Démographie : Comment bénéficier du dividende démographique au Burundi ?

Démographie : Comment bénéficier du dividende démographique au Burundi ?

Gervais Barampanze lors d’un atelier avec les professionnels des médias ©Akeza.net

Lorsque l’on parle de croissance économique on l’associe intrinsèquement à la croissance démographique, les 2 choses étant intimement liées. De ces 2 concepts ressort le dividende démographique qui est une chose d’importance capital dans le développement d’un pays. Mais comment le Burundi pourrait-il bénéficier de ce dividende démographique ?

De manière générale, le dividende démographique c’est la croissance économique générée par le fait d’avoir une proportion plus importante de personnes en âges de travailler. En d’autres termes, c’est ce que génère les personnes en âge de travailler lorsque celles-ci sont en nombre plus considérable que les personnes pas en âge de travailler. Cependant au Burundi on est encore loin de profiter de ce dividende démographique et cet état des choses s’explique par plusieurs faits.

 

La croissance démographique, un défi majeur

Le plus grand défis est démographique. En effet la croissance démographique rapide et non maitrisée du Burundi (2,5%) entrave de façon sérieuse le chemin vers un dividende démographique conséquent. Une croissance consécutive à un ISF élevé (5,5 enfants par femme). A cela s’ajoute une fécondité précoce importante (8% des adolescentes ont déjà commencé leur procréation avec 6% des 15-19 ans qui ont déjà eu un enfant et 2% enceinte du 1er enfant). Cela entraine une forte jeunesse  de la population (43,2% de la population ont moins de 15 ans) et une forte densité  (445 hab. /Km² en 2017).

Autant de facteurs qui font qu’il est difficile – pour ne pas dire impossible – pour le Burundi de bénéficier du dividende démographique.

Pour pouvoir bénéficier de ce dividende démographique, le Burundi devrait investir dans sa jeunesse. Selon Gervais Barampanze, assistant représentant à l’UNFPA, la jeunesse serait la clé de voûte si le Burundi veut bénéficier du dividende démographique.

 

Eduquer la jeunesse pour freiner une croissance démographique trop rapide

En effet, il est plus que nécessaire de mettre le jeune au centre de la stratégie économique et démographique du Burundi. Dans sa vision 2025, le Burundi voudrait baisser de 0,5 la croissance démographique. Pour y parvenir, l’éducation de la jeunesse joue un rôle important dans ce processus :

– Permettre aux jeunes l’accès à l’éduction diminuera le nombre d’analphabètes

-S’investir dans la mise en place des outils d’enseignement sur l’éducation sexuelle des jeunes et des adolescents et ceux de l’apprentissage des notions de démographie dans les curricula scolaires.

-Faire un plaidoyer de très haut niveau pour la santé de la reproduction particulièrement la planification familiale,

– Promouvoir  la santé maternelle et la santé sexuelle et reproductive des jeunes et des adolescents et

-renforcer les capacités nationales pour offrir des services de santé sexuelle et  reproductive de qualité à la population en général et aux jeunes et adolescents et également investir dans les secteurs clés et garantir la sécurité d’un emploi aux jeunes.

Toutes ces mesures permettent d’autonomiser, former et employer  les jeunes. Un gage pour bénéficier du dividende démographique.

Pour atteindre ces objectifs, il faut attirer les jeunes grâce à un réseautage sociocommunautaire pour l’information et l’offre des services adaptés en santé sexuelle et reproductive des adolescents et des jeunes du  Burundi. Un réseautage qui sera possible par la création d’une synergie effective autour des centres de santé, des écoles, des centres de jeunes, des parents et de l’administration.

L’UNFPA travaille avec le gouvernement et d’autres partenaires dans ce processus. Selon ses partenaires, ces objectifs une fois atteint permettront au Burundi de multiplier par plus de 3 le PIB par tête dans 22 ans, d’avoir plus de  240.000 emplois de moins à créer, d’économiser 187,7 milliards de Fbu de dépenses de fonctionnement de l’enseignement, d’économiser 953,2 milliards de Fbu de dépenses publique de santé.

Le dividende démographique est une réalité que le Burundi pourrait connaître pour autant que les efforts soient fournis pour l’atteindre. La conjugaison des efforts des acteurs du domaine de la santé, de l’économie et du gouvernement permettra que le dividende démographique soit une réalité.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments