Dossier microfinance : Qualité du portefeuille crédit

Dossier microfinance : Qualité du portefeuille crédit

Graphique d’illustration©Akeza.net

L’activité principale pour les IMFs est l’octroi des crédits. En 2016, le portefeuille crédit s’est porté à 138 milliards Fbu, soit 59% du total de l’actif du secteur. L’indicateur utilisé pour mesurer la qualité de ce portefeuille dans l’industrie de la microfinance est le taux du portefeuille à risque (PAR). Au Burundi, depuis 2010, seules les années 2013 et 2014 ont présenté des taux de PAR inferieurs à celui de la norme mondiale, 5%.

Comme l’activité principale pour les IMFs réside dans l’octroi des crédits, la qualité de cet actif et donc le risque qu’il pose aux établissements de micro-crédits est une donnée qui nécessite une très grande attention et un suivi minutieux de la part des professionnels du secteur.

Lire aussi : Dossier « Microfinance » : 30 ans plus tard, la microfinance est-elle une réussite au Burundi ?

Au Burundi, le portefeuille crédit s’est porté en 2016 à 138 milliards Fbu, soit 59% du total de l’actif du secteur (dernière statistique disponible). L’indicateur le plus couramment utilisé pour mesurer la qualité de ce portefeuille dans l’industrie de la microfinance, est le taux du portefeuille à risque (PAR).

Ce ratio montre la partie du portefeuille de crédit « contaminée » par les impayés de X jours et présentant, par conséquent, un risque de ne pas être remboursé.  En effet, plus la durée du retard de paiement est grande, moins le prêt a de chances d’être remboursé.

Comme on peut le voir sur le graphique ci-dessus, au Burundi l’évolution du taux du portefeuille à risque dans le secteur de la microfinance a été instable depuis l’année 2010. Seules les années 2013 et 2014 ont présenté des taux de PAR inferieurs à celui de la norme mondiale, 5%.

Lire aussi : Dossier Microfinance : quelques chiffres clés pour comprendre l’évolution du secteur

Un effort doit être consenti par les établissements de microfinance afin de rendre ce ratio au niveau le plus bas possible. Ne dit-on pas que les impayés sont un monstre caché pour les établissements de microfinance ?  L’amélioration des systèmes d’information de gestion et une politique efficace d’octroi et de recouvrement des crédits y jouent un rôle prépondérant.

Blaise NKURIYINGOMA

Comments

comments