De YouTubeuse à chanteuse, une conversion réussie pour Monna Walda Kaneza?

De YouTubeuse à chanteuse, une conversion réussie pour Monna Walda Kaneza?

En 2016, la compétition « Miss Burundi » nous faisait découvrir la petite Monna Walda KANEZA. Première dauphine de la compétition de beauté, on découvrait une jeune demoiselle bien souriante et plutôt timide sur les bords. Ce que l’on ignorait, c’est qu’elle nourrissait 2 passions que l’on va finir par découvrir avec le temps. Passé de reine de beauté à YouTubeuse avant de nous faire découvrir ses talents de chanteuse, celle que l’on nomme aujourd’hui Mow’ Kanzie poursuit une évolution croissante dans l’Entertainment burundais.

 


« Je voulais faire de la musique parce que c’est quelque chose que j’aime beaucoup. Je me disais pourquoi écouter la musique des autres et ne pas faire la mienne ? Je voulais créer quelque chose à moi »


 

« Ce sont 2 choses que j’aime et j’ai voulu les faire »

Contrairement à d’autres dauphine avant elle, Monna Walda KANEZA ou plutôt « Mow’Kanzie » n’a pas sombré dans l’anonymat. Ambitieuse, la jeune femme a profité de la lumière que lui offrait son nouveau rang pour mettre en avant ses passions et se faire un nom. Plutôt active sur les réseaux sociaux, Monna fait ses premiers pas dans l’entertainment en lançant sa chaine YouTube en août 2018.

Initialement appelé « Moo Walda Realities », elle parle d’elle et de ce qui l’intéresse. Cela va très bien cadrer avec une séance photo à laquelle elle a participé au mariage de sa sœur, la « pijama party » de son anniversaire ou encore sa journée avec les joueurs de l’équipe nationale de football du Burundi. Bref, on la suit dans ses aventures. Sa chaine YouTube va plus ou moins la propulser sur le devant de la scène et faire d’elle l’une des premières YouTubeuses de Bujumbura.

“Nshaka” – Mow’ Kanzie

Mais si YouTube la passionne, Monna aime écouter de la musique et ne serait pas contre l’idée d’en faire. « Je voulais faire de la musique parce que c’est quelque chose que j’aime beaucoup. Je me disais pourquoi écouter la musique des autres et ne pas faire la mienne ? Je voulais créer quelque chose à moi », nous dis la chanteuse.

Motivée par cette envie de faire sa propre musique, Monna va faire sa première incursion dans l’univers de la musique. Elle sort en février 2020 le morceau « Nshaka » en se baptisant Mow’ Kanzie au passage. Le succès est tel que le morceau va très vite atteindre la barre des 100.000 vues. Ce qui en soi est un vrai exploit pour une débutante dans le Buja Fleva. Nous savons tous comment nous sommes avares avec les vues. Il faudra désormais compter avec elle. Une nouvelle étoile venait de naître.

 


« …il parait que je n’écris pas comme les autres. Mais le fait qu’ils aient écouté à plusieurs, c’est parce que j’avais une notoriété avant. Ils étaient très curieux de savoir ce que Monna a chantée »


 

« Les gens aiment bien ce qu’ils écoutent »

Lorsque l’on regarde de près les débuts de Monna Walda dans la musique, on ne peut que s’étonner du succès que rencontre ses chansons. Et même si on lui reconnaitrait du talent, faire un aussi beau départ n’est pas donné à tous. Pour Monna, sa précédente notoriété sur les réseaux sociaux et sur YouTube y est pour beaucoup.

« J’avais un peu de notoriété avant et donc j’ai eu un peu plus d’exposition que les autres nouveaux artistes. Ma musique a été plus exposée que celle des autres. Les gens aiment bien ce qu’ils écoutent. D’après ce que l’on me dit, il parait que je n’écris pas comme les autres. Mais le fait qu’ils aient écouté à plusieurs, c’est parce que j’avais une notoriété avant. Ils étaient très curieux de savoir ce que Monna a chantée », nous explique-t-elle.

Cette notoriété profite bien à la chanteuse. En 5 mois d’activités, elle compte 2 clips vidéo dépassant les 200.000 vues sur YouTube et prépare la sortie d’un 3e clip vidéo.

 


« Je me vois atteindre le niveau de Sheeba (Ouganda). Ce serait vraiment bien si en 3 ans j’arrive à son niveau. Et ce serait aussi réaliste. Il ne faudrait pas se dire que dans 3 ans je serai Beyoncé mais j’aimerai être au plus haut niveau »


 

« Je me vois bien au niveau de Sheeba »

Au cas où certains en douteraient encore, Monna Walda vise une vraie carrière de chanteuse. « Oui, on peut parler aujourd’hui d’une carrière de chanteuse. Maintenant j’ai un management et je ne crois pas que les gens pourraient investir dans un truc qui risque de s’arrêter du jour au lendemain », dit-elle.

Néanmoins elle reste réaliste et consciente que les choses pourraient prendre une autre tournure. « Cette carrière peut aussi s’arrêter. Il ne faut jamais dire jamais ».

“Tell Me” – Mow’ Kanzie

Même consciente de cette réalité, elle nourrit de grands espoirs pour cette nouvelle carrière, sans pour autant être démesuré. « Je me vois atteindre le niveau de Sheeba (Ouganda). Ce serait vraiment bien si en 3 ans j’arrive à son niveau. Et ce serait aussi réaliste. Il ne faudrait pas se dire que dans 3 ans je serai Beyoncé mais j’aimerai être au plus haut niveau », confie Monna.

C’est donc clair, Mow’ Kanzie est lancée et elle veut aller loin. Sa nouvelle carrière commence sous de bons hospices et pourrait présager la naissance d’un nouveau grand nom dans le Buja Fleva. Mais comme on le dit toujours, le temps nous dira si l’avenir est beau ou sombre.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments