Des paroles de rap aux pages d’un livre, Berry Bernice ne fait qu’un pas

Des paroles de rap aux pages d’un livre, Berry Bernice ne fait qu’un pas

« Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années » dit-on. La jeune rappeuse Berry Bernice semble bien confirmer l’adage. Signée chez Rockstone Kingdom, le label cher à Sage Wise, la jeune artiste vient de sortir son premier livre. Une fiction entre survie et vice. A seulement 19 ans, Bernice Muhoranamana, de l’Ecole Internationale de Bujumbura se lance sans trop sourciller dans 2 carrières paradoxalement proches et éloignés.

Que ce soit pour des livres ou des chansons, Berry Bernice semblait destinée à l’écriture. Déjà très jeune, elle passe son temps à écrire pour pallier à la solitude. « Je restais souvent seule à la maison et j’adorais écrire pour me parler à moi-même. Dire ce que je voyais, j’observais, ressentais. Et à la fin c’est devenu une passion ».

Comme pour beaucoup d’artistes, la passion ne se cache pas longtemps. Alors qu’elle commence à écrire des chansons, elle décide de faire une petite vidéo qu’elle poste sur son compte Instagram. On est en 2016. Elle sera contactée par Kaya Free qui l’encouragera à plus d’effort. Deux ans plus tard, elle fait partie des artistes ayant pris part au challenge « Ikiri ku mutima » lancé par le rappeur 19th. Une participation qui lui vaudra d’être remarquée par Sage Wise et d’être signée sur son label.

Bien évidemment, lorsque l’on est une fille et que l’on embrasse la carrière de rappeuse, il est difficile de faire l’unanimité. Surtout auprès de la famille. « Mes parents n’étaient pas du tout d’accord sur le fait que je sois une rappeuse. Mais au fil du temps, ils m’ont laissé faire en me conseillant d’être prudente et de montrer, à travers mes chansons, les valeurs qu’ils m’ont inculqués. Ils m’ont fait confiance, même si la majorité des burundais pensent qu’être une rappeuse c’est avoir un pied dans la prostitution », nous confie la rappeuse.

Mais la passion de Berry Bernice pour l’écriture ne s’arrête pas seulement à la musique. Poussée par ses parents, la rappeuse veut écrire un livre même si  elle pense que son âge ne le rendrait pas possible.  Le fait d’avoir vu un jeune homme de 15  ans écrire un livre alors qu’elle en avait 14 a été le déclic pour la motiver à se lancer dans cette aventure. « Avant je ne pensais pas que je pouvais écrire un livre à mon âge. Et un jour j’ai vu à la télé un jeune américain de 15 ans qui venait de sortir son premier livre. Cela m’a encouragé et je me suis mis à écrire. Mais je n’y suis pas arrivé et je me suis découragé. Deux années plus tard, je me suis remise à la lecture parce que j’avais perdu le goût de la lecture et de l’écriture. J’ai décidé de me relancer mais un professeur de français m’a dit que j’allais un peu trop vite et cela m’a encore découragé. Une année après, je suis  revenue en me disant que c’était la dernière tentative. Cela m’a pris 3 mois et finalement, j’ai réussi à finir mon bouquin », nous raconte Berry Bernice.

Une lutte de près de 4 ans, entre découragement et envie d’aller de l’avant. La rappeuse a réussi à écrire et sortir son livre. Intitulé « Loin d’un conte de fée », le livre est une fiction sur les déboires  d’un immigré en Europe qui accepte de faire passer la drogue pour des trafiquants au péril de sa vie. Un premier livre qui mériterait une petite attention.

Si le rap et la littérature semble souvent ne pas se rejoindre (du moins dans la forme), Berry Bernice réussit à faire la jonction. Puisqu’au final, qu’il s’agisse de l’un ou de l’autre, les deux se résument à écrire ce que l’on pense.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments