Défaite du Burundi à la CAN 2019: Explications des analystes…

Défaite du Burundi à la CAN 2019: Explications des analystes…

Participant pour la première fois à cette compétition reine en Afrique,le Burundi espérait aller loin. Après avoir fait un beau parcours lors des éliminatoires en sortant invaincu,le Burundi avait impressionné plus d’un! On n’a pas tardé à surestimer cette sélection nationale pour la CAN en indiquant qu’elle sera à la hauteur. Mais la réalité sur terrain a été autre: 3 défaites,0 matches nuls,0 matches gagné et enfin 0 point. Au vu de cette situation, les analystes nous font part de leurs impressions sur la prestation du Burundi tout au long de la compétition.

C’est la tristesse qui se lisait sur les visages des joueurs et des supporters burundais qui s’étaient déplacés vers Caire. Ce qui a mis de l’huile sur le feu c’est le match de la Guinée contre le Burundi(2-0) du 30/6 dernier, effaçant ainsi tout espoir pour la sélection burundaise. Ce fut une désolation totale pour le Burundi qui s’était réjouie de se retrouver dans une poule plus ou moins équilibrée (Nigéria,Madagascar,Burundi,Guinée). Du moins, c’est ce qu’il pensait de son frère novice, le Madagascar(qui ne l’est pas tant que ça).

Face à des erreurs qui se sont remarqués depuis le début de la compétition,les analystes ont donné leur point de vue. Patrick Sota, journaliste, analyste du football, parle d’un mauvais choix du 11 de départ et d’un manque d’expérience.

Le mauvais choix du 11 de départ

Concernant le 11 de départ, cet analyste ne mâche pas les mots.”L’entraîneur a eu du mal à trouver le onze de départ.On ne vient pas essayer les joueurs lors de la CAN”,indique-t-il.

Ceci s’est fait remarquer lors du premier match contre les Super Eagles du Nigéria. L’entraîneur a aligné des joueurs qui n’avaient jamais joué ensemble comme s’il les testait. Sans oublier une mauvaise lecture du match, disaient les amoureux du ballon rond.

Le manque d’expérience

Faisant face à des habitués de la CAN, la tâche n’était pas facile.” La CAN est une autre âme, une autre philosophie, un autre état d’esprit où l’expérience est le maître mot. Cette expérience, nous ne l’avons pas”, explique Patrick Sota.

Ajoutant au passage que la CAN nous a montré que le haut niveau a encore des exigences voire des paliers que nous n’avons pas encore franchis. Entre autres, la conservation du ballon pour chercher à créer des espaces et des brèches chez l’adversaire.

Des points positifs

Même si les résultats étaient décevants, Patrick fait savoir qu’il ne faudrait pas blâmer cette sélection. La première fois est toujours compliquée. Il ne manque pas de souligner les exploits de quelques joueurs qui ont fait preuve d’un bon jeu de haut niveau.

A titre d’exemple le jeune gardien Jonathan Nahimana qui a émerveillé par ses bonnes récupérations. Il aura le mérite d’avoir protégé le camp burundais, et ce malgré les buts encaissés. “On ne lui en voudra pas en tout cas!” lâchent certains. Éloges au milieu de terrain défensif, Gaël Bigirimana, qui a contré plusieurs frappes des adversaires et qui a su défendre son poste.

Du sang nouveau l’exige!

Dans une interview-vidéo après le dernier match, accordée à Akeza.net, Mutima Constantin(manager de l’équipe nationale) fait savoir que la défaite du Burundi est une leçon.” A la prochaine, nous allons faire appel à d’autres joueurs burundais évoluant à l’international et au niveau local pour renforcer l’équipe“.

Abordant dans le même sens, Patrick indique que quelques vieux devraient céder la place au sang nouveau. “Le mixage des nouvelles recrues et les éléments qui resteront fera des Hirondelles une équipe plus compétitive“.

Si l’on veut que l’équipe soit soudée, la Fédération pourrait aussi penser aux leaders dans le staff. Notamment des anciens joueurs de la sélection nationale pour qu’ils puissent apporter une pierre à l’édifice. Ceci pourrait inspirer confiance à la nouvelle génération.

Fleurette HABONIMANA

Comments

comments