Doing Business 2019 : Le Burundi perd 4 places

Doing Business 2019 : Le Burundi perd 4 places

Doing Business 2019 : Le Burundi perd 4 places © Akeza.net

La Banque Mondiale vient de publier le classement Doing Business pour l’année 2019. Et comme l’année dernière, le Burundi a encore perdu des places. Quatre places exactement puisqu’elle passe de la 164ème place à la 168ème. Une perte de vitesse, malgré le redressement des indicateurs qui faisaient défauts en 2018.

En 2018, le recul du Burundi dans le classement Doing Business était essentiellement dû à la perte de vitesse que le pays avait connue sur la rapidité dans la création d’entreprise. Cette lacune qui classait le pays 42ème dans cette catégorie a été corrigé en 2019 puisque le pays se classe actuellement 17ème dans le classement. Cela grâce notamment à la réduction du coût d’enregistrement d’une entreprise. Un autre point positif concerne l’octroi des permis de construction pour lequel le Burundi passe de la 168ème à la 162ème place. Une montée favorisée par la transparence de traiter avec les permis de construction en publiant les règlements relatifs à construction en ligne gratuitement, notent les rédacteurs du rapport.

Lire aussi : Doing Business 2018 : Le Burundi à la 164ème place

Cependant, malgré le redressement de ces 2 secteurs, le Burundi voit sa note baisser dans le classement pour l’année 2019. En effet, de nombreux indicateurs sont revus à la baisse. Cela est notamment le cas pour l’accès à l’électricité qui perd 1 place (183ème), l’enregistrement de propriété qui perd 2 places (97ème), l’obtention de crédits qui perd une place (177ème), le commerce transfrontalier qui perd 5 places ou encore l’exécution des contrats qui quant à lui perd 8 places ( 158ème). Ce n’est pas moins de 6 indicateurs sur les 10 choisis par les élaborateurs du programme, qui connaissent une baisse.

Par ailleurs, bien que le Burundi soit passé de 144ème place à la 147ème en ce qui concerne la résolution de l’insolvabilité, le rapport accorde un point positif à cet indicateur. En effet, le Burundi a résolu l’insolvabilité plus facilement en rationalisant le cadre juridique de l’insolvabilité, en élargissant le champ d’application de la loi sur l’insolvabilité et en introduisant de nouvelles mesures préventives.

Notons également que la protection des investisseurs minoritaires et le payement des taxes sont les 2 indicateurs à avoir conservés leurs places (132 et 138).

Des efforts devront être fournis pour rehausser la note du Burundi dans le rapport Doing Business. Un rapport qui revêt une grande importance pour ce qui concerne d’attirer des investisseurs.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments