Cynthia Munwangari : C’est à toi de savoir faire ta promotion

Cynthia Munwangari : C’est à toi de savoir faire ta promotion
Cynthia Munwangari au BIMOD 228 ©Dacor Images


Cynthia Munwangari au BIMOD 228 ©Dacor Images

 

Dans la mode, à Bujumbura, Cynthia Munwangari, on ne la présente plus. Mais cela ne lui suffit plus. Bientôt, c’est au monde entier qu’on n’aura plus à la présenter si elle maintient son rythme actuel. Rencontre avec une femme qui a compris les clés du succès dans le business de la mode.

 

Akeza.net : Qu’est-ce que le BIMOD 228 ?

 

Cynthia : Bimod228 est un évènement qui se passe tous les 2ans à Lomé dont la promotrice est Mme Bamondi,  femme de l’année en 2012 au Togo. Ancien stagiaire chez Christian Dior, elle a célébré ses 30ans de carrière cette année.

 

Akeza.net : Dans quel cadre as-tu été invité ?

 

Cynthia : J’avais invité Mme Bamondi à la 1ère édition du Buja Fashion Week. Nous avons eu une bonne collaboration et comme elle est bien connue dans le milieu, elle a voulu me soutenir en faisant connaître mon nom au Togo.

 

Akeza.net : Quel est le feedback après l’événement ?  

 

Cynthia : Ç’était un grand honneur pour moi puisque me retrouver avec les plus grands couturiers d’Afrique c’est quand même quelques chose. À voir la région de laquelle je viens,  la mode n’est pas aussi avancé qu’en Afrique de l’ouest.

 

Akeza.net : Quel est l’impact sur ta carrière ?

 

Cynthia : Ça joue un rôle important dans ma carrière puisque je remplis petit à petit mon cv.

 

Akeza.net : Dans combien de Fashion Weeks as-tu été depuis l’évènement du BFW ?

 

Cynthia : Depuis Buja Fashion Week, j’ai été au Nigéria pour participer à l’événement love Is Musical sponsorisé par Heineken et j’ai été invité par les organisateurs de Lagos Fashion Week pour une collaboration.J’ai été soutenir une amie qui est aussi partenaire aux GLAA à Kampala Fashion Week. Récemment, j’étais à Lomé. Dans quelques jours,  je serai à Lagos pour Africa International Fashion et pour finir au Gabon avec Ombya Fashion.

 

Akeza.net : C’est à croire que tu pars tout le temps…

 

Cynthia : Je dirais que le monde de la mode exige qu’on soit des oiseaux voyageurs. Des talents, il y en a partout. C’est à toi de savoir-faire ta promotion et j’ai compris que l’Afrique de l’ouest est très bien placé. Dès que tu décroches un contact tu es parti,  la mode bouge. Il y a beaucoup de média, presque toutes les chaînes de la mode sont représentées, les magazines aussi,  donc c’est facile d’émerger à partir de là-bas. A certains moments, j’ai l’impression que ça devient trop pour moi mais c’est bon j’assume,  c’est un choix que j’ai fait.

 

Akeza.net : Mais toi, tu arrives à suivre ton rythme de voyage ?

 

Cynthia : Je voyage trop c’est vrai, moi-même je n’arrive plus à savoir quand je dois voyager, quand ça commence, ça ne  s’arrête pas. Je voyage pratiquement 2 à 3 fois le mois et souvent comme styliste.

 

 

Akeza.net : Que gagnes-tu personnellement, pour ta carrière avec tous ces voyages ?

 

Cynthia : Je gagne beaucoup. Il m’aurait peut-être fallu beaucoup  d’années pour en arriver ici mais Dieu  gère et je me retrouve dans la cours des grands sans trop me battre. Aujourd’hui, avec les réseaux sociaux,  on communique facilement. On se fait connaître et on agit, on va à la recherche de ses gens plus doués que nous,  voilà c’est aussi simple que ça.

 

Akeza.net : Comment se passe le choc de culture, la différence ?

 

Cynthia : Je découvre et j’adore cette différence qui à la fin nous unit. On a chacun une culture différente de l’autre mais tous avec une même passion, la mode. On parle le même langage. J’ai décroché une collaboration avec Daviva. A partir du mois de janvier, ils pourront produire ma marque avec mes motifs en grande quantité  et après les vendre à partir de la maison Shugakane basée à Londres et Lagos.

 

Akeza.net : Comment se passent tes contacts avec les media internationaux ?

 

Cynthia : Tout comme les stylistes, je rencontre les média et les investisseurs. Le monde de la mode est un monde ouvert aux contacts et oui je m’y prends bien d’autant plus que mon objectif est de faire connaître mon pays valablement.

 

Akeza.net : Que penses-tu de l’évolution de la mode au Burundi ?

 

Cynthia : Je me dis que la mode prend vraiment un grand élan. Chaque styliste est occupé les mannequins de même donc ça veut que quelque part ça prend la forme chacun de nous agit à sa façon et dans une bonne voie nous sommes maintenant connus et c’est vraiment formidable.

 

 

 Akeza.net : Quelles sont les rencontres qui t’ont le plus marqué lors de tes voyages ?

 

Cynthia : j’ai récemment rencontré Mo Abudu qui m’a beaucoup  marqué une dame. C’est une dame  qui s’est beaucoup battu pour sa chaîne de télévision très connue Ebonylife Tv. C’est elle notre Oprah d’Afrique quoi.  J’ai rencontré Aliko Dangote qui est pour moi une inspiration,  l’homme le plus riche d’Afrique qui te dit que tu vas y arriver, qu’il faut foncer.

J’ai compris qu’on n’a pas de limites et c’est totalement vrai. Il faut toujours viser loin ils sont comme nous ses gens.

 

Akeza.net : Que penses-tu de ta carrière ?

 

Cynthia :   Je suis très satisfaite de ma carrière et je me dis qu’un jour on arrivera à un stade où il ne faudra plus se présenter.

 

Propos recueillis par Landry MUGISHA

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.