Coupe du Monde 2022 Qatar : A la découverte des Hirondelles, Joël Bacanamwo

Coupe du Monde 2022 Qatar : A la découverte des Hirondelles, Joël Bacanamwo

Dans notre dossier, nous retraçons l’histoire et le parcours des joueurs de l’équipe nationale de football Intamba mu rugamba dès le bas âge jusqu’à l’heure actuelle. Ils nous font part de leurs ambitions et leur plus grand rêve. Pour le premier face à face, nous avons rencontré Joël Bacanamwo, belgo-burundais, cette nouvelle recrue de la sélection nationale burundaise.

Enfance

Il voit le jour à Bruxelles en Belgique le 23 Mai 1998 de parents burundais qui ont fui la tragédie de 1993 au Burundi. Il grandit dans cette capitale jusqu’à l’âge de 6 ans avant que sa famille ne déménage vers une autre ville, Landen. C’est à ce moment-là que Joël, fils d’ambassadeur Anatole Bacanamwo va découvrir le ballon rond.

Parcours

Joël commence à s’entrainer au football à 7 ans dès son arrivée dans cette nouvelle ville. Avec le temps et la passion pour le football, il va gravir les échelons. A 10 ans seulement, il intègre KVK Tiennen, un club de deuxième division belge. Il portera ensuite les couleurs du club Saint-Trond(STVV) de la première division de ce même pays à 15 ans. Il va rester au STVV jusqu’en sélection des moins de 21 ans.

« Aux Ames bien nées, la valeur n’attend point le nombre d’années », disait Pierre Corneille. C’est en 2018 que ce belgo-burundais signe son premier contrat professionnel au sein de Tubize Fc (un club de deuxième division belge). Une formation qu’il sert jusqu’à l’heure actuelle en équipe senior. Toutefois,il prévoit de quitter son club actuel, qui a été relégué en troisième division.Selon lui, vaut mieux la deuxième division.

Et le Burundi ?

Ce jeune polyvalent (capable de défendre tous les postes à gauche et au milieu) avec son bon pied gauche est repéré pour la première fois lors de ses vacances en mai dernier au Burundi. Sur demande de son père, on lui autorise (officieusement, question d’occupation) de s’entrainer avec la sélection nationale qui se préparait pour la phase finale de la CAN 2019. Alain Olivier Niyungeko, sélectionneur, ne va pas tarder à tomber sous le charme de la touche de balle de ce petit. Il le dévoilera dans une conférence de presse à quel point il a beaucoup d’estime pour lui. Mais ne pouvant pas le mettre sur la liste des ambassadeurs à la CAN. C’était trop tard.

Convoqué officiellement (pour la première fois) dans l’équipe nationale pour le tour préliminaire de la coupe du monde 2022, Joël ne cache pas sa satisfaction. « C’est une fierté de représenter mon pays et le pays de mes parents et toute ma famille. C’est un honneur de porter les couleurs du Burundi ». Avec une technique extraordinaire sur terrain, il ne doute pas que se qualifier à la coupe du monde sera une prestation historique.

Très agressif dans les duels, dit-il, Joël confie que son plus grand rêve est de jouer en Premier League anglaise. Ses postes préférés sont médiateur et numéro 3. Actuellement, il vit en Belgique avec sa mère mais son père travaille au Burundi en tant que Commissaire à la CNIDH.

 

Fleurette HABONIMANA

Comments

comments