Dukurire hamwe : Rôle des organisations de la société civile dans la mise en œuvre des politiques publiques

Dukurire hamwe : Rôle des organisations de la société civile dans la mise en œuvre des politiques publiques

Dans le cadre du programme “Dukurire hamwe” le consortium CARE International BurundiActionAid BurundiREJA (Réseau des organisations des Jeunes en Action) avec l’appui de l’Union européenne a organisé des ateliers de renforcement des capacités de plus de cent Organisations de la Société Civile (OSC) sur l’analyse et l’évaluation des politiques publiques du 05 au 08 et du 19 au 22 juillet 2021. Ces ateliers ont pour but de renforcer les capacités des organisations de la société civile à la mise en œuvre et au suivi/évaluation des politiques publiques.

 

Comme l’indique Jean NIMUBONA, chef du projet Dukurire hamwe, cette formation organisée au cours de ces deux semaines s’inscrit dans le cadre de renforcer les capacités de ces organisations de la société civile  pour qu’elles soient bien outillées afin de pouvoir être à mesure d’analyser les politiques publiques, de voir là où ces politiques ont des failles pour pouvoir formuler des recommandations à l’endroit du gouvernement mais aussi pour pouvoir sensibiliser les communautés sur ces politiques.

 

Les représentants des organisations la société civile ayant participé aux ateliers de renforcement des capacités. ©Akeza.net

 

Pour M. NIMUBONA, il y a des politiques publiques qui sont en place mais dont les communautés ignorent. C’est dans ce sens que les organisations de la société civile ont un grand rôle à jouer dans la contribution au développement. « Ces organisations s’attèlent à expliquer les politiques publiques aux membres de la communauté afin d’établir un lien entre la communauté et le gouvernement dans le cadre de la mise en œuvre de ces politiques. Egalement, à chaque fois, ils ont la responsabilité de rappeler au gouvernement qu’il y a des politiques publiques qui ne sont pas mises en œuvre».

 

Des acteurs au développement

 

Selon le formateur Docteur Guillaume NDAYIKENGURUTSE, Professeur de Sciences Politiques et Relations Internationales à l’Université du Burundi, les organisations de la société civile constituent un acteur incontournable au développement d’un pays. Raison pour laquelle l’objectif de cette formation était de rappeler aux organisations de la société civile leur place et leur rôle qu’elles peuvent jouer au sein de la société et récurer les différents leaders des organisations de la société civile une certaine technicité par rapport à l’analyse,  à l’évaluation des politiques publiques vu que ces organisations sont là pour appuyer l’état dans la mise en œuvre des politiques publiques et à l’initiative des politiques publiques.

 

Docteur Guillaume NDAYIKENGURUTSE, Professeur de Sciences Politiques et Relations Internationales à l’Université du Burundi. ©Akeza.net

 

« A travers les  exercices pratiques qu’ils ont eus à faire, nous avons constaté qu’il y a une maitrise qui s’encre de plus en plus dans leur façon de voir et faire les choses qui va les aider à être aux côtés des autorités dans la mise en œuvre des  politiques qui sont en vigueur actuellement. Egalement, ils pourront eux-mêmes constater ce qui va et ce qui ne va pas au sein de leurs communautés et ainsi pourront suggérer aux différentes autorités les politiques nouvelles à travers les idées innovantes sur lesquelles elles ont commencé à réfléchir », explique le formateur Dr Guillaume NKEGURUTSE.

 

Une formation édifiante !

 

Les participants aux ateliers de formation sur l’analyse et l’évaluation des politiques confient qu’ils ont appris beaucoup de choses. « J’ai pu apprendre comment on analyse les politiques publiques. Le professeur nous a donné quelques outils qui nous ont permis d’identifier les faiblesses, les forces, les menaces et les opportunités des politiques publiques données », confie Jonas NDUWIMANA, représentant de l’Association Catholique pour la Protection de l’Environnement au Burundi (ACAPE) ayant son siège à Gitega.

 

Jonas NDUWIMANA, représentant de l’Association Catholique pour la Protection de l’Environnement au Burundi (ACAPE). ©Akeza.net

 

Quant à Chantal KAMARIZA, Représentante de l’Association des Femmes pour l’Education des Démunis, elle a pu découvrir que la place et le rôle des organisations de la société civile s’avèrent très importants dans le sens où ces organisations œuvrent au sein de  la communauté et sont au courant de ce qui s’y passe plus que l’Etat parce qu’elles ont couramment sur terrain.

 

Après la formation des certificats ont été décernés aux participants tandis que six meilleures organisations de la société civile ayant prticipé à la compétition en ligne de propositions des idées innovantes dans les six secteurs  d’intervention du programme Dukurire hamwe dont le changement climatiques et l’environnement, la santé, l’éducation, l’emploi et l’entrepreneuriat, l’agriculture et la sécurité alimentaire ainsi que la protection et la lutte contre les VBGs ont été primés. Elles ont reçu des Tablettes.

 

Emmanuel NTAHONGENDERA, Représentant Légal de l’Association de Lutte contre la Pauvreté. ©Akeza.net

 

Emmanuel NTAHONGENDERA, Représentant Légal de l’Association de Lutte contre la Pauvreté ayant son siège en commune Kigamba de la province  Cankuzo se réjouit : «Je suis très heureux de voir notre association qui œuvre dans une localité très éloigné de Bujumbura avoir des idées très innovantes et être primée. Je remercie beaucoup le consortium CARE International Burundi-ActionAid Burundi- REJA qui a organisé une telle compétition.»

 

Melchisédeck BOSHIRWA

Comments

comments