Deux jeunes Tenniswomen représentent le Burundi à l’African Junior Championships 2020 en Afrique du sud

Deux jeunes Tenniswomen représentent le Burundi à l’African Junior Championships 2020 en Afrique du sud

Aisha Niyonkuru et Hosianne Kitambala sont les deux ambassadrices qui vont brandir les couleurs du drapeau national à l’African Junior Championships (AJC) 2020 under 18. Pour ce grand-rendez-vous continental annuel qui se déroule du 10 au 16 février 2020 à Prétoria en Afrique du sud, les deux jeunes tenniswomen s’engagent à offrir le meilleur d’elles-mêmes, tout en y laissant des empreintes. Leur objectif : ramener de bons résultats et faire honneur au pays.

Si Sada Nahimana(la burundaise reine du tennis en Afrique) s’adjugeait le titre de l’AJC 2019, peut-on espérer de voir la relève avec l’édition 2020? Les jeunes pépites Aisha Niyonkuru et Hosiane Kitambala qui participent à l’AJC 2020 pourraient sans doute lui emboîter le pas. Puisque le choix a été porté sur ces deux tenniswomen en tenant compte de leurs performances et leur bon classement au niveau mondial, autant les connaitre un peu…

Aisha Niyonkuru

Elle est la numéro 2 africaine. Courageuse, combattante, rapide, endurante et forte physiquement, Aisha est une jeune tenniswoman au talent extraordinaire. Agée de 17 ans, cet enfant de Buyenzi,fille unique du côté de son père (avec un demi-frère et une demi-sœur du côté de sa mère), Aisha se met au tennis à l’age de 7 ans. C’est en suivant très tôt les traces de son grand père(ancien joueur et entraineur de ses tantes au club de tennis de Bujumbura) qu’Aisha a nourri l’envie de taper dans la petite balle jaune.

Mais au début, l’idée de s’orienter dans le jeu de raquette ne plait pas à son père qui priorise les études avant tout. « Il ne voulait pas que je me consacre au tennis. Son objectif était que je donne tout mon temps aux études », raconte-t-elle. Il a donc fallu l’intervention de son mentor et grand père qui va plaider en sa faveur. « Convaincu,mon père a fini par accepter. Au fil du temps,il a commencé a adoré mon jeu parce que j’étais passionnée », dit-elle avec un sourire.

Avec le temps, le talent mûrit. Grace à ses bonnes performances, elle se voit offerte une bourse d’entrainement au sein du centre de la fédération internationale de Tennis. Sis au Burundi à l’époque, elle intègre ce centre en 2011 avant qu’il ne démenage au Kenya en 2015. 8 ans au sein de ce centre(2011-2019), cette cinéphile et amoureuse des jeux vidéos parle d’une riche expérience. « C’était comme ma deuxième famille. On avait de bons coaches qui nous entraînaient comme il faut »,se rappelle-t-elle.

Aujourd’hui, dans le top 150 du classement mondial junior précisement à la 147ème place, la numéro 2 africaine ne doute pas de ses bonnes performances à l’African Junior Championships2020. « Je me suis bien preparée et je reste confiante que je vais bien prester et donner le meilleur de moi-même », indique-t-elle. « I need to become Serena Williams( la diva du tennis mondial pour ses qualités de battante et de bon esprit) », lâche-t-elle. Sa plus grande ambition de l’année : se frayer une participation aux Grands Chelems junior.
Aisha appelle au soutien de ses compatriotes mais également invite les jeunes filles à poursuivre leur rêve dans le sport.

Hosiane Kitambala

Elle est plutôt loquace. C’est la première impression que cette jeune joueuse donne. Elle nait dans une famille de 6 enfants dont elle est la cadette, le 1er février 2003. Au départ, Hosiane embrasse le football.Après un moment d’impasse dans l’univers du sport roi, Hosiane jette l’éponge. Elle part s’esssayer dans le jeu noble, le tennis. Un monde qu’elle intègre en 2012, grâce à son oncle qui guide ses premiers pas au tennis club de Bujumbura à l’entente sportive. Contrairement à Aisha,Hosianne ne connait aucun obstacle dans sa famille puisque son père et sa mère se trouvent être des amoureux du sport et la soutiennent. Encore novice dans ce monde, les autres joueues vont se moquer de sa façon de jouer. Ne se décourageant pas,Hosiane va bosser dur pour pouvoir s’affirmer dans cet univers.

On la reconnaît notamment grâce à sa qualité de prendre les risques dans ses coups.Courageuse,combattante, déterminée, Hosiane ne lâche pas, peu importe l’aura du match. Ses atouts en bon service(avec une bonne détente) et son coup droit, font d’elle une joueuse au talent prometteur.Aujourd’hui dans le top 1000 du classemnt mondial junior précisément à la 765ème place, Hosiane s’engage à offrir un beau spectacle lors de l’African Junior Championships 2020 : « Nous allons donner 100% de notre performance dans ce championnat.Nous allons nous assurer qu’on n’abandonne pas parce que notre objectif est d’ honorer le pays », rassure-t-elle.

Interrogée sur son avenir immédiat, Hosiane aimerait se hisser dans le top 500 du classement junior.Cela, dit-elle, necessitera plus de participations aux tournois pour gagner les points et par ricochet monter le classement.Autrement dit, il lui faudra bosser dur pour nourrir sa performance. Se donnant également pour modèle Serana Williams, Hosiane apprécie bien la carrière de Raphaël Nadal pour son esprit de bosseur et sportsmanship. Quand Hosiane n’est pas sur terrain, elle adore danser et discuter avec les gens.

« Ramener de bons résultas… »
S’exprimant sur la forme de ces deux joueuses, Innocent Nshimirimana,coordinateur national de la fédération de tennis et coach national des jeunes se dit satisfait. « Elles sont bien préparées sur tous les côtés. On a travaillé leur physique,leur technique et leur mental en leur offrant beaucoup de matches.Même si on fera face à d’autres meilleurs joueuses du continent,on fera de notre mieux afin de ramener de bons résultats »,confie-t-il.

Compétant dans les catégories simple et double,Il est prévu que ces 2 jeunes tenniswomen ambassadrices du Burundi s’envolent ce dimanche 9 février 2020.

Fleurette HABONIMANA

Comments

comments