaires (manufacture, agriculture, textile) conformément à la Stratégie d’industrialisation de l’EAC. L’accent a été mis sur la suppression de l’importation des vêtements usagés (friperie) qui constitue un frein à l’épanouissement du secteur du textile. La mise en place et l’exécution de directives similaires permettra de débloquer le potentiel dans les secteurs pour permettre la mise en place de plus d’industries.

L’EABC comptent sur les pays de la sous-région pour mettre en place et exécuter ses mesures et recommandation d’ici la fin de l’année 2017. Ceci pour une communauté est-africaine prospère.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments