Dr Rwajekera , un medecin exceptionnel , un système unique !

Dr Rwajekera , un medecin exceptionnel , un système unique !

L’amour de la patrie  et le respect de la déontologie, tel est le message principal que  dégage l’entretien que Dr Rwajekera nous a accordé. DR Rwajekera est le médecin principal de la polyclinique Meneem de GIHOSHA. Il est également le pasteur de l’église pentecôtiste, qu’il a lui-même créé.

Rwajekera est un médecin qui aime tout burundais sans distinction aucune, qu’il  soit riche ou  pauvre. Selon des sources sures, personne ne peut rentrer sans bénéficier des  soins soi-disant qu’il (elle) ne dispose  pas des frais  pour se payer les médicaments.

D’où vient l’idée  de la création d’une polyclinique ?

Dr Rwajekera , propriétaire de la Polyclinique Meneem (www.akeza.net)

Dr Rwajekera , propriétaire de la Polyclinique Meneem Photo@ Jean Claude NITUNGA

Dr Rwajekera a fui les événements de soixante douze qu’a connus notre pays,  le Burundi .Il a continué ses études  au Congo où  il a eu le diplôme des humanités techniques. Après, il s’est  orienté vers la médecine générale. Mais bien  avant  il avait été en  Suisse pour des études d’ophtalmologie.

A la fin de ses études de médecine générale, il y avait beaucoup de burundais réfugiés au Congo, qui n’avaient pas les moyens de se faire soigner. C’est dans cette optique qu’il a pensé à la création d’un hôpital. Il a donc implanté deux polycliniques à Bukavu et à Mulongwe qui venaient en  aide à la population burundaise  réfugiée au Congo. Il ne faut surtout pas y voir une discrimination, tout simplement parce que les Congolais  avaient les  moyen de se faire soigner. Toutefois, quelques temps après, il s’est fait  solliciter par le commissariat des réfugiés pour instaurer un programme de soins destinés à la population.  congolaise. Pas mal des congolais ont été soignés, pas mal de vies  sauvées D’après  Dr Rwajekera, un bon nombre de Congolais furent contents de l’avoir comme medecin. Pour eux, c’était une sorte d’enfant du pays, quelqu’un qui n’a pas oublié la population du pays qui l’a instruit.

Malheureusement la situation devenait pire au Congo. Les congolais avaient pris le même chemin que les burundais .Les citoyens se sont entretués et les victimes étaient nombreux. C’est dans ce sens qu’il a décidé de regagner son pays natal en 2002. Arrivé au pays, il a été moralement traumatisé par  le système d’emprisonnement des malades ou le refus des soins aux patients  soi disant que ces derniers n’ont  pas les moyens de se les payer  alors qu’ à l’époque ,le pays était dans un contexte de pauvreté extrême provoqué par une guerre civile saignant encore à plaie ouverte . C’est ainsi qu’il a pensé à  l’implantation de la polyclinique moneem de GIHOSHA ouvert pour tous les burundais sans tenir compte de leur situation économique.

Comment est-ce que cela fonctionne ?

Pancarte indiquant la polyclinique Meneem (www.akeza.net)

Pancarte indiquant la polyclinique Meneem Photo @ Jean Claude NITUNGA (www.akeza.net)

Son système est purement et simplement exceptionnel. Sa politique est de voir ce que possède le malade. Chez Dr RWAJEKERA, un patient   peut venir avec une somme de dix mille francs  par exemple. Quand on diagnostique   la maladie, la clinique  perçoit la petite somme quelle qu’elle soit, puis on intervient tout en espérant qu’une fois guéri, le malade reviendra  régler sa   dette. Pour lui, c’est un devoir pour tout médecin et c’est ce que prévoit  la déontologie professionnelle médicale. Le médecin doit d’abord  soigner,  l’argent après.

Il a bien expliqué  qu il faut aller faire la médecine avec un double sens. Du coté  Spirituel d’une part, physique d’autre part. D’après  lui, c’est Dieux qui fait la publicité de son hôpital. Il y a des gens de Ngozi,  Kirundo,  Karuzi  etc., qui viennent se faire soigner et qui sont bien reçus et soignés. Ils rentrent avec les dettes. Chose surprenante, ces gens reviennent pour payer les dettes et incitent les autres à venir s’y faire soigner.

A côté de sa fonction médicale, Dr Rwajekera est aussi pasteur de  l’Eglise Pentecôtiste. Il nous a révélé  qu’il est entrain de construire une Eglise. Il a aussi des veuves à peu près trois cent et  cent orphelins  qu il aide dans le Ministère d’Evangélisation d’Encadrement des Enfants du Monde.Parmi les cent orphelins, certains ont déjà atteint le niveau universitaire. Il paie les bourses pour leurs études.

Dr Rwajekera est  un médecin qui pense beaucoup, très ouvert sur l’avenir  et très d’actualité

Même s’il est né dans le protestantisme aigu ( ce qui lui permet de se maintenir en forme), il sait qu’il n’est pas éternel. Il est comme un nuage,  passager comme tout autre être humain. Pour parier à cet effet  il entraîne déjà l’un de ses fils dans le métier. Ce dernier  poursuit  des études de médecine à l’Université Espoir d’Afrique. Il pense que si  demain ou après demain il n’est plus, son fils pourra prendre  la relève qui s’impose.

Dr Rwajekera est un homme qui sait se projeter dans l’avenir, au gré des technologies modernes du 21è siècle. Bien que ce soit  un médecin d’une soixantaine qui est né  à l’époque où il n’y avait pas d’internent,  il a déjà pensé  à la télé médecine. Malheureusement la fibre optique lui fait défaut. Récemment, il était en Inde dans le but de visiter les grands hôpitaux. Depuis contact  il entretient d’excellents rapports  avec les médecins indiens et espère que, d’ici le temps que la fibre optique soit opérationnelle  chez nous, il sera en mesure d’échanger des informations lui permettant de traiter des patient en parfaite connivence avec des docteurs indiens à distance.

Par Nitunga Jean claude

.

 

 

 

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.