Dimanche 23 Août, Imboneza Talkshow donnait la voix aux jeunes créatifs et innovants

Dimanche 23 Août, Imboneza Talkshow donnait la voix aux jeunes créatifs et innovants

C’était le troisième épisode d’Imboneza Talkshow ce dimanche 23 Août. La première édition portait sur le thème : ‘’ comment débloquer les dons et les talents chez les jeunes ? ’’. Le deuxième volet était intitulé : ‘’ Est-il possible de vivre de son sport au Burundi ? ’’. Et le troisième thème, dimanche dernier était centré sur : ‘’ Peut-on prendre le risque d’innover dans les médias burundais ? Six jeunes leaders dans les médias et la photographie étaient invités au plateau du Pasteur principal de l’Eglise Oasis Christian Center, Dieudonné NAHIMANA.    

 

‘’ Inciter les jeunes à avoir la culture d’investir à partir de leurs forces sans attendre l’aide de quelqu’un d’autre’’, cette phrase résume l’objectif de ce débat initié par le Pasteur Dieudonné NAHIMANA.

Rapidement ce Pasteur charismatique, ancien candidat à la présidentielle de mai 2020 invite le premier intervenant, Gildas NGINGO, fondateur de Kingdom Photography. C’était il y a 7 ans, en 2013. « Actuellement, cette entreprise emploie 6 salariés et un équipement évalué matériel 18 500 dollars américains », indique Gildas NGINGO sous l’admiration du Pasteur Dieudonné NAHIMANA.

Gildas NGINGO, fondateur de Kingdom Photography ( gauche) en compagnie du Pasteur Dieudonné NAHIMANA (droite)

 

Pourtant Gildas NGINGO avait étudié la psychologie à l’université. La photographie, il ne la suivra vraiment que pour trouver son entrée sur le marché du travail. Son atout pour réussir ? Un engagement total. ‘’ Quand je m’engage, je ne fais jamais les choses à moitié’’, indique le fondateur de Kingdom Photography.

Au début, sa famille ne le comprenait pas. La famille  aurait voulu le voir dans un costume de haut fonctionnaire de l’État, un cadre d’entreprise ou dans la hiérarchie d’une ONG et non comme GASONGO, un photographe aux revenus moyens de son quartier. Petit à petit, Gildas NGINGO finira par s’imposé et se professionnaliser, avec des contrats honorables en bout de ligne. Et le Pasteur Dieudonné NAHIMANA de conclure qu’il n’y a pas de petit métier pour peu qu’on y mette de l’innovation.

 

Deuxième invité sur le plateau, Alain Amrah HORUTANGA et Dacia MUNEZERO, respectivement coordinateur du Collectif des bloggeurs Yaga et chargée de la communication, suivi et évaluation des projets chez Yaga. Ce média est né en février 2015 avec 4 bloggeurs. ‘’ Actuellement, nous avons une centaine de bloggeurs et 23 salariés qui travaillent chez Yaga en permanence’’, informe Alain Amrah HORUTANGA. Pour le coordinateur du Collectif des bloggeurs Yaga, il faut toujours innover dans le monde des médias en perpétuelle mutation technologique, ‘’ Si tu n’innoves pas, on te quitte ‘’, poursuit-il. Dacia MUNEZERO aborde dans le même sens : ‘’ Ce que j’aime le plus chez Yaga, c’est qu’un employé ou un blogueur peut se lever un matin et proposer un nouveau produit au coordinateur de Yaga et le produit est lancé.’’

 

Et c’est le tour de Papy AMANI d’entrer sur scène. Papy a débuté en photographie en 1998 avec de grands noms comme Joris NDONGOZI, Kiragi, Papa Ally etc… Plus tard, il créera le Burundi Film Center après une formation en cinéma au Kenya et en Allemagne. Ses équipements, pour lesquels il a souscrit une assurance valent maintenant 350 millions de Fbu. ‘’J’ai commencé le métier de photographe sur une petite base et contrairement aux autres jeunes c’est mon père qui m’a offert mon premier appareil photo. A 15 ans j’ai gagné mon premier prix’’, raconte Papy AMANI dit Papy Jamaica. Ce dernier dit avoir mis devant Dieu tous ses projets. Le courage, les amis, son réseau de clients l’ont mené vers une grande renommée nationale, régionale et internationale. ‘’ En terme d’innovation, j’ai amené en 2014 le premier drone au Burundi et 3 ans plus tard je suis devenu leader au Burundi et dans la sous-région de la retransmission en direct des évènements, sommets et conférences’’, fait savoir Papy AMANI surnommé Papy Jamaica.

Papy Amani dit Papy Jamaica, fondateur de Burundi Film Center (gauche) en compagnie du Pasteur Dieudonné NAHIMANA (droite)

 

Longin BIZIMANA, directeur marketing chez Startimes et un des fondateurs de la chaine de télévision BTV indique que la création d’une télévision demande beaucoup de moyens financiers, c’est un investissement à long terme. ‘’ C’est une télévision qui se penche surtout sur la culture burundaise car la plupart des télévisions burundaise s’intéressent à la politique’’, explique Longin BIZIMANA. Ce dernier avait au départ eu à faire le choix entre agent Marketing chez Econetleo et Startimes. ‘’ C’est l’entreprise Startimes qui m’a beaucoup séduit et plusieurs portes d’innovations et de formations se sont ouvertes’’, disait-t-il sur le plateau d’Imboneza Talkshow.  Le Pasteur Dieudonné NAHIMANA a en outre remercié la télévision BTV qui diffusait en direct l’émission Imboneza Talkshow.

 

Le chanteur Jean Patrick SERUKAMBA dit Mudibu s’est également exprimé sur sa carrière musicale. ‘’ J’ai toujours rêvé de voyager à travers les continents et la musique m’a offert cette opportunité’’, indiquait-il sur vidéo-conférence. Celui-ci était arrivé à Londres en 2001 avec une bourse d’études dans la faculté Politique-Economie. A la fin des études il obtient un travail d’encadrement des jeunes réfugiés en Angleterre basé sur l’orientation de leur avenir. ‘’ C’est alors que les sirènes de la musique m’ont appelé très fort et depuis je vis des revenus de la musique à 80%’’, admet-il. Pour lui, dans la vie il faut se demander ce que l’on veut faire et le faire à fond.

 

Le fondateur de la radio-télévision Humuriza TV, Ir Perry Saxe GATEKA dit Gasape a tout simplement épaté le public et les téléspectateurs. Il raconte comment il a créé la radio Humuriza en 2005 alors qu’il venait de perdre ses parents. « Je voulais diffuser  le communiqué de décès de mes parents mais c’était impossible à Gitega », raconte-il. Comme il côtoyait souvent ses voisins qui faisaient des réparations des postes de radio, il s’est mis à faire des recherches sur internet pour voir comment émettre des sons à partir d’un poste de radio. Il a ainsi fabriqué un émetteur, une antenne et un studio dans sa chambre sur la colline Mungwa en province Gitega. Sa voix s’est mise à résonner dans les postes de radio des voisins sur un rayon d’un kilomètre.

Gasape va progressivement étendre son rayon et actuellement la chaine Humuriza TV émet dans 8 provinces. A ses débuts, il avait bénéficié d’une  visite du président de la République, Pierre NKURUNZIZA qui lui a ouvert les portes du Palais présidentiel et des formations.

Le fondateur de HUMURIZA TV a déjà voyagé en Afrique, en Asie, en Europe et en Amérique du Nord. Entretemps, il a été nommé citoyen d’honneur de l’Etat du Texas. Actuellement, Gasape projette de créer une application capable de transférer l’énergie des téléphones mobiles et la création d’un réseau social nommé Gasape semblable à celui de Facebook.

 

 

Perry Saxe GATEKA dit GASAPE, patron de Humuriza TV (gauche)

 

Roland RUGERO, co-fondateur du Magazine Jimbere, est monté à son tour pour partager sa longue expérience sur la place de l’innovation dans les médias. Pour lui,  le monde de la créativité au Burundi manque cruellement de soutien financier et de reconnaissance. Le gouvernement et le système financier burundais devraient voir comment soutenir matériellement et financièrement les jeunes aux idées claires et innovatrices qui ont déjà créé de l’emploi.

Olivier BIZIMANA

Comments

comments