Daniella Niyibimenya,une coach burundaise à la conférence FIFA Women’s World Cup

Daniella Niyibimenya,une coach burundaise à la conférence FIFA Women’s World Cup

Du 22 au 23 septembre 2019, Daniella Niyibimenya, coach de l’équipe nationale féminine de football, a participé à la conférence de la FIFA à Milan en Italie sur l’analyse de la coupe du monde féminine 2019 et la remise des trophées « The Best FIFA Football Awards 2019 ». En marge de cette participation, Daniella indique que c’est donner un coup de pouce au développement du football féminin, qui ne fait pas encore son heure de gloire.

Il s’agit d’un évènement qui a réuni des sélectionneurs des équipes nationales féminines, des directeurs techniques et des présidents des fédérations et des commissions du football féminin du monde entier (de plus 150 associations affiliées à la FIFA).

C’était une conférence subdivisée en deux parties. D’une part faire le point sur le bilan global de la 8ème édition de la coupe du monde féminine qui a lieu en France (au mois de juillet) et d’autre part l’octroi des prix aux distinctions.

L’objectif de cette conférence était d’appeler à la prise de conscience sur le développement du football féminin. Ceci dans le but de le rendre professionnel au même titre que son compère masculin. C’était également l’occasion de préparer la prochaine coupe du monde féminine prévue en 2023, avec le passage de 24 à 32 équipes. En parallèle, sur le modèle de ce qui a été fait chez les garçons, de 32 à 48 équipes dès 2026.Tout cela dans l’optique de donner un coup de pouce au football féminin.

“[…] préparer la relève pour la sélection nationale féminine.”

Daniella qui a eu l’opportunité de prendre part à cette activité pour la première fois, indique que les discussions l’ont interpellé à livrer un regard sur le football féminin burundais. Lui, qui souffre d’un manque de beaucoup de compétitions locales. Ce qui empiète, par conséquent, sur les performances des joueuses. « On va plaider pour qu’on puisse mettre en place des équipes de base constituées surtout des enfants enfin de préparer la relève pour la sélection nationale féminine. », dit-elle.

En ajout à cela, Daniella propose plus de compétitions et de matches amicaux pour que les joueuses puissent garder la forme. Ce qui est très important parce que ça motive les autres,dit-elle. Néanmoins en analysant les dernières tendances du football féminin au Burundi, cette coach salue sa bonne évolution, compte tenu de ce qu’il en était avant. Selon elle, le pas franchi est à féliciter. Toutefois, elle reste confiante sur la participation des Intamba Dames aux éliminatoires de la prochaine coupe du monde.

Fleurette HABONIMANA

Comments

comments