Diaspora : Patrick KAKUNZE propose d’investir en Afrique pour booster les startups du continent

Diaspora : Patrick KAKUNZE propose d’investir en Afrique pour booster les startups du continent

Patrick KAKUNZE est un burundais vivant en Norvège depuis 16 ans. Fils d’une mère mathématicienne et bibliothécaire et d’un père chimiste, il a également poursuivi une carrière dans un domaine similaire, en étudiant les mathématiques d’assurance et la science actuarielle à l’Université d’Oslo. Sur les 10 dernières années, il a travaillé dans le secteur de l’assurance-vie, la retraite et la gestion des risques. Alors que la plupart des Africains de la diaspora choisissent d’envoyer de l’argent sur le continent, Patrick a opté pour un moyen innovant : investir dans des starts up sur le continent. Il en parle dans cet article.

 

Le début

Il y a quelques semaines, j’ai embarqué dans une nouvelle aventure en rejoignant le « Pangea Investor Program ». Le programme est destiné aux investisseurs providentiels expérimentés et inexpérimentés qui sont intéressés à investir dans les startups africaines. Grâce à ce programme, j’ai rejoint un réseau de 30 autres investisseurs, où nous apprenons sur les investissements de démarrage et les écosystèmes d’investissement et de start-up africains à travers six sessions d’ateliers.

 

Pourquoi il a rejoint le « Pangea Investor Program »

Le récit de plus en plus en vogue de l’Afrique, que je pense devrait être à propos d’africains investissant en Afrique est ce qui m’a attiré vers le « Pangaea Investor Program »

J’ai rejoint un réseau d’investisseurs pour co-investir, tout en apprenant en même temps sur les investissements de démarrage. Jusqu’à présent, j’ai participé à trois ateliers où j’ai appris les bases de l’investissement initial, de l’évaluation initiale, de la diligence raisonnable ainsi que des écosystèmes africains par des conférenciers ayant une expérience unique de l’investissement initial en Afrique. Plus important encore, j’ai encadré une start-up et appris à repérer de bonnes opportunités d’investissement.

Lire l’article original en anglais ici : https://medium.com/@pangea_a/why-african-diaspora-are-important-for-the-african-startups-ecosystem-49b2810adda7

En tant que Burundais vivant à l’étranger, je vois de nombreux défis politiques, économiques et socioculturels dans mon pays. Sans trop entrer dans les détails, le Burundi, comme de nombreux pays africains, a un taux de chômage élevé parmi les jeunes. Cependant, avec une population jeune et bien éduquée, l’Afrique offre de grandes opportunités d’investissement aux Africains de la diaspora et aux investisseurs internationaux.

Avec 65% des terres arables non cultivées du monde, l’Afrique peut se nourrir elle-même et le reste du monde. Je vois des opportunités d’investissement où la technologie moderne peut rendre l’agriculture efficace et créer des emplois et de la richesse. Ce qui est même intéressant, c’est que de nombreux pays africains n’ont pas à subir le même processus de changement technologique que celui de l’Occident. Ils peuvent passer directement à la technologie et l’entrepreneuriat.

 

Sur les initiatives d’entrepreneuriat en Afrique

 

J’ai vu de grandes initiatives d’entrepreneuriat dans beaucoup de pays que j’ai visités au cours des dernière années. Je vois de jeunes entrepreneurs apporter des solutions aux problèmes locaux. Cependant, j’ai réalisé que bon nombre de ces entrepreneurs n’ont pas accès au capital, au réseau et à la compétence, ce qui, je crois, freine l’esprit d’entreprise.

Plus important encore, il existe depuis de nombreuses années un manque de réseau capable de former les entrepreneurs et de les rendre prêts à l’investissement. J’ai toujours eu la passion de contribuer à la croissance économique du continent. Cependant, je veux contribuer avec ma compétence, tout en créant un impact. C’est exactement pourquoi j’ai rejoint le programme d’investisseurs Pangea.

Tout simplement, je veux faire partie de l’aventure, parce que je crois que mes petites contributions peuvent faire partie de la création d’opportunités pour les entrepreneurs africains, qui créent en fin de compte des emplois sur le continent.

 

Une expérience intéressante

 

Ce qui a été intéressant à propos du programme, ce sont mes interactions avec les startups africaines. Grâce au programme, les investisseurs ont accès à des cas d’études de start-ups du Kenya, du Nigeria et de l’Egypte. J’ai étudié et appris sur de nombreux projets de startups, qui, je pense, offrent de grandes opportunités pour un investisseur providentiel débutant comme moi.

Un autre aspect unique du programme, c’est qu’il offre de grandes opportunités de réseautage avec des personnes partageant les mêmes idées qui ont l’ambition d’investir en Afrique. Je fais maintenant partie d’un grand réseau d’investisseurs. Tous les investissements comportent des risques, en particulier les investissements de démarrage, mais le co-investissement avec d’autres investisseurs permet d’atténuer le risque.

Mentorat des startups africaines et opportunités d’investissement

Je n’ai jamais pensé que ma compétence, mon réseau et mon expérience pourraient être utiles pour une start-up africaine.

Par le biais du programme Pangea Investor, j’ai parrainé une start-up kenyane, SaveKubwa, qui est un courtier d’assurance en ligne. J’ai appris qu’il y a une faible pénétration de l’assurance en Afrique subsaharienne, et je pense que la micro-assurance associée à la micro finance pourrait jouer un rôle intéressant.

Le programme de mentorat ne me permet pas seulement de transmettre mon savoir-faire et mon expérience, mais il m’a également permis de mieux comprendre le marché de l’assurance au Kenya. Apprendre sur le marché m’aide aussi à prendre une décision d’investissement éclairée avec le reste des investisseurs dans le programme.

Mon expérience jusqu’ici avec le programme de mentorat, est que l’Africain dans la diaspora pourrait jouer un rôle critique en aidant les startups africaines à pénétrer les marchés européens, américains, étant donné que la plupart d’entre eux comprennent déjà la situation du marché dans ces pays.

 

Point de vue

En tant qu’Africain de la diaspora, je souhaite que les politiciens africains puissent rendre les envois de fonds plus efficaces et utiliser la diaspora comme un outil de développement socio-économique afin de créer un « impact réel ».

Je pense que la plupart d’entre nous dans la diaspora peuvent convenir que les gouvernements ne peuvent pas créer des emplois pour tous les millions de personnes à l’extérieur de la population active. La création d’emplois devra surtout provenir du secteur privé, en particulier des entrepreneurs en phase de démarrage. Si la diaspora investit en Afrique, cela pourrait beaucoup aider à créer de nouveaux emplois et soutenir les initiatives de développement de l’Afrique.

Il appartient à chaque diaspora d’examiner les opportunités sur le continent et de contribuer à ses propres capacités. Ce qui est évident, c’est que mes concitoyens africains de la diaspora devraient envisager d’autres façons de créer un impact sur le continent, plutôt que de recourir à la méthode traditionnelle consistant à « envoyer de l’argent à la maison ».

En tant que diaspora, je veux contribuer à la croissance économique du continent. Cependant, nous pouvons tous convenir que l’envoi d’argent à la maison n’aide pas nécessairement les gens à trouver un emploi. Et finalement, ce que nous voulons vraiment, c’est cesser d’envoyer de l’argent, car cela ne crée pas un impact à long terme.

Le programme Pangea Investor a ouvert un autre monde pour moi en tant qu’Africain vivant dans la diaspora.

Je vois du potentiel dans le programme Pangea Investor, et plus important encore, je vois une grande valeur dans ce que j’ai appris jusqu’à présent. Il a été le chaînon manquant sur la manière dont les Africains de la diaspora peuvent créer un impact à travers la création d’emplois.

Toute personne intéressée à faire partie de l’histoire de la réussite de l’Afrique, devrait rejoindre le programme d’investisseurs Pangaea, ainsi vous vous rendrez compte que la croissance économique africaine n’est pas qu’une histoire dans les media et les informations.

Pour les Africains de la diaspora qui ne souhaitent investir que dans leur pays d’origine, je dirai : “Il existe de nombreuses opportunités d’investissement en Afrique, et il n’est pas viable de chercher uniquement des opportunités dans les pays d’origine”. Votre principale force motrice en termes de contribution à la croissance africaine devrait être les opportunités de marché. En investissant dans des start-up kenyanes, égyptiennes ou ghanéennes, vous contribuez également indirectement à votre pays, car cela donne aux start-ups la possibilité de se développer et de décrocher des emplois dans d’autres marchés africains.

 

Comments

comments