Des rêves qui se concrétisent : le batteur Amadi NKURIKIYE donne des cours de batterie à son centre IngomArts

Des rêves qui se concrétisent : le batteur Amadi NKURIKIYE donne des cours de batterie à son centre IngomArts

Lauréat de l’Université des Grands Lacs en Informatique de Gestion, Ahmad NKURIKIYE est un batteur. Vers la fin de l’année 2018, il a créé IngomArts où il enseigne comment jouer à la batterie aux gens de tout âge tandis que son amie Josephat AHISHAKIYE leur apprend à chanter. Aujourd’hui, IngomArts propose également un espace de répétitions aux artistes.

 

J’ai eu l’idée de faire quelque chose d’utile à mon pays et à la génération future. Fin 2018, j’ai donc créé IngomArts, un centre où des gens de tout âge viennent apprendre à jouer à la batterie et à chanter

 

 

 

Amadi NKURIKIYE a été formé à jouer à la batterie en 2012 au Centre Jeunes Kamenge. Il nous raconte : « J’ai eu la chance d’être formé par feu Carlo Alberto Canevali, un batteur professionnel italien. Il m’a appris à lire et à écrire de la musique aussi. Il m’a laissé des livres afin que je puisse continuer de m’y ressourcer ».

 

Avant qu’Amadi ne soit formé, il a appris à jouer à la batterie comme les autres. Il ne voyait pas à quoi ça allait lui servir. C’est après la formation qu’il s’est rendu compte de ce qu’il pouvait réaliser. « J’avais le rêve de créer une école de musique. Je voulais partager ce que j’ai appris avec les autres parce que j’ai constaté que c’est en partageant avec les autres qu’on gagne davantage. Mais à cause des circonstances de la vie, ça n’a pas pu être possible tout de suite », dit-il.

 

Il aura fallu qu’il termine ses études universitaires pour accomplir son projet. « J’ai eu l’idée de faire quelque chose d’utile à mon pays et à la génération future. Fin 2018, j’ai donc créé IngomArts, un centre où des gens de tous âges viennent apprendre à jouer à la batterie et à chanter ».

 

Le solfège est un langage musical universel. Il est très facile d’apprendre à jouer la batterie mais aussi à tout autre instrument de musique quand on est capable de lire les notes de musique

 

Le batteur Amadi a longtemps épargné de l’argent tiré de différents concerts où il a joué. Il a utilisé la somme pour acheter le matériel d’équipement de son centre. Il a commencé à enseigner à son église, puis a continué à le faire au sein de son centre. Il enseigne des gens de tout âge. « Aujourd’hui, je suis en train d’enseigner les enfants seulement parce que c’est la période des vacances », souligne-t-il.

 

D’après Amadi, pour apprendre à jouer à la batterie facilement et rapidement, il faut apprendre d’abord le solfège. « Le solfège est un langage musical universel. Il est très facile d’apprendre à jouer la batterie mais aussi à tout autre instrument de musique quand on est capable de lire les notes de musique », précise-t-il.

 

Et de renchérir : « ça ne demande pas forcément de maîtriser le solfège. Toutefois, à un certain niveau d’apprentissage, on peut être bloqué parce qu’il y a des notions qui requièrent la maîtrise de la lecture des notes de musique ».

 

Selon le batteur, pour avoir un niveau standard pour jouer le Slow, le Reggae, le Zouk, le Rock et d’autres rythmes ou passages basiques à la batterie, on suit un cursus de 9 mois en groupe, de 5 mois pour les cours individuels.

 

IngomArts compte créer un studio. « Comme ici nous enseignons aussi à chanter, nous voulons créer un studio de « covers de chansons ». Les chanteurs pourront venir s’enregistrer à un prix moins cher. Cela leur permettra d’alimenter leurs comptes YouTube facilement comme ils n’auront pas besoin de venir au studio avec un cameraman», conclut Amadi.

 

Melchisédeck BOSHIRWA

 

Comments

comments