Culture: A la découverte des danses traditionnelles du Burundi

Culture: A la découverte des danses traditionnelles du Burundi

Au Burundi, la danse traditionnelle est toujours accompagnée par le chant (uruvyino) qui joue un grand rôle dans les fêtes publiques ou sociales. Le plus souvent, ce sont les femmes qui entonnent les chants soutenus par des battements de mains. Les hommes aussi le font en groupe en même temps qu’ils dansent.  A part que certaines danses sont spécifiques aux femmes, d’autres aux hommes tandis que d’autres sont propres aux deux, chaque région naturelle a sa propre danse traditionnelle. On remarque aussi qu’une seule province ou commune peut avoir sa propre danse traditionnelle. Cependant, certaines danses traditionnelles sont en cours de disparition ou ne sont plus actuellement.

Quelles sont les danses traditionnelles du Burundi ?

Les danses traditionnelles du Burundi sont nombreuses. Il y a :

  • La danse des batimbo appelée « umurisho w’ingoma »: c’est une danse exécutée seulement par les hommes. Ce sont des tambourinaires « batimbo » chantant et dansant avec des sauts acrobatiques, suscitant l’admiration, tout en battant le tambour. Cette danse se trouve partout au Burundi en général et particulièrement dans la province de Gitega surnommée « province du tambour ».
  • Agasimbo : c’est une danse acrobatique exécutée par les hommes appelés « danseurs-toupies» portant des grelots (amayugi) aux chevilles et sur les têtes des parties de calebasse à laquelle sont attachées des plumes de coq communément appelés «imibíko». On la trouve dans la province de Makamba précisément dans les communes de Makamba et Kayogoro.
  • Ubudemera : comme agasimbo, c’est une danse exécutée seulement par des hommes habillés à la manière des «danseurs toupies». Elle se danse en battant deux ou trois tambourins avec les mains. Les chants sont accompagnés par l’inzamba (flûte). On la trouve dans la province de Ruyigi précisément dans la commune de Gisuru.
  • Amayaya : c’est une danse relaxée et aisée exécutée par des hommes ou des femmes. Elle intéresse beaucoup les gens en état d’ivresse. A titre illustratif, on mentionnera la chanson « Eehe ni amayaya» qui conquiert l’admiration de tout le monde.
  • Ihunja : c’est une danse exclusivement exécutée par des femmes. En dansant, elles essayent d’imiter l’oiseau qu’on appelle grue couronnée.
  • Imisambi : similaire à ihunja, elle est dansée par des femmes et jeunes filles seulement.
  • Umuyebe : c’est une danse des hommes exclusivement. Ces derniers frappent la terre à l’aide de leurs pieds pour montrer leur puissance physique et font entendre du bruit de grelots attachés aux chevilles.
  • Akanyarusizi : c’est une danse pratiquée par les jeunes des régions riveraines de la Rusizi
  • Umutsibo : c’est une danse qui prédomine la région du Buyogoma. Elle est dansée exclusivement par les femmes qui insistent sur le mouvement des jambes et du bassin mais sans rien d’érotique.
  • Ubusambiri : c’est une danse se trouvant au sud du pays dans la région de Buragane seulement. Elle est plus pratiquée par les jeunes filles.
  • Ukwiyereka ou danse des « Intore » : c’est une danse des guerriers traditionnels du Mwami du Burundi. On la trouve dans la région de Bugesera précisément dans la commune de Busoni où elle est restée encrée jusqu’aujourd’hui.
  • Uruharambo : c’est une danse des hommes se trouvant à Kirimiro. Elle est en cours de disparition.
  • Ihuruma : c’est une danse exécutée par les hommes. Elle se trouve dans la région du Kumoso et elle a disparu aujourd’hui. Elle se remarquait au Kumoso
  • Igisuru : c’est une danse des femmes. Elle se dansait pour fêter la naissance des jumeaux.
  • Imisambi : c’est une danse des femmes qui imitent des grues couronnées qui volent.
  • Urwedengwe : c’est une danse féminine qui insiste sur le mouvement des épaules. Elle se trouve dans les régions de Ngozi et du Buyenzi. Elle est aussi pratiquée à l’est du Burundi dans la région du Kumoso.

Actuellement, on remarque d’autres danses moins connues qui sont nées suite au mélange des danses traditionnelles et de danses  étrangères: igisirimba, ugusebeya, amarwandama, … Elles varient d’une région à une autre.

Et si ces richesses culturelles burundaises ne disparaissaient pas?

Les différentes danses burundaises existent encore grâce aux différents clubs culturels se trouvant sur tout le territoire du Burundi. Pourtant, certaines ont été très modifiées à cause de l’influence des danses étrangères souvent dites modernes. D’autres sont en cours de disparition ou ont déjà disparu. Ce serait mieux de préserver d’une modification profonde et de toute disparition celles encore existantes.

 

Source :

Recueil de 2009 de l’UNESCO  sur la culture burundaise intitulé « IMICO N’IMIGENZO NDANGABURUNDI N’ABAYITIRIRWA : ICEGERANYO C’IVYATOHOJWE »

www.lepetitfute.com

https://ppbdi.com/index.php/ubum/imibano/7979-culture-entretien-sur-les-danses-burundaises-selon-les-regions-naturelles-d-origine

 

Melchisedeck BOSHIRWA

Comments

comments